L’Homme qui ne pouvait s’empêcher de mourir

Signs & Portents, le magazine de Mongoose Publishing
présente :

Les personnages joués par Bill avaient une prédilection pour la mort. Dans un article précédent [non traduit], nous avons vu comment ses persos avaient échappé à des décès bien mérités. Cette fois, nous allons [classer] 18 morts - proprement dites - de ses persos.

Stormbringer

Nos souvenirs sont un peu flous, mais on sait que le personnage de Bill est mort. En fait, comme il a réussi à mourir cinq fois d’affilée durant cette campagne de Stormbringergrog, ces cinq morts se sont un peu mélangées en une seule. Je me souviens cependant que mon personnage Dremm (un psychopathe déficient mentalement) était directement impliqué dans ses quatre premières morts. Je pense que le PJ avait été trop insolent envers Dremm, et qu’il l’a exécuté pour ça.

Stormbringer

Une autre mort dont les souvenirs ont aussi été perdus, mais dont on sait qu’elle a eu lieu parce qu’on tenait un journal ; on sait qu’encore une fois Dremm était concerné d’une manière ou d’une autre(1).

Stormbringer et Elric sont différentes adaptations en Jeux de Rôles de la série de romans dark-fantasy dont l’anti-héros est Elric, sorcier ex-roi décadent et assassin de tout un peuple, condamné à errer dans un monde violent accompagné de son épée démoniaque nommée Stormbringer.

Elric

Il a rencontré un type à l’air plutôt costaud, qui s’est révélé être Elricgrog lui-même. Ne se laissant pas intimider, il a tenté de l’affronter.

On pourrait dire que le nom du jeu était un indice.

Le JdR-maison écrit par Lee

Les personnages étaient hébergés dans un monastère et avaient reçu pour ordre de ne jamais sortir de leurs chambres la nuit. Le PJ défia l’ordre, sortit flâner et se fit décapiter.

Traveller (première édition, univers-maison)

Son PJ a réussi à mourir pendant la création de personnage, quand – en voulant faire l’académie de commandos dont était sorti son frère Ben – il a rempilé pour quatre années supplémentaires. Il a réussi à intégrer l’élite, mais s’est fait tuer durant sa première mission.

Je n’ai vraiment pas ressenti d’empathie pour Bill, parce que je lui avais demandé d’arrêter après trois périodes [des CDD de 4 ans (NdT)] ; en effet, s’il arrêtait de se réengager à ce moment-là, l’historique de son perso s’intégrerait parfaitement avec celles des autres PJ.

[Dans ce jeu Space Opera,] vous générez l’historique des personnages année après année : une année pourrait être une formation, une autre pourrait être une « guerre ». Donc, trois ans plus tôt, en supposant qu’ils soient tous sortis de leurs carrière en même temps, le personnage de Bog Boy et lui auraient tous deux combattu, ainsi j’aurais pu dire que c’était la même guerre, que c’est là qu‘ils s’étaient rencontrés et étaient devenus amis. Comme ma campagne avait lieu juste après la fin d’une énorme guerre, longue de plusieurs années, « l’amitié d’anciens camarades de guerre » aurait pu être un beau ressort narratif.

« Hé, si tu t’arrêtes maintenant, le passé de ton personnage s’accordera parfaitement avec celui des deux autres PJ !, ai-je dit.

– C’est bien, me répondit-il, je vais continuer.

Ce qui veut dire que, comme il avait servi 16 ans dans l’armée (ou qu’il les aurait faites s’il n’était pas mort) au lieu de 12, sa guerre avait eu lieu 7 ans auparavant – donc 4 ans avant celle de Bog Boy. Pour être honnête, je ne pense pas qu’il essayait délibérément de compliquer les choses. Je pense qu’il n’avait juste pas compris ce concept de « compte à rebours à partir de l’année en cours ».

NdA : La 1e édition de Traveller avait une méthode de création de personnage utilisant une table de tirages aléatoires où vous « jouiez » les années passées de votre personnage, une à la fois, en passant par les engagements militaires, les entraînements, les batailles, les promotions, les médailles, et – si vous ratiez un jet de survie – la mort. Certaines personnes, dont moi-même, appréciaient beaucoup cette méthode. Beaucoup d’autres n’aimaient pas (et rouspètent encore aujourd’hui qu’il était possible de « mourir pendant la création de personnage ») (2).

Dark Conspiracy

Il créa un personnage originaire d’Inde, mais à cause de ses habitudes de création de personnages surpuissants, il négligea la compétence Langage et n’y investit aucun point.

Son personnage fut tabassé à mort par des bandits. Ils lui avaient ordonné de leur donner son portefeuille ; il échoua au test de compréhension et refusa(3).

Palladium Fantasy

Il s’est dit que ça pourrait être une bonne idée d’affronter seul un dragon, avec son personnage de niveau 1.

Personnage accroché à la queue d’un dragon, par Henry Justice Ford (1860-1941)

L’Appel de Cthulhu

Il est parti explorer seul, de nuit… ce qui est une chose assez stupide à faire dans l’AdC, même quand on ne souffre pas déjà, comme son perso, de très graves brûlures à la jambe droite. Il décida ensuite d’entrer dans un bâtiment obscur, sans se soucier du fait qu’il n’avait ni torche, ni autre source de lumière. À l’intérieur du bâtiment, il vit d’étranges lumières, fluorescentes et spectrales. Il se dirigea droit dessus.

Loup-Garou

Il attaqua une bande de démons, seul, et fut jeté du haut d’un immeuble.

Star Wars

Il insulta un groupe de stormtroopers dans un tripot (les autres PJ avaient prudemment quitté les lieux dès l’entrée des soldats impériaux).

Myriad (avec un système maison pas très solide)

Il jouait un magicien, avec des règles qui ne fixaient aucune limite de nombre de sorts que l’on pouvait lancer, mais où la magie était dangereuse et imprévisible. Plus vous utilisiez la magie, plus il y avait de chances de perdre le contrôle – et de subir des conséquences mortelles. Il lança un sort. Puis un autre. Puis un autre. Puis il cessa d’exister.

Star Wars

Bog Boy (le MJ) avait préalablement déclaré vouloir mener la partie dans une ambiance de « Star Wars classique ». Et surtout, il ne voulait pas de jurons (car La Guerre des Etoiles est un film autorisé au moins de 13 ans).

Cela aurait exigé un gros changement de comportement pour Bill, vu que tous les personnages que je l’ai vu jouer (peu importe le genre ou l’univers de jeu) passaient leur temps à répéter des phrases comme « Allons tuer ces enf***s ! » N’empêche qu’il semblait que c’était quelque chose qu’il ne pouvait pas contrôler (comme s’il jouait le rôle d’une personne atteinte du syndrome de la Tourette), puisqu’il continua à jurer comme un charretier, même s’il avait l’air de comprendre les avertissements de Bog Boy et qu’il acceptait d’arrêter de jurer. Mais il oubliait et recommençait cinq minutes après.

Au bout d’un moment, Bog Boy, mécontent, fit tomber une poutre sur la tête de son personnage, en disant que ça se reproduirait à chaque fois qu’il recommencerait.

Bill n’arrêta jamais les gros mots.

NdA : Les PJ se trouvaient dans l’épave d’un Destroyer stellaire - juste au cas où vous vous demandiez si Bog Boy est le genre de MJ qui fait tomber du ciel des poutres sur les gens.

Birthright (D&D)

A été accusé de génocide, puis exécuté.

Stormbringer

Pendant que d'autres PJ – un Melnibonéen [sorcier invocateur de démons (NdT)], joué par Bog Boy, et Dremm, mon perso – l’interrogeaient dans une taverne, le perso de Bill subit des blessures profondes à la tête, en raison de collisions répétées avec une table.

En effet, à chaque fois qu’il refusait de répondre aux questions de Bog Boy, mon personnage cognait sa tête sur la table – mais il persistait dans son refus de parler. Au bout d’un moment, ça nous a bien énervés, autant à cause de son insolence que des dégâts que son visage infligeait à la table. Il finit noyé quand Bog Boy invoqua un Élémentaire d’eau dans sa gorge.

Stormbringer

Note: celle-ci pourrait techniquement constituer deux morts, mais on la présente comme une seule car les deux concernent le même personnage.

Son perso avait réussi à se faire tuer d’une manière ou d’une autre mais fut ressuscité grâce à la découverte d’une salle qui accordait un vœu à chaque PJ. L’un d’eux utilisa généreusement son vœu pour ramener le personnage de Bill d’entre les morts.

Dans la même pièce se trouvait une sorte de roulette de casino qui pouvait – quand vous y jouiez – augmenter ou baisser vos caractéristiques. Bill joua plusieurs fois, perdit à chaque coup, ce qui valut à son personnage de finir avec des caractéristiques plutôt médiocres (son état d’esprit était celui du joueur compulsif qui continue à jouer pour récupérer ce qu’il a perdu).

Arrivé là, il décida d’utiliser son seul vœu : « Je veux être comme j’étais avant ! » (Rappel : Avant d’entrer dans la chambre, il était mort).

Rifts

Son soldat chimiquement amélioré (juicer) est mort à cause d’une série d’actions stupides:

  1. Première action : armé seulement d’un fusil de sniper et d’un vibro-couteau, il choisit de participer à une énorme bataille post-apocalyptique, plutôt que de se mettre à l’abri dans un bunker de béton à 15 km de là, d’où il aurait pu regarder la bataille à la TV en notre compagnie.

  2. Deuxième action : après avoir évité de justesse de se faire tuer, il fut salement touché : sachant que les armures dans Riftsgrog ont des échelles de dégâts cent fois plus grandes que celles des personnes ; que son armure pouvait encaisser environ 57 points de dégâts d’armure ; que le MJ a obtenu aux dés exactement 57 points de dégâts d’armure - ce qui a totalement détruit son armure; que si le MJ avait obtenu 58, son perso aurait reçu 100 points de dégâts personnels et que cela l’aurait tué directement. Il décida alors de rester sur le champ de bataille, bien qu’il fut entièrement nu et avec dans les faits moins d’un point de vie - vu les armes utilisées par les belligérants.

  3. Dernière action : il fonça droit sous les huit pattes d’un robot géant, qui le piétina sans attendre.

« Je pensais que je pouvais l’escalader et le faire exploser, comme Luke dans l’Empire contre-attaque ! », se justifia-t-il.

– Heu… Mais on ne joue pas à Star Wars ! », répondit-on.

Bill faisait souvent preuve d’un manque de compréhension du fait que certains genres sont héroïques, et d’autres pas.

Conspirations

Bill n’a jamais réussi à comprendre la notion d’« opération secrète ». Sa PJ était très encline à annoncer à de parfaits étrangers « Eh, mon copain bosse à la NASA ! On travaille sous couverture ! ». Elle finit par mourir de façon héroïque, en refusant de prendre un traitement médical, pour le donner à un autre PJ blessé, en prononçant ces dernières paroles : « Soigne-le, je peux créer un autre personnage. »

Les Royaumes Oubliés I (AD&D)

Bill créa un Ranger, en utilisant les règles du supplément Talents et Pouvoirsgrog de AD&D 2e éd. Il voulait (soi-disant) créer un clone d’Aragorn (du Seigneur des Anneaux). Mais à cause de son incapacité à comprendre les règles, il créa en fait un perso totalement incompétent. Celui-ci gagna le surnom de « Fléau des Moines, fine-lame-aux-deux-mains-gauches » après que sa tentative téméraire de combattre en mêlée (sans en avoir les compétences) ne tue un des moines/Frères qu’il était censé défendre. Ce perso fut ensuite tué (avec son accord) dans un éboulement provoqué par le MJ, afin que Bill puisse créer un autre (meilleur) personnage.

Warhammer, le jeu de rôle fantastique

Les PJ enquêtaient dans un petit village sur une série de meurtres inexpliqués. Trouvant un cadavre, il eut besoin de l'identifier. La photographie n'existait pas, et le cadavre était trop encombrant pour être transporté. Bill eut l'idée de mutiler le cadavre en lui ôtant les globes occulaires. Il les exhiba ensuite aux gens en leur demandant "s'ils reconnaissaient les yeux"... Il fut alors envoyé au bûcher pour sorcellerie - et soupçonné d’être l’auteur de tous ces meurtres.


Article original : The Man Who Couldn’t Stop Dying part II, tiré de Signs & Portents n°14


(1) NdT : pourquoi Dremm tue-t-il aussi souvent les PJ de Bill ? L’explication est dans Ouais, mais… Mon perso n'en a rien à cirer ! ptgptb : avec l’accord de tous, Jonny créa Dremm, un perso psychopathe et violent. Dés la première scène, Bill/Dave déclara comme action « Je dis à Dremm “T’as l’air d’un vrai con !” »… [Retour]

(2) NdT : Marc W. Miller, l’auteur de Traveller, explique dans l’épisode d’Icosaèdre qui lui est consacré, que ce mécanisme était destiné à tempérer les joueurs qui cherchaient à optimiser leur perso soldat en le faisant rempiler dans des carrières dangereuses pour amasser un maximum de compétences martiales… [Retour]

(3) NdT : l’exemple illustre l’article sur l’importance de la prise en compte des langues ptgptb. [Retour]]

Note: 
Moyenne : 7 (1 vote)
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.