Construire une relation avec votre personnage

présente…

Votre personnage a une vie entre les aventures. Explorez-la.

À la fin de L’Empire contre-attaque, l’impulsif et têtu Luke Skywalker quitte Yoda et son enseignement pour aider ses amis. Pourtant, au début du Retour du Jedi, lorsqu’il se tient devant Jabba, Luke est confiant et calme, tel un vrai Maître Jedi.

Le loup du Petit Chaperon rouge prend un raccourci vers la maison de la grand-mère, puis apparaît dans les vêtements de Mère-grand pour tromper le petit chaperon rouge. La vieille femme a disparu de la scène.

Roméo et Juliette se rejoignent, discutent dans la chambre de Juliette, monologuent au clair de lune sous la fenêtre de la chambre et lorsque la scène se termine, ils sont résolus à se marier.

Clairement dans les films, les histoires et la littérature, une bonne partie de l’histoire de l’évolution des personnages se passe dans les intervalles – entre les films, entre les scènes, entre les lignes. Nous savons que Luke a exercé son entraînement Jedi et a appris l’autodiscipline. Nous savons que le loup a mangé la grand-mère lors d’un affrontement certainement épique, et nous savons que Roméo et Juliette ont partagé plus qu’une agréable conversation dans l’intimité de sa chambre. Comment savons-nous tout ça sans narration, sans ce que soit “montré à l’écran” ? Tout simplement parce que nous voyons le résultat de cette vie “non montrée” des personnages.

Tout comme dans les films et les livres, le temps dans l’aventure avance parfois au ralenti, parfois par bonds, et tout ce qui va entre les deux. De même, la narration d’une partie ne recouvre jamais précisément toutes les actions, pensées, réflexions ou interactions de votre personnage. La plus grande part de ce qui fait évoluer votre personnage se passe dans les intervalles – dans sa tête, entre deux rounds ou entre les sessions. Jouer en roleplay toutes les pensées et actions de tous les personnages deviendrait rapidement fastidieux. Pour autant, chaque joueur se doit de créer une relation avec son propre personnage.

Pourquoi passer du temps à étoffer des actions de votre personnage qui ne seront certainement jamais vues en cours de partie ?

L’évolution du personnage

Créer une histoire fouillée, des habitudes et un code de l’honneur vous donne une base solide pour un personnage. Cependant, à moins que votre personnage n’évolue, cette base deviendra vite fade, monotone et prévisible, comme si le personnage était son propre cliché. Bien que les pensées et les actions de votre personnage entre les scènes puissent ne jamais apparaître dans les parties, les résultats de ces pensées et actions seront visibles, si vous savez ce qu’elles sont. Développer une relation avec votre personnage vous aidera à le faire évoluer plus facilement et de façon crédible. Si c’est bien interprété, les autres joueurs auront des aperçus de la vie de votre personnage entre les sessions, qui les intéresseront et attiseront leur curiosité. Votre personnage deviendra une personnalité vivante au lieu d’une liste de caractéristiques sur une feuille.

Apprendre à connaître votre personnage

Entamez une relation en apprenant à connaître votre personnage. Soyez conscient de ce qu’il fait à la fois entre les scènes et entre les sessions de jeu. Pensez aux temps morts qu’a eus votre personnage pendant la dernière partie. Est-ce qu’une marche de quatre heures dans la nature a été bouclée en cinq minutes ? Est-ce que la journée au boulot de votre super-héros s’est déroulée en “mode avance rapide” jusqu’au soir, où l’action reprenait ? Est-ce que votre cow-boy a passé une semaine avec sa famille entre deux missions, et que la description de ces vacances a pris moins d’une minute ? Si c’est le cas, vous avez un vide à combler.

Assez souvent, les joueurs doivent décrire – grossièrement et rapidement – les activités de leur personnage. Vous devez savoir jusqu’à un certain point comment votre personnage a été affecté par ses actions entre les scènes, avant que le MJ ne passe à la scène suivante. Si vous avez défini une base solide pour votre personnage – histoire, habitudes, etc. –, vous devez avoir une certaine idée de ce que votre personnage ferait et comment ça s’intègre dans son passé, son présent et sa psychologie.

Commencez par vous faire une idée de ce que votre personnage faisait. Non, vous n’avez pas besoin de définir les moindres détails, mais essayez d’en imaginer quelques-uns. A-t-il rêvassé en marchant, a-t-il discuté avec quelqu’un, joué aux devinettes ? Comment s’est passé le boulot ? A-t-il réassorti les rayons, eu affaire à un client désagréable, discuté avec un collègue proche ? Comment s’est passée la semaine avec la famille ? A-t-il fait le ménage, aidé les enfants à faire leurs devoirs ou simplement essayé de prendre un peu de temps pour lui ?

Une fois que vous avez déterminé en gros ce qu’il s’est passé, pensez aux conséquences de ces actions. Glanez des indices des autres joueurs. Leurs personnages vivent aussi entre les scènes. Si un joueur annonce que son barde s’exerce à la flûte durant cette marche de quatre heures, votre personnage pourrait peut-être vouloir un peu de calme et de sérénité quand le groupe de PJ arrivera enfin à l’auberge. Peut-être votre perso dira-t-il “Non, en fait, je ne m’assois pas à la table du groupe, je préfère être seul !”. Si votre personnage a passé quatre heures à jouer aux devinettes avec le demi-orque du groupe, peut-être se demande-t-il si partir à l’aventure est aussi exaltant qu’il le pensait. Si les actions de votre personnage impliquent le personnage d’un autre joueur, essayez de passer un peu de temps à penser conjointement à la façon dont l’interaction s’est déroulée.

Souvent, les actions hors-champ de votre personnage n’impliquent aucun autre PJ. Le résultat de ces actions est pourtant tout aussi pertinent. Par exemple, si votre héros a reçu un compliment de son chef (PNJ) au boulot et a eu une agréable conversation avec son collègue (PNJ) pendant le repas, peut-être a-t-il des doutes sur le fait de travailler au noir en tant que super-héros. Peut-être ne va-t-il pas se précipiter au prochain appel. D’un autre côté, s’il a réassorti des rayons toute la journée, s’il a subi un sermon pour ne pas s’être rasé ce matin, peut-être va-t-il se jeter dans la lutte contre le crime. Bref, tout ce que votre personnage fait, avec ou sans un autre PJ, a une incidence sur la façon dont il se comporte en jeu.

De plus grandes plages de temps sont souvent éludées entre les parties. Essayez de prendre un peu de temps avant la prochaine séance pour décrire ce laps de temps de la vie de votre personnage. Là encore, pensez à ce que votre personnage faisait exactement durant ces moments éludés.

Parfois la partie reprend immédiatement au moment qui suit ce qui s’est passé dans la partie précédente. D’autres fois, votre MJ peut décider de finir une partie à la fin d’une mission réussie pour votre cow-boy, et annoncer que la partie suivante commencera une semaine plus tard, en temps de jeu, quand les personnages seront prêts à reprendre la route. Votre équipe de super-héros pourrait prendre deux semaines de congés pour s’entraîner et s’occuper de diverses affaires personnelles. Ces occasions donnent aux joueurs de longues périodes de temps à “remplir” et leur permettront de rendre intéressantes et crédibles les actions de leurs personnages lors de la prochaine partie.

Commencez par décider de ce que votre personnage a fait. La manière dont vous le faites dépend de vos goûts personnels. Certaines personnes aiment faire une ébauche d’emploi du temps, répartissant les activités selon les plages horaires. D’autres préfèrent simplement imaginer ces activités et en garder une trace en tête. D’autres encore écrivent une liste d’activités et ne se préoccupent pas de préciser des horaires précis et des durées définies. Quelle que soit la méthode qui vous convienne, faites-le. Si vous écrivez un journal de vos parties, notez vos activités intersessions dedans.

Le Petit Prince

Définissez les activités-clefs de votre personnage. Puis pensez à ce que votre personnage a ressenti, comment il s’est comporté ou a réagi durant ces activités. Par exemple, il n’est probablement pas nécessaire de décider ce que votre personnage a ressenti à l’épicerie en achetant du ketchup, de la salade, des navets et du fromage à hamburger… Mais il pourrait être très utile de penser à ce qu’il a ressenti en racontant à sa femme son récent “voyage d’affaires”, qu’il a élaboré pour couvrir sa dernière mission d’espionnage.

Pendant ces réflexions, gardez à l’esprit la direction dans laquelle vous voulez emmener votre personnage. Rappelez-vous que c’est votre responsabilité de joueur que votre personnage continue à être intéressant. Si les tendances impulsives de votre personnage commencent à vous embêter, trouvez un moyen de changer ce comportement, à travers les expériences de votre personnage, pendant et en dehors des parties. Si son caractère bourru et solitaire commence à vous ennuyer, déterminez quelles expériences pourraient lui permettre de s’ouvrir aux autres et guidez-le vers ces expériences-là. Tant que vous êtes patient et que vous attendez le moment opportun, l’évolution de votre personnage semblera naturelle et crédible.

Lorsque vous aurez fini d’analyser les activités-clefs, déterminez comment les autres membres de l’équipe pourraient percevoir le changement dans votre personnage. Par exemple, si votre super-héroïne a des soucis dans sa vie amoureuse, elle peut se sentir stressée. Les autres membres de l’équipe pourraient ressentir ce stress parce qu’elle commence à arriver légèrement en retard aux réunions. Ou peut-être qu’elle avait l’habitude d’apporter des casse-croûte pour le groupe et qu’elle a arrêté de le faire à cause de ses problèmes sentimentaux. D’un autre côté, si sa relation est au beau fixe, elle pourrait arriver au quartier général un peu en avance, pétillante, en apportant du café pour tout le monde le matin. N’importe lequel de ces changements de comportement donne aux autres personnages une chance de percevoir la différence, et donne aux autres joueurs une chance de croire que vos personnages font partie d’un monde plus vaste que celui qui est montré lors des séances. Et tout à coup, votre personnage devient plus profond et plus intéressant.

Ceci étant dit, souvenez-vous que de temps en temps, le temps mort reste du temps mort. Toutes les sorties pour faire des courses, tous les travaux de recherche, tout les temps libres ne changent pas la vie. Laissez un peu de place pour la routine dans l’agenda de votre personnage. Après tout, vous voulez que votre personnage soit intéressant, pas hyperactif.

Comment trouver du temps pour une relation ?

Beaucoup de gens se sentent submergés à l’idée de travailler sur leur personnage entre les parties, au-delà de la dépense des points d’expérience ou passer des niveaux de temps à autre. Après tout, nous avons tous des obligations, un travail, une famille. Tous les joueurs ont leurs propres “vie entre les scènes” à vivre. Comment trouver du temps pour garder intéressant votre intéressant personnage ?

Commencez par réfléchir juste avant une partie. La plupart des parties mettent au moins cinq à dix minutes à commencer. Essayez d’utiliser un peu de ce temps pour penser à votre personnage. Non seulement cela vous donnera le loisir de choisir vos actions d’entre-les-scènes, mais cela vous aidera aussi à vous mettre dans la peau de votre personnage avant que la partie ne commence. Pensez-y juste après la partie aussi. Utilisez le temps après la partie – lorsque vous rentrez chez vous, lorsque vous nettoyez ou lorsque vous vous effondrez dans votre lit, pour penser à votre personnage. Ce temps-là peut être propice car votre personnage est encore frais dans votre esprit.

Si vous avez besoin de plus de temps que celui qui s’écoule avant et après les parties, faites plusieurs choses en même temps. Pensez à votre personnage pendant que vous allez ou rentrez du travail, que vous ratissez les feuilles mortes, que vous faites la vaisselle ou toute autre activité qui ne demande pas de concentration. Si vous trouvez des idées, notez-les dès que vous le pouvez. Vous pouvez même décider de garder sur vous un petit carnet précisément pour ça. Prendre le temps de développer votre personnage est important mais ça n’a pas besoin de dominer votre emploi du temps.

Quand la relation devient trop présente

Vous allez peut-être réaliser que si vous invitez votre personnage dans votre tête, il risque de s’y installer et de refuser de repartir. Créer un personnage intéressant, complet et qui évolue peut être stimulant mais peut aussi devenir agaçant lorsque ce personnage commence à interrompre ou à occuper toutes vos pensées et loisirs en dehors des parties. Vous ne partirez probablement pas à l’aventure dans les égouts pour de vrai, mais si vous découvrez que la moitié de vos conversations tournent autour de votre personnage, ou si vous commencez à en avoir assez de penser aussi souvent à votre personnage, il est temps de faire une pause.

Dans ces cas-là, essayez de limiter vos séances de réflexion autour du personnage. Peut-être que les minutes avant et après les parties vous donnent suffisamment de temps pour réfléchir à l’évolution de votre personnage. Si ce n’est pas le cas, ajoutez-y seulement la veille et le lendemain de la partie. Fixez-vous un emploi du temps et tenez-vous-y.

Peu importe le moment où vous prenez le temps de penser à lui, apprendre à connaître son personnage contribue à ce que vos parties restent originales et intéressantes pour tous les joueurs. Un personnage qui évolue peut motiver les autres joueurs et inspirer le MJ. Alors sortez votre personnage de sa fiche et commencez à développer une relation. Ça en vaudra le coup.

Article original tiré de Knights of the Dinner Table n°132, pp. 56-58

Note: 
Aucun vote pour le moment
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin… Hydre couchée

Cet article fait partie de l'ebook PTGPTB n°16 intitulé Mon perso, ce héros, que vous pouvez consulter pour de plus amples développements.

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.