Questions de structure

Un article de Antoine Dinimant

 

Et maintenant, on est dans le scénar ?
Baloche le Mythique

Vous avez bichonné vos PNJ ? Mitonné une intrigue aux petits oignons ? Très bien, mais avant de construire votre scénario, avez-vous réfléchi à la structure que vous vouliez lui donner ? Qu’elle soit linéaire ou ouverte, voici quelques termes et quelques trucs pour votre boîte à outils de scénariste.

La structure d’un scénario n’est pas le plan selon lequel il est rédigé, mais la façon selon laquelle il va être joué, ou plus exactement l’architecture des différents déroulements auxquels il peut donner lieu. Plus simplement, c’est le schéma du ou des chemins que peuvent emprunter les joueurs pour aller du début (l’intro) à la fin (l’objectif). De la structure du scénario dépend donc directement le degré de liberté accordé aux joueurs.

Il faut bien sûr commencer par s’entendre sur le concept de liberté. Prenons le cas d’un “donjon” parfaitement linéaire : les joueurs doivent pénétrer dans une tour et atteindre la salle du trésor au sommet. Formellement, les joueurs sont libres de faire ce qu’ils veulent ; mais ils n’ont en fait à chaque étape qu’un moyen d’avancer. C’est le problème des scénarios linéaires, qui confinent les joueurs dans une liberté inutile.

Que se passe-t-il maintenant si les joueurs trouvent un moyen imprévu de progresser en évitant les embûches du scénario ? Par exemple, si les joueurs imaginent d’escalader la tour pour arriver directement en haut (1). La première réaction de tout meneur de jeu est généralement d’essayer de les empêcher d’appliquer leur idée, sous des prétextes plus ou moins crédibles. La seconde est d’appliquer le principe de la liberté illusoire : en l’occurrence, le MJ retourne son plan et considère que la salle de garde se trouve en haut et le trésor au pied de la tour. Les joueurs auront ainsi l’illusion d’avoir gagné un avantage sur le scénario ; en fait ils ont été remis d’office dans le droit fil du déroulement prévu.

Le problème est bien sûr que si les joueurs se rendent compte de ce que le meneur a fait, ils risquent de se sentir frustrés du fruit de leur astuce ; si cela doit de toute façon revenir au même, autant bourriner ! À terme, ils finiront toujours par comprendre le système. Certains peuvent sans doute se satisfaire d’un jeu d’aventure qui consiste à trouver la solution de chaque épisode (2) ; d’autres plus portés vers le côté rôle du jeu, peuvent légitimement penser qu’on se paie leur tête (3)

Reste alors la solution la plus difficile à admettre pour un MJ : reconnaître (4) que les joueurs ont bien joué et qu’ils méritent de sauter quelques étapes. Ce faisant, le meneur accepte d’improviser et d’ouvrir son scénario.

Ouvrir un scénario linéaire

Ouvrir et improviser vont de pair, mais l’impro est toujours meilleure quand elle est soigneusement préparée. Voyons d’abord quelques moyens de bricoler une structure linéaire pour en faire quelque chose de suffisamment souple où les joueurs et leurs personnages pourront s’exprimer. Il y a différentes figures, que l’on peut classer en trois groupes : les ouvertures partielles, les systèmes de timing dynamique et les complexifications.

Au chapitre des ouvertures partielles, la fin ouverte (classiquement, ouverte par un dilemme moral : vont-ils livrer la jeune rebelle et accomplir leur mission ? Ou au contraire vont-ils épouser… sa cause, et trahir leur commanditaire ?) est un peu le minimum syndical du scénariste. Le dénouement est en effet l’étape la plus facile à ouvrir, puisqu’on n’a pas à se préoccuper des conséquences sur le scénario mais seulement sur les personnages eux-mêmes. Mais précisément, comme une fin ouverte n’a pas vraiment d’impact sur le scénario, c’est illusoire de croire qu’elle puisse à elle seule rattraper une aventure fermée.

Pourquoi alors ne pas déplacer le moment du choix au milieu de l’histoire ? On obtient une structure bifide, beaucoup plus intéressante ; pour cela, il suffit de garder le scénario original et d’en faire une copie vue de l’autre côté.

Un scénario bifide demande quand même un gros travail de conception. Pour débuter, il vaut mieux ne pas toucher au déroulement général de l’aventure, mais tout simplement prévoir des épisodes ouverts : à chaque “épreuve” imposée aux PJ, s’efforcer de prévoir une solution alternative, puis plusieurs. Un exemple : les joueurs doivent s’emparer d’un objet quelconque (une relique, une carte au trésor, la clé de la chambre de la princesse) qui est gardé par une dizaine de mercenaires. Le scénario ne prévoit comme solution que l’affrontement. Mais les joueurs peuvent aussi tenter un petit cambriolage (il sera toujours temps de combattre si ça rate), se faire capturer comme esclaves pour empoisonner la nourriture, se faire passer pour les messagers du dragon le plus proche, voire corrompre le sergent pour qu’il vende son petit trésor…

Enfin, ce système des épisodes ouverts dans une structure linéaire prend tout son sens si la façon dont les joueurs ont résolu un épisode a des conséquences ultérieures à un autre moment du scénario (sans forcément chercher à classer en bonnes et mauvaises solutions). Imaginons que quelques jours plus tard, les joueurs se retrouvent nez à nez avec les mercenaires. S’ils avaient choisi l’affrontement, la troupe ennemie comprendra sans doute quelques éclopés, ce qui simplifiera les choses ; mais s’ils ont suivi la voie de la corruption, il leur sera d’autant plus facile de récidiver…

Le plus simple des systèmes de timing dynamique est la course contre la montre. Mettre ainsi la pression sur les joueurs est toujours un bon moyen de dynamiser et d’améliorer un scénario. L’effort qu’ils feront pour trouver un moyen d’aller plus vite trouvera sa récompense immédiate. Et puis, tant qu’à avoir un scénario linéaire, autant qu’il aille vite : ce n’est pas la peine de laisser les joueurs se cogner contre les murs de leur liberté inutile. La difficulté consiste à annoncer la deadline adéquate : si elle est trop courte, vous ne pourrez pas leur accorder un délai sans perdre beaucoup de votre crédibilité (5) ; mais, bien sûr, si elle est trop longue, l’effet sera gâché.

La solution serait de ne pas annoncer la date limite, mais au contraire de suspendre une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes, susceptible de tomber à n’importe quel moment. Par exemple, ils doivent trouver le remède pour sauver un mourant susceptible de passer l’arme à gauche d’une minute à l’autre… En théorie, c’est beaucoup plus stressant qu’une date fixe ; dans le jeu, cela pose un gros problème de crédibilité : les joueurs auront tendance à penser qu’ils arriveront toujours un battement de cœur avant la fin. Et si le verdict fatal tombe trop tôt, ils protesteront contre l’arbitraire du MJ. Le seul moyen d’être vraiment crédible serait d’annoncer les probabilités de crise mortelle par unité de temps, et de jeter les dés devant eux ; mais si vous ne dosez pas bien le suspense, ils viendront se plaindre de votre scénario-loterie.

Un autre type de timing dynamique est celui de la concurrence. L’idée est simple : on garde tel quel un scénario linéaire, en y rajoutant un second groupe qui tente d’atteindre, avant eux, le même but que les joueurs. La réalisation est plus délicate : il faut soigneusement équilibrer les deux groupes pour qu’aucun ne soit tenté (6) de régler prématurément son compte à l’autre. Le mieux reste encore de jouer sur l’incertitude, afin que les rivaux ne se découvrent que très progressivement. Ce genre de problème se retrouve dans les poursuites, mais la solution est ici dans le déséquilibre : les chasseurs doivent être suffisamment puissants pour que les proies ne soient pas tentées de résoudre le problème par une embuscade.

Pour terminer avec ce travail d’ouverture des scénarios linéaires, voyons deux types de complexifications. Tout d’abord, le système des scénarios composites (7) consiste à faire jouer simultanément plusieurs aventures à la fois, avec l’un comme scénario principal et les autres soit comme sous-intrigues, soit comme fausses pistes.

On peut enfin donner des missions personnelles secrètes à un joueur, à certains joueurs ou même à tous les joueurs. Ces missions doivent contredire, au moins en partie, les intérêts du groupe ou d’un autre joueur : voler un trésor, assassiner un PNJ qui pourrait être une aide pour le groupe, voire carrément capturer ou tuer un autre PJ. Un cas de figure riche en roleplaying est celui où l’un des personnages joue le rôle du traître au groupe ; mais évidemment, plus la contradiction est importante, plus le personnage en question risque fort d’être one-shot, qu’il réussisse ou qu’il échoue. Aussi faut-il faire très attention à ne pas abuser : si à Paranoïa, la règle de construction était que chaque personnage avait comme mission secrète d’en éliminer un autre, cela ne pouvait marcher que parce qu’il y avait six clones par joueur…

Quelques éléments pour bâtir une structure ouverte

Un scénario à la structure ouverte est en fait assez simple et rapide à concevoir ; c’est par contre le plus difficile à faire jouer. Le risque est qu’en raison de leur extrême liberté, les joueurs ne sachent pas quoi pas faire et s’ennuient. Je décrirai ici quatre figures du scénario ouvert, qui peuvent se combiner et n’épuisent en rien la gamme des possibilités.

Le tourisme ouvert (8) est un genre extrême, qui n’est à mon avis pas utilisable au-delà d’une séance. Plutôt que sur un scénario, le MJ se repose sur un lieu (généralement une ville) suffisamment original et bien décrit ; les personnages n’ont pas d’objectif immédiat, si ce n’est découvrir l’endroit et/ou précisément trouver un employeur (et donc un objectif).

Le tlouf, abréviation personnelle de “tu les fous dans la merde et tu les laisses s’en sortir”, est un bon exercice de style pour vous entraîner au scénario ouvert (et pour y habituer vos joueurs). Il se compose normalement d’une première partie très linéaire, suivie d’un retournement de situation spectaculaire. Le principe est que le scénariste ne doit pas prévoir de solution ; c’est aux joueurs d’en inventer une.

Bien sûr, il ne s’agit pas que le tlouf vire à l’extermination arbitraire. Il importe donc de prévoir un certain nombre de failles dans le piège, que des bons joueurs sauront découvrir et utiliser : l’ennemi est divisé en deux factions, un PNJ-clé est vulnérable à la corruption, à la séduction, aux menaces sur sa famille…

Le calendrier est l’outil par excellence du scénario ouvert. Son principe est simple et bien connu : le scénario prévoit un déroulement de l’histoire, une place pour les PJ et une raison pour eux d’intervenir. Les actions des PNJ sont prévues selon un calendrier précis, qui se déroule tel quel “sauf intervention des joueurs”, selon la formule consacrée. En fait, cela revient à faire un scénario qui est linéaire pour les PNJ et ouvert pour les joueurs, donc la simplicité pour vous et la complexité pour vos joueurs (un dosage sympathique).

Ouverte des deux côtés, la partie d’échecs se construit sur un ennemi (individu ou groupe) que les joueurs vont devoir affronter petit à petit. Le scénariste doit prévoir le terrain de jeu, le camp adverse et surtout les raisons pour lesquelles l’affrontement se fera indirectement, graduellement, chacun essayant de s’assurer un avantage plutôt que de remporter une victoire immédiate.
Pourquoi les PJ ne vont-ils pas tout de suite faire une grosse tête à leur ennemi ? Parce qu’il est trop gardé, il faut d’abord affaiblir son dispositif ; parce qu’il est inconnu, c’est par exemple une société secrète qu’il faut découvrir ou infiltrer peu à peu.

À l’inverse, pourquoi leur ennemi ne fait-il pas arrêter ou assassiner les PJ ? Ils sont trop populaires, il doit d’abord les discréditer ; ils se cachent, il faut trouver et faire parler leurs amis ; on leur tend un piège machiavélique dans lequel ils seront plus utiles vivants et libres. On en vient donc à définir pour les deux parties toute une série d’objectifs intermédiaires (alliance avec un PNJ ou un groupe neutre, objet magique, élément d’énigme, position stratégique…), en dosant bien leur importance pour qu’aucun ne soit une clé indispensable.

Il est ensuite possible de raffiner le jeu en rajoutant un troisième groupe, ou au contraire une multitude de parties adverses, donnant ainsi la figure peu subtile mais joyeuse du bouzkachi, cette espèce de polo afghan où il n’y a pas d’équipes et où plusieurs centaines de cavaliers tentent chacun de s’emparer du “ballon” (9)

Que choisir ?

Sur le papier, les structures ouvertes peuvent sembler beaucoup plus intéressantes que les linéaires. Le problème est que, lors du jeu, elles demandent un effort supplémentaire de la part du MJ mais surtout des joueurs ; si ceux-ci ne savent pas quoi faire, tout le monde s’ennuiera. À l’inverse, une histoire linéaire bien aménagée peut suffire à donner aux joueurs l’impression d’avoir toute la liberté qu’ils souhaitent… s’ils en croient leur MJ capable.

L’essentiel est bien là : il faut entretenir votre crédibilité scénaristique. Quand vous leur aurez fait une séance de tourisme suivi d’un tlouf auquel ils n’ont échappé qu’en inventant un montage abracadabrant, je vous garantis que vos joueurs perdront l’habitude de chercher les “rails” du scénario pour se glisser dedans. Ne pouvant plus agir en joueurs tacticiens, ou en marionnettistes cherchant les ficelles, ils devront bien réagir en personnages, plongés au cœur de l’intrigue.
Et il vous sera alors d’autant plus facile de les manipuler sans qu’ils se méfient.

En matière de structure, la seule règle est donc : changez ! Si bonne qu’elle puisse être, une structure vire au procédé quand elle est utilisée deux fois de suite. Et surtout, dès que vos joueurs se mettent à réfléchir en méta-jeu (“Ah, là il nous donne un indice”), prenez-les à contre-pied. Pour qu’aucun joueur ne vous demande plus jamais s’il est dans le scénar.

(1) NdA : L’exemple de la tour inversée et le terme de liberté illusoire sont tirés de Casus Belli[Retour]

(2) NdA : Enfin, j’imagine, vu que l’essentiel des scénarios publiés sont linéaires. [Retour]

(3) NdA : Moi en tout cas, j’ai tendance à réagir comme ça, mais je ne veux imposer mes idées à personne… [Retour]

(4) NdA : Plus ou moins loyalement… Il ne faut quand même pas leur rendre la tâche trop facile. [Retour]

(5) NdA : Si vous devez absolument le faire, arrangez-vous pour qu’ils aient l’impression d’avoir obtenu ce délai de haute lutte : par exemple, les éléments d’enquête qu’ils ont réunis jusque-là peuvent pousser le gouverneur à accorder un sursis avant l’exécution de leur vieil ami, à condition qu’ils soient capables de le convaincre. [Retour]

(6) NdA : Le meneur contrôle les actions des PNJ, mais il doit aussi pouvoir les justifier. Il n’est pas crédible qu’un groupe de balaises se laisse distancer par des PJ plus faibles sans réagir violemment, à moins d’avoir une bonne raison, classiquement parce qu’ils préfèrent que les joueurs fassent le sale boulot pour eux. [Retour]

(7) NdA : Je ne m’étends pas sur ce système qui est largement développé par Mehdi Sahmi dans son article intitulé Briser la linéarité des scénarios, dans Casus Belli HS n° 25 de mai 99. [Retour]

(8) NdA : À ne pas confondre avec le genre linéaire de l’épopée touristique qui consiste à faire passer les joueurs de scène de découverte en scène de découverte. [Retour]

(9) NdA : En fait, une carcasse de veau… [Retour]

Note: 
Moyenne : 7.3 (3 votes)
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin…

Retrouvez d'autres articles de ce genre dans l'e-book n°8, Comment écrire un bon scénario.

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.