Continuer à jouer pendant des années

Oliver J. Oviedo de OJO Gamesa écrit cet article invité, et son sujet : la durabilité (sustainability – comme dans développement durable) n’est pas souvent abordé dans les conseils aux MJ. Merci Oliver !

Martin

J’ai eu le luxe d’avoir des parties régulières durant les 19 dernières années. Malgré les changements de boulots, d’écoles, de petites amies et l’arrivée des enfants, j’ai pu continuer à jouer régulièrement. D’accord, il y a eu des pauses ici ou là, mais en moyenne j’ai joué 2 à 4 parties par mois durant toute cette période. J’ai appris que si vous voulez des soirées de JdR régulières dans votre vie, vous devez les rendre durables. Voici sept des mes meilleures stratégies pour maintenir une vie de joueur à long terme :

1) Planifiez vos parties un soir de semaine

Une session régulière durant le week-end est compliquée à maintenir à l’âge adulte. J’ai une femme et trois enfants, je suis des études scientifiques et je travaille à mi-temps comme chercheur. Oh, et je développe aussi quelques jeux et j’essaie de créer un site web. Ils sont loin les jours ou j’allais chez les copains pour jouer à AD&D tout le week-end. La bonne nouvelle, c’est que la plupart des gens ne font rien de bien excitant le mardi soir (1). Trois heures bien remplies de JdR sont très productives quand vous restez concentré (2). J’ai eu des tonnes de parties fabuleuses entre 17h30 et 20h30 alors que je travaillais le lendemain. Et vous le pouvez aussi.

2) Impliquez votre famille

La stabilité d’un groupe de jeu est essentielle pour la durabilité à long terme. La plupart d’entre nous aiment passer du temps avec au moins un des membres de notre famille. Pour ça, je me suis toujours efforcé d’inclure un membre de la famille (y compris les plus importants) et de le former pendant la session. J’ai eu des couples dans mes groupes, et même une mère et son fils. J’ai eu des frères et sœurs, des beaux-parents. Des relations stables font des joueurs stables. Et il n’y a pas de meilleur moyen d’obtenir la compréhension et le support de votre famille que de leur donner un aperçu du jeu de rôle.

3) Créez-vous un réseau dans votre ville

Apprenez à connaître les rôlistes qui vivent près de chez vous et faites l’effort de jouer à quelque chose, n’importe quoi avec eux. Ils ne seront pas tous de votre goût, mais il y a des chances que certains le soient. Avoir des contacts sous la main sera inestimable si vous devez compléter une table, ou si vous voulez créer un nouveau groupe, ou vous faire inviter dans le groupe de quelqu’un d’autre (3). En plus d’accroître votre cercle de joueurs potentiels, échanger avec de nouvelles personnes vous fera envisager de nouvelles idées, perspectives, et JdR (4).

4) Investissez dans la prochaine génération

Cela signifie jouer avec des enfants (5) et apprendre les ficelles du métier à de parfaits débutants. Les nouveaux arrivants ne sont pas blasés par les mécanismes et les systèmes de jeu, ils ont un regard neuf sur le JdR. Ils vont vous redonner de l’énergie. Les enfants sont des roleplayers naturels, ils plongent et s’investissent dans l’histoire avec une impressionnante facilité. Mon projet Storytime Chimera (en) est né de mon habitude de rendre interactifs les contes que je racontais avant d’aller dormir (tous les parents geeks devraient faire de même). Je m’efforce de créer un JdR suffisamment simple pour être compris par un enfant, mais assez robuste pour gérer n’importe quelle action des adultes. Jetez-y un œil si vous voulez jouer avec des enfants ou des nouveaux venus. La version de démo est téléchargeable gratuitement sur inscription. Elle comprend une couverture en couleur et des illustrations en noir et blanc, ainsi qu’un univers et un scénario typique.

5) Soyez le mentor de nouveaux MJ

Formez un groupe où chacun deviendra MJ à tour de rôle. Formez les nouveaux MJ. Non seulement vous éviterez l’épuisement du MJ, mais cela favorise la compréhension mutuelle. J’ai remarqué que les meilleurs joueurs sont aussi MJ, et que les meilleurs MJ sont aussi joueurs. Il est mauvais pour un groupe d’avoir des personnes qui refusent carrément de jouer, ou qui refusent carrément de maîtriser. C’est vital car maîtriser une partie implique de développer ses talents narratifs et ses compétences d’improvisation. Cela demande de la pratique et ne peut pas s’apprendre en lisant un livre de JdR. C’est un art autant qu’une science. Devenir MJ est le fruit d’une longue tradition orale. Les trouvailles et les connaissances des MJ chevronnés sont inestimables. Partagez-les. Si vous n’accompagnez pas de nouveaux MJ, le JdR disparaitra. Point.

6) Une construction communautaire de l’univers

Il n’y a rien de pire que de passer des heures à préparer une campagne pour la voir boudée par vos joueurs. Beaucoup d’entre nous ont des tiroirs pleins de notes qui ne verront jamais la lumière du jour. Et pourtant nous ne devenons pas MJ pour galérer dans l’obscurité, non ?

La solution la plus simple et efficace consiste à donner aux joueurs quelques pouvoirs de construction de l’univers (6). Cela crée immédiatement une gratification et une implication, et enlève une grande quantité de boulot (parfois futile) de vos épaules. Si vous voulez que vos joueurs adorent votre jeu, est-ce que ça ne ferait pas sens d’identifier ce qui les intéresse ? Mon JdR fantastique Chimera s’est construit intrinsèquement sur cette approche et offre un mécanisme complet pour récompenser les joueurs avec des points de construction du monde. Jetez un œil au site web pour trouver un système neutre de création collaborative d’univers.

7) Trouvez un partenaire

Tout comme j’encourage à enseigner le JdR aux enfants et aux profanes, vous devez vous entretenir si vous voulez progressez en tant que MJ. Je vous conseille pour cette raison d’identifier parmi votre communauté locale de joueurs une personne que vous considérez à votre niveau, ou au-delà, de vos compétences de maîtrise. Il faut qu’elle aussi soit motivée pour améliorer son art. Deux fois par mois, je retrouve mon pote Paul au restaurant du coin et nous pratiquons un JdR intense appelé Sorcerer (http://www.adept-press.com). Nous discutons de la narration dans l’esprit humain et analysons ce qui rend une histoire vivante et captivante. Tout ça au milieu de margaritas et d’enchiladas, et nous laissons les enfants à la maison. C’est notre laboratoire de jeu. Vous devriez aussi avoir le vôtre.

Arrivé là, vous pourriez vous dire que “Tout ça représente beaucoup de boulot ! Pourquoi diable est-ce si important d’avoir une soirée de JdR régulière ?”. Eh bien je pourrais citer un article récent de John Fredricks sur Gnome Stew, Three Tough Situations, “L’art du MJ est fait d’espoir”. Je suis 100 % d’accord. En tant que MJ, vous espérez faire jouer à un jeu de rôle, vous espérez essayer un nouveau système, vous espérez passer du bon temps avec vos amis, et ainsi de suite. Encourager des pratiques de jeu durables est une façon proactive de transformer vos espoirs en réalités. Une sortie à intervalles réguliers pour jouer vous donnera une opportunité unique de vous connecter aux autres par l’imagination et le dialogue. C’est la meilleure manière de partager des idées et des histoires, de créer une tradition d’harmonie autour de la table. Tout ça en vaut la peine.

Et vous, quelles pratiques avez-vous trouvé pour continuer à jouer durablement ?

Sélections de commentaires

BryanB

Excellent article Oliver. Si je pouvais ajouter un huitième conseil à cette liste : pensez à Internet pour vos parties. Si vous ne trouvez pas suffisamment de joueurs près de chez vous ou que les emplois du temps sont incompatibles, cherchez sur les sites appropriés (par ex : http://roll20.net) pour retrouver des amis d’il y a 20 ans maintenant partis loin, ou pour jouer avec de nouveaux amis que vous avez rencontrés sur la toile dans un forum de discussion ou sur un jeu vidéo. À notre époque, n’importe quelle personne connaissant un minimum Internet est un joueur potentiel pour votre campagne.

black campbell

Certains conseils sont vraiment bons, particulièrement lorsqu’il s’agit de jouer en semaine. Cela fait presque 20 ans que je joue avec le même groupe. Les gens ont changé au cours du temps, mais les parties hebdomadaires ont survécu, malgré les pauses quelques mois par ci par là, les déménagements vers une autre région, un divorce et la perte de la moitié du groupe (7), les personnes qui quittent la ville ou passent à autre chose.

Mais les parties en soir de semaine, même si peu pratiques pour certains (nous avions deux joueurs qui se tapaient 45 minutes de transport entre Santa Fe et Albuquerque) ont été le facteur qui a permis de garder le groupe soudé. L’autre point, je trouve, c’est la régularité. Essayez de conserver un emploi du temps aussi régulier que possible ; même endroit, même jour, même heure. Soyez flexibles, nous permutons une soirée de temps à autre pour des raisons familiales ou professionnelles, mais nous maintenons le rythme d’une partie par semaine. S’il y a moins d’une partie par semaine, j’ai remarqué que les groupes se séparaient.

L’autre point que je voudrais ajouter est d’être amis. Les parties sont peut-être ce qui vous rassemble, mais faire d’autres trucs comme des diners, des cinés, etc., ça soude des groupes plus forts. Si vous n’avez que les Mines de Massacredestrucs comme liant, le groupe ne deviendra pas très soudé. Vous retrouver entre amis et jouer… ça fonctionne bien mieux.

Recruter dans sa famille est une autre bonne idée. Mes deux épouses ont joué. Ma gosse avait l’habitude de voir papa et ses amis lancer des dés et parler beaucoup. Ça l’a intriguée. Peut-être que d’ici quelques années elle sera à notre table à faire pareil.

C’est pratique de se créer des réseaux sur Internet grâce à des groupes comme Meetup. J’ai rencontré quelques personnes comme ça, mais ça dépend d’où vous habitez. Le milieu rôliste d’Albuquerque par exemple est assez fermé. Beaucoup de gens jouent au JdR, mais une fois que les gens rejoignent un groupe, ils ne partent plus à la recherche de nouveaux joueurs, ou de nouveaux jeux de rôles. La ville est aussi très étendue. Si vous habitez à des côtés opposés de la ville, vous mettrez plus de temps à la traverser d’ouest en est que d’aller à Santa Fe, pourtant à 140 km, à cause des embouteillages.

Article original : Consistent Sustainable Gaming

Cet article est tiré du blog de Gnome Stew, le Blog des MJ, et est reproduit et traduit avec la permission. Vous pouvez trouver les livres de Gnome Stew sur le site de Engine Publishing.

(1) NdT : La preuve, même le groupe d'Al Bruno joue le mardi soir (ptgptb). [Retour]

(2) NdT : Les articles proposant des astuces pour des parties courtes mais productives ont le mot-clé gain de temps (ptgptb). [Retour]

(3) NdT : PTGPTB propose de nombreux articles sur le thème Trouver des joueurs. [Retour]

(4) NdT : Lire à ce sujet 10 raisons qui font que les jeux de rôles ont une influence positive sur les enfants et sur les adultes (ptgptb). [Retour]

(5) NdT : Oui… PTGPTB en parle http://ptgptb.fr/enfants! [Retour]

(6) NdT : Une histoire de narration partagée, en somme. [Retour]

(7) NdT : Voir Quand les rôlistes tournent mal : gérer un joueur à problèmes (ptgptb). [Retour]

Note: 
Average: 5.7 (3 votes)
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.