Entretenir la flamme des campagnes

Personne n’aime vraiment la mort, et c’est certain, personne ne s’enthousiasme à la perspective de mourir. Quand des personnages-joueurs meurent au cours d’une partie, on voit souvent des poings se brandir et des bagarres éclater.

Un exemple : Seeton était un sorcier, et il mourut de la pire mort qui soit après avoir chuté de la fenêtre d’un château sis à flanc de montagne, et que son corps - et le d4 de points de vie par niveau qui le constituait - se fut écrasé violemment contre les rochers. Jody, le gars qui jouait Seeton, n’était pas content. Il était même tout le contraire. Il était carrément en rage. Et pourquoi ne devrait-il pas l’être ? Seeton était décédé d’une mort horrible et vaine !

Les MJ n’ont pas vraiment de personnages. La campagne est la seule chose qui leur appartienne, qu’ils créent, et à laquelle ils consacrent du temps. Rien n’est plus épanouissant qu’une campagne qui comporte un début, un milieu et une fin. Et pourtant, le plus souvent, ce n’est pas le cas. Quand une campagne se meurt, c’est souvent sans raison ni sens, et c’est une horrible manière d’achever son existence.

Une des choses qui tue une campagne sans raison est le temps. La longue pause. Les vacances, les mois de congés aspirent l’énergie vitale d’une campagne avec une efficacité sans égale. Malgré tout, il doit bien exister un moyen de la maintenir en vie.

Souvent, l’interruption de la campagne est un mal nécessaire. On n’y peut rien. Noël approche, la saison des conventions est là, les gens prennent des congés… Les parties de JdR se mettent en retrait de la vie réelle, et c’est tout naturel. En dépit de tout cela, comment maintenir en vie notre campagne bien-aimée ?

 

Parlez-en

La vie d’une campagne, à l’instar de toute bonne amitié, se nourrit de conversations. Oui, on en parle. Pas forcément en criant, bien que cela convienne également. Vous êtes le MJ et le plus important pour votre campagne à ce stade est que vous en soyez le représentant enthousiaste. Les joueurs tireront leur énergie de la vôtre.

Vous devez tenir le haut du pavé, et si vous ne le faites pas, soyez sûrs qu’ils ne le feront pas. Gardez haut ce niveau d’énergie. Vous avez déjà passé plus de temps sur votre campagne qu’un gars qui joue à Final Fantasy. Ne la laissez pas dépérir.

Parlez de la campagne à vos joueurs pendant cette pause nécessaire. Envoyez-leur des courriels qui parlent de leur personnage. Demandez-leur ce qu’ils désirent et ce qu’ils espèrent accomplir à leur retour. Les joueurs continueront à s’intéresser à la campagne. Ils poseront des questions, et voudront voir l’aventure avancer dans des directions intéressantes. C’est aussi une très bonne façon de ne pas oublier ce qui est arrivé à chaque personnage jusque là.

Utilisez les nouvelles technologies et les réseaux

Faites bon usage des nouvelles technologies pour garder l’historique de votre campagne et ne pas en perdre le fil. En utilisant un site comme Obsidian Portal, ou tout simplement en tenant un blog de votre campagne, vous pourrez vous parler à vous-même sans avoir l’air bizarre. Cela vous permet d’y poster vos idées, de garder en mémoire les évènements passés et de réfléchir à ce que vous souhaitez qu’il arrive par la suite.

De plus, vous pouvez aussi fréquenter des forums et discuter de votre partie avec d’autres MJ. Bien évidemment, assurez-vous que ce ne soit pas un endroit que vos joueurs fréquentent habituellement, si vous envisagez de dévoiler des informations qui peuvent gâcher ou ruiner l’intrigue future de votre campagne.

Souvenez-vous, parler de vos parties est parfois perçu comme une forme de masturbation intellectuelle, mais partager votre campagne en cours peut souvent se révéler utile à d’autres MJ. Mettez en ligne vos idées de campagne, vos intrigues, vos trouvailles concernant les PNJ ou les objets magiques, entre autres, car ces discussions peuvent non seulement être utiles pour garder la vitalité de votre campagne, mais peuvent aussi s’avérer utiles à d’autres MJ qui souhaitent redonner un coup de fouet à  leur propre campagne.

Tout nouveau, trop beau

Un autre conseil digne d’intérêt : prenez vos distances avec la nouveauté. Si, au cours de ces longues interruptions, on vous offre un nouveau  jeu de rôle, ou que l’un de vos joueurs et vous avez discuté de tel ou tel système pendant la suspension de la campagne, notez bien que l’herbe paraît toujours plus verte ailleurs. Dans l’intérêt de la (sur)vie de votre campagne, rappelez-vous ceci : l’herbe n’est pas plus verte! Quand vous ne jouez pas à un autre jeu, il a toujours l’air mieux. Gardez le cap et évitez de parler d’autres JdR. Votre campagne en cours est géniale et divertissante. Vous y avez bien joué jusqu’à cette longue pause, non ?

Gardez ces conseils en tête, et votre campagne en cours pourrait bien survivre à cette chose qui tue les campagnes sans raison. Parlez-en à vos joueurs ; utilisez les nouvelles technologies pour garder votre motivation intacte et pour discuter de votre campagne avec d’autres MJ ; et restez loin de la tentation de la nouveauté. Vous vous en sortirez. Donnez à votre partie ce qu’elle mérite : un début, un milieu et une fin.

Ne prolongez pas l’interruption sans fin mais passez-la par la fenêtre : ne mourez pas en vain.

David Miller, rédacteur invité, est un réfugié climatique de Louisiane, qui vit à Calgary dans la province d’Alberta au Canada. Il est père, mari, pasteur, MJ, et organisateur de convention rôliste. Son groupe de rôlistes et lui organisent la Underground Con à Calgary. Il tâche de ne pas interrompre trop souvent ses campagnes « maison ».

Article d'origine : Keeping the Home Fires burning

NukeHavoc

Je pense que ces sortes d'interactions par Internet sont cruciales pour faire continuer la campagne. Jouer par post, [ou jouer par e-mail] aussi. Il y a environ un an, mon groupe est passé d'une séance de JdR hebdomadaire à deux séances par mois, parce que nos métiers et engagements familiaux sont devenus trop prenants pour maintenir notre rythme habituel.

Sachant que nous suivions une fréquence grosso modo hebdomadaire depuis environ 15 ans, ce fut un ajustement énorme... Pour aider, je me suis forcé à poster sur notre forum des résumés des aventures, des listes de trésors, et les récompenses en XP, immédiatement après la partie. C'était toujours un bon moyen de démarrer une discussion, car qui n'aime pas faire la "danse de montée de niveau" de temps en temps ou grapiller un objet magique (sans parler du rappel aux autres de toutes les supers actions que leur perso a fait pendant la partie).

Nous jouons à la campagne Second Darkness, dont le premier tome est centré sur des aventures urbaines et pas mal de style "bac à sable". Mes joueurs s'y sentent comme des poissons dans l'eau, mais cette sorte d'aventure finit par être très gourmande en temps de jeu à table.

Aussi, j'ai décidé de mener des "interludes", liés à chaque chapitre, et que je poste en ligne sur notre forum, où les joueurs peuvent annoncer les actions de leur perso entre les parties. J'ai été stupéfié par sa popularité soudaine. Ils n'ont pas tous posté, mais un noyeau solide de 3-4 joueurs répondait à chaque interlude avec régularité.

Cela nous a permis de règles pas mal de roleplay et de gestion ludique entre sessions, et de nous concentrer davantage sur le coeur de l'aventure quand nous nous retrouvions physiquement. Ça a bien marché — nous en sommes maintenant au tome 3 — et au 12e interlude —, et on est toujours enthousiastes.

Note: 
Average: 7.3 (6 votes)
Tags: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.