Les Narrativistes : une nouvelle race de Grosbills ?

Les grosbills reviennent-ils avec un nouveau masque ?

Premièrement, un avertissement : tous les narrativistes ne sont comme ceux décrits ici. Je crois sincèrement que certains cherchent réellement une nouvelle façon de jouer. Cependant, je ne suis pas persuadé que ces derniers soient représentatifs de tous ceux qui se disent narrativistes. Les grosbills aiment gagner. Ils optimisent leurs personnages et exploitent les règles afin de maximiser leur avantage durant la partie. Ce vénérable cliché du JdR, selon lequel il n’y a ni gagnant ni perdant, n’est pas une philosophie à laquelle ils adhèrent.

Ces dernières années, il y a eu un courant, illustré par de nombreux JdR discutés sur The Forge (mais que l’on trouve aussi dans des jeux de rôles plus grand public), à donner aux joueurs davantage de contrôle sur les événements survenant durant la partie. Le Métacontrôle. Il y a eu aussi une tendance à renforcer l’importance de l’histoire par rapport à la simulation de la “réalité”.

Beaucoup de jeux des années 70 et 80 (mais pas tous bien sûr, je parle de tendances) mettaient l’accent sur le réalisme, même dans les genres les plus invraisemblables. On se référait au réalisme comme à une Cour Suprême.

Si une règle était irréaliste, c’était en soi et par soi un problème, sauf si cette règle était spécifiquement et intentionnellement irréaliste par nécessité (comme les mutations dans Gamma World (1)).

Cette philosophie est passée de mode dans la conception de JdR. Maintenant, nous voyons de plus en plus de gens se référer en priorité à l’histoire.

Plutôt que de demander si quelque chose se produirait dans la vie réelle, les jeux ont tendance à demander si cela se produirait dans les histoires ou les films du genre concerné.

Le problème, c’est que personne ne perd jamais dans les histoires ou dans les films du genre concerné. Et c’est là que tout commence à aller de travers.

Beaucoup de gens, en plaidant pour les jeux narrativistes, mettent en cause ce qu’on appelle le facteur “cigarillo”. Vous vous représentez votre personnage comme ce type super cool et il vous faut concilier cela avec son échec quand vous faites un jet de merde. Dans les histoires de genre, les héros n’échouent pas. Ils gagnent. Donc, quand l’accent est mis sur l’imitation du genre, de nombreux joueurs comprennent que ça signifie que leurs personnages ne devraient pas échouer non plus, qu’ils devraient gagner.

Tout le temps. Nous voyons alors des mécaniques de narration où, lorsque quelque chose se passe mal pour un PJ, le joueur dispose d’un droit de regard sur la scène pour s’assurer qu’aucun échec ne puisse intervenir. Les systèmes de règles dans de nombreux jeux intentionnellement narrativistes, particulièrement ceux du style de The Forge, où les PJ, par définition, ne peuvent échouer, le pire qu’il puisse se produire est qu’ils réussissent superbement mais que quelque chose survienne pour maintenir la menace.

À mon avis, l’enjeu pour de nombreux joueurs n’est pas vraiment l’histoire, ce n’est pas vraiment de créer une superbe fiction à sa table. L’enjeu, c’est d’avoir son perso toujours à l’aise, ne ratant jamais rien, tous ces trucs que l’on associait au grosbillisme jusqu’à ce que les grosbills trouvent une nouvelle et meilleure terminologie.

Comme je l’ai dit en préambule, tous les joueurs se décrivant comme narrativistes ne sont pas comme ça, mais je pense que bon nombre le sont. Je crois que beaucoup, si ce n’est la plupart, sont en vérité intéressés par les mêmes trucs qui les ont toujours intéressés : le contrôle, s’assurer que rien n’arrive qui ne soit différent de ce qu’ils souhaitent.

S’assurer que la partie est exactement comme ils veulent qu’elle soit, sans désavantages et sans échecs. Gagner.

Voici une citation de la critique de Godlike par Ron Edward, sur le site de The Forge ; il débat de la possibilité offerte par les règles de jouer des commandos au lieu de jouer des troufions de base :

“Cela paraît étrange, vous pouvez jouer des personnages de type TOG [Talent Operation Group –  les super-héros qui ont été entraînés dans les équipes des Forces Spéciales], avec un putain d’énorme paquet de points de compétences en plus ou… pour quelque raison que ce soit… ne pas le faire.”

Ben moi, cela ne m’a jamais paru étrange. Vous pouvez jouer une campagne de commandos ou pas, et si vous ne le faites pas, vous n’utilisez pas les personnages TOG (ceux avec tellement plus de compétences). Mais du point de vue du grosbill (*), la question est : pourquoi diable voudrait-on jamais jouer un personnage plus faible ? (2) Et voici l’autre aspect du problème : il ne s’agit pas seulement de ne pas échouer, il s’agit d’être un des meilleurs et de ne pas échouer. D’être super incroyablement puissant, classe, et de ne pas échouer.

Donc, nous avons des sur-personnages qui réussissent toujours et ont toujours l’air classes en le faisant. C’est ce sur quoi la plupart des parties narrativistes ont l’air de se centrer réellement. Il s’agit de contrôle et de victoire. C’est pourquoi, dans de nombreux jeux narrativistes, un bon jet de dé donne le contrôle au joueur, et un mauvais jet au MJ. Le contrôle est central, contrôler à quel point son personnage est cool et comment il nique sa race. Avoir le contrôle est bien et autorise votre gars à redevenir tout à coup incroyablement classe. Perdre le contrôle est mal, un jet échoué signifie que le MJ décide ce qui se passe, vous n’avez plus le contrôle total de la partie.

OctaNe (3), Wushu (4), Adventure! (5), à certains égards, sont tous des jeux où l’on incarne des super experts qui n’échouent jamais vraiment et où les joueurs peuvent s’assurer que leur perso a toujours l’air classe.

Il y a des gens comme Paul Czege qui sont véritablement novateurs, qui créent véritablement des jeux narrativistes où l’on tente vraiment de créer une expérience de fiction partagée. Où gagner tout le temps n’est pas l’enjeu ; où il n’y a rien qui puisse être vu, même du point de vue de PJ, comme étant à gagner. Mais Paul n’est pas particulièrement représentatif. Ce qu’il fait ne me semble pas refléter la majorité de la conception de jeux narrativistes (**). Pour chaque Paul faisant quelque chose de véritablement nouveau, il y a une douzaine de types pour qui le narrativisme, c’est pour jouer un super-PJ qui est protégé par les règles du JdR contre l’échec, contre avoir l’air d’un blaireau, pour que jamais il ne fasse autre chose que gagner.

En d’autres termes, un grosbill, mais avec quelques points de trame en plus.

Article original : Narrativists - A new breed of Munchkin?

(*) Non, je ne pense pas que Ron est un grosbill, la citation est juste utilisée car elle montre bien là où je veux en venir. [Retour]

(**) Franchement, je pense qu’il serait insultant de dire que Paul Czege est juste un concepteur de JdR narrativistes. C’est un bon créateur de JdR, et en tant que tel je pense qu’il crée ses propres catégories qui ne sont qu’à lui. [Retour]

NDLR : Allez à http://www.halfmeme.com/ pour voir les jeux de Paul Czege, y compris My Life With Master

NDLR : La réponse, "Une explication du narrativisme" est disponible ici.

(1) NdT : Gamma World est des premiers JdR post-apocalyptiques, avec des mutants. [Retour]

(2) NdT : une réponse très intéressante dans La compétence, c’est surfait ptgptb [Retour]

(3) NdT : OctaNe : un univers post-apocalyptique ; les règles passent le contrôle du résultat de l’action au joueur (4-5-6 au meilleur dé de 3d6) ou au MJ (1-2-3), sous conditions. [Retour]

(4) NdT : Wushu : un système générique léger en règles, ambiance de films d’action. Plus le joueur décrit son action, plus il a de chances de la réussir [Retour]

(5) NdT : Adventure! : des aventures héroïques “pulps” à la Indiana Jones, avec des règles pour tricher avec le destin, et d’éviter de mourir en général. [Retour]

Note: 
Average: 9 (1 vote)
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin… panneau-4C

Cet article fait partie d'un e-book téléchargeable, organisant des traductions séléctionnées sur le thème des Grosbills. Elles prennent alors une autre perspective!

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.