Mes mésaventures de Grandeur Nature

Critical Miss, le magazine pour les rôlistes dysfonctionnels, présente

Le jeu de rôle Grandeur Nature. Son principe général m’est resté en travers de la gorge. D’un côté, ça implique le mouvement, et je suis bien trop paresseux pour permettre à un tel concept de pénétrer mon esprit. Et pour le reste, il y a bien trop de clémence quant à ce qu’il se passe dans les Grandeur Nature. Trop de règles maison ont pour résultat trop de problèmes. On dirait que les règles sont inventées au hasard, et abandonnées tout aussi vite. Je vais maintenant vous gâter (ou vous ennuyer à vous en faire crever) avec mon aventure GN-istique.

Vampire : La Mascarade

Pour ceux qui ont déjà joué à Vampire : La Mascarade, passez ce paragraphe et lisez la suite. Pour ceux qui n’y ont jamais joué, lisez mon explication rapide et complètement inutile. Vampire consiste en plusieurs clans, chacun avec des capacités spécifiques, des talents, etc. Ils ont chacun leur propre caractère principal, qui peut être divisé en catégories plus petites, selon les envies du joueur. Ainsi s’achève mon explication de Vampire. Vous ai-je perdu ? Bien.

L’invitation

Un de mes anciens amis, que j’appellerai ici “Le Bâtard“, avait reçu une invitation à une partie Grandeur Nature de Vampire. Je jouais à Vampire depuis quelques mois et j’étais intéressé, alors le Bâtard a informé l’hôte qu’il amènerait un invité.

La grande nuit arriva. Ce soir-là, mon état d’esprit était proche de celui d’un célibataire se préparant à un premier rendez-vous avec une inconnue. J’étais un peu craintif et nerveux, mais Bâtard m’assura que “Ce sont mes gens. Tu t’en sortiras”. Et bien sûr, comme un idiot, je l’ai cru.

Je lui demandai quel était le code vestimentaire, ou même s’il en existait un. Il dit “Porte juste la même chose que moi”. Je remarquai qu’il badigeonnait son visage de peinture blanche et qu’il portait de la dentelle noire. C’était le premier des quelques indices que j’ignorerais ce soir-là, des indices qui me disaient “COURS !”. Pourtant, je le rejoignis dans son maquillage, mais refusai de porter de la dentelle.

L’arrivée

Une fois arrivés, je fus surpris de voir au moins 40 personnes devant la maison. Je ne suis en aucune façon timide, mais de grands groupes de gens portant du cuir noir, du maquillage blanc et des crocs de vampire en plastique me causèrent une grande consternation. C’était l’indice numéro 2. Quoi qu’il en soit, nous entrâmes dans la maison, et on m’expliqua les règles du Grandeur Nature :

  • Pas de contact physique
  • Le fait de baisser les yeux est synonyme d’échec pour la plupart des tests
  • Le pierre-papier-ciseau est utilisé pour le reste.

Des règles simples, des règles basiques. En résumé, de fausses règles. J’écoutai avec beaucoup d’intérêt, mais apparemment, tous les autres avaient ignoré la première règle. Le jeu commença peu de temps après, avec l’hôte qui passa du heavy metal et le groupe entier de pseudo-vampires qui se mit à pogoter (se lancer soi-même dans les autres). Je fus immédiatement pris en sandwich entre un grand type et le mur. Malheureusement, j’ai pris pas mal de coups pendant le pogo. Mes cris de douleur passèrent relativement inaperçus.

La mort d’un Brujah

Mon personnage était un Brujah, qu’on pourrait décrire de la meilleure manière comme un jeune punk radical. Je restais collé au Bâtard, surtout parce que je croyais encore fermement que “c’étaient ses gens, et que je ne serai pas blessé”. Mensonges, mensonges, ce n’étaient que mensonges.

Alors que je buvais une boisson gazeuse restée sur une table, trois grands “vampires” me firent face.

“HÉ ! Les vampires ne peuvent pas boire. Tu sais ça !”

Je le regardai, et dis “Eh bien, je ne suis pas un VRAI vampire. J’en joue juste un à la télé”.

Bon, j’ai souvent été accusé de jouer au malin. Je n’essayais vraiment que de détendre l’atmosphère mais il brailla immédiatement “IL A BRISÉ LA MASCARADE !!”

Note : Pour ceux qui ne jouent pas à Vampire, la Mascarade est simplement le code moral parmi les Vampires – comment ils se comportent en public, puisqu’ils ne veulent pas qu’on sache qu’ils sont des vampires. Quiconque brisant la Mascarade en jeu est puni par une bastonnade générale, avec la mort comme conséquence. Cette tradition douce et brumeuse est appelée “Chasse au Sang”.

De toute façon, mon psychiatre me dit qu’il est bon d’en parler, alors je vais continuer. Ses deux costauds de copains me soulevèrent, m’emmenèrent à une fenêtre, s’arrêtèrent brièvement pour le laisser OUVRIR la fenêtre, puis me jetèrent dehors. Heureusement, nous étions au rez-de-chaussée, et je ne me fis pas trop mal. Cependant, j’étais sous le choc. On m’avait dit qu’aucun contact physique n’était autorisé.

Alors que je m’époussetais, je vis les trois hommes dans une discussion animée avec le Bâtard. Il leur serra alors la main, et hurla : “CHASSE AU SANG !!”

Being Human

La chasse

J’étais baisé. 40 personnes qui croyaient vraiment qu’elles étaient des vampires me donnaient la chasse. Eh bien, j’ai couru très vite. Malheureusement, cet hôte vivait au milieu de nulle part, et je m’étais garé à environ un mile (pour ceux qui tournent au ralenti : à peu près deux kilomètres). J’ai pris un “raccourci” par la forêt toute proche, une idée qui requérait un peu plus de réflexion que je ne lui en donnai, et courus à fond. Après avoir évité de peu quelques-uns de ces foutus vampireux, j’atteignis ma voiture. Je sautai dedans et me cassai, conduisant à fond sur tout le chemin du retour.

Le coup de téléphone

Le matin suivant, terrassé par la fatigue et les quelques pintes de liqueur dont j’eus besoin pour m’endormir cette nuit-là, je fus réveillé par le téléphone. C’était le Bâtard, et il voulait que je vienne déjeuner avec lui. Je répondis que >>oui, bien sûr, et partis pour mon repas.

Quand je le vis, il portait le sourire le plus foutrement stupide que j’aie jamais vu.

“Hé, mec ! C’était pas GÉNIAL, ça ? Tout le monde t’a adoré, et je leur ai dit qu’on serait de retour la prochaine fois. Est-ce que c’est bon pour—OUFF !!!”

Ce dernier son qui émana de la bouche de Bâtard était le résultat de mon poing heurtant violemment son estomac. Ce fut la dernière fois que je vis Bâtard.

En tous cas, c’est mon expérience en Grandeur Nature. Je sais pas si vous l’avez trouvée intéressante ou pas, mais la voilà. Mon seul conseil si envisagez de rejoindre un jeu en Grandeur Nature est le suivant :

  • Assistez à quelques parties en tant que spectateur, pour que vous puissiez voir les règles qui sont vraiment utilisées.
  • N’y assistez jamais si vous connaissez moins de 20 % des gens présents.
  • Amenez un pieu en bois et un maillet.

Article original : My Live Action Misadventures

Note: 
Moyenne : 2.2 (9 votes)
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin…

Cet article fait partie d'une compilation sur la malchance rôliste et ses multiples avatars : l'ebook n°13 : Fatal Fumble

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.