Étude du vampirisme chez les enfants, 2e partie

Je m’appelle Uri et je vais d’école en école, et de centre de loisir en centre de loisir pour jouer à Donjons & Dragons avec des enfants [des séances hebdomadaires d'1h30, généralement en campagne]. (…) Dans le cadre de mes articles, considérez que mes joueurs se répartissent en deux tranches d’âge : les 8-9 ans (débutants) et les 10-11 ans (expérimentés). Parfois, il y aura des enfants plus jeunes ou plus vieux.

Un groupe d’enfants se réveille dans une cave ensanglantée. Ils n’ont aucun souvenir des dernières 24 heures. Ils ne le savent pas encore, mais leurs jeunes vies ont déjà pris fin. Ils sont devenus des vampires.

Il y a deux ans, j’ai écrit quelques articles (ptgptb) sur une campagne de Vampire que j’ai menée avec des enfants qui se sont avérés suffisamment intelligents et matures pour jouer des thèmes difficiles. Hélas, les aléas de la vie m’ont empêché de terminer l’histoire. Je dis hélas, car cela veut dire que vous ne saurez jamais comment cela s’est fini. Ceci étant dit, vous savez ce qu’on dit sur les fins heureuses et l’importance de faire attention, donc il y a un peu de ça. Et les Giovanni étaient impliqués, donc voilà un élément en plus.

Toutefois, je vais vous raconter ce qui s’est passé lors de la courte partie de Vampire que j’ai menée cette année. C’est un peu l’opposé de l’année dernière et, à mon avis, un bien meilleur exemple d’interprétation.

Cela a commencé comme la partie précédente, sauf que c’était moins violent et demandait plus d’enquête. Donc, pour gagner du temps, je vais avancer directement jusqu’au point où les PJ ont gagné le droit d’exister et reçoivent leur première vraie mission : trouver et détruire un chasseur de vampire sévissant dans une ville voisine.

Tout d’abord, les personnages-enfants affamés ont eu besoin de se nourrir. La plupart ont trouvé des victimes assez facilement ; certains avec une jubilation telle qu'elle leur a coûté des points d’Humanité, d’autres avec le cœur lourd et un certain niveau de compassion. On pourrait même voir comme témoignage suprême de leur noblesse d’esprit le fait que les joueurs aient décidé de dépenser leurs points d’expérience pour remonter l’Humanité de leurs persos à un haut niveau, plutôt que de gagner plein de chouettes nouveaux super-pouvoirs. Ceci contraste totalement avec le groupe de l’année dernière, qui a accepté sa damnation avec la joie meurtrière qui mena à une orgie auto-destructrice de mort et de destruction. Et à des Giovanni, plein de Giovanni.

L’un des PJ est tombé sur deux jeunes frères assis sur un banc, parcourant les jeux de plateau et les livres de D&D qu’ils avaient reçus pour leur anniversaire. À ce moment-là, quelque chose changea en lui et il décida qu’il ne voulait plus être un vampire. À cette fin, il se sépara du groupe principal et, utilisant une combinaison d’interprétation mélodramatique et de discipline Présence, il réussit à se faire adopter par la famille Foster. Une fois qu’il eut une chambre dans leur sous-sol, il fit tout ce qu’il put pour être un bon garçon, pour que la mère des enfants l’appelle “mon fils”, et que sa famille ignore sa nature monstrueuse. Il a même été jusqu’à concevoir un passage secret afin que sa nouvelle famille ne sache pas qu’il partait en quête de sang humain à la tombée de la nuit.

À l’autre extrémité du spectre, il y avait un garçon qui, sans succomber à la Bête, parvint à arriver à une sorte d’arrangement avec cette dernière. Il se creusa un petit abri dans un parc abandonné et se mit à mordre librement les gens (en faisant attention de ne tuer personne), avant de fuir avec Célérité. C’est lui qui devint le leader du groupe, tandis que l’orphelin des Foster prit le rôle du sage solitaire que le groupe venait voir de temps en temps pour avoir quelques conseils.

Chasser et construire des refuges avait pris une séance complète car j’insistais pour jouer chaque scène de chasse. J’en ai marre des vampires qui sont des super-héros en couleurs gothiques, et que je sois damné si je contribue à cette tendance. Dans mes parties, l’Étreinte est une malédiction et je voulais être sûr que les enfants expérimentent chaque fraction de leur damnation.

Après s’être nourris et avoir trouvé des refuges sûrs pour le jour, le groupe s’engagea finalement dans sa mission de traquer le Chasseur. Après un long moment passé à errer dans les rues et à espionner les commissariats de police, les asiles d’aliénés et la base militaire locale, le groupe décida d’utiliser Animalisme pour utiliser autant d’animaux urbains que possible comme rapporteurs de toute activité humaine inhabituelle. Après un bout de temps, un rat est revenu avec des nouvelles : un SDF sale et échevelé avait été vu en train de porter une épée brillante comme le soleil.

Dessin de Pierre-Etienne Travers

Dans le même temps, l’orphelin des Foster décida d’investir tous ses XP dans la compétence Science pour trouver un remède contre le cancer. Oui, c’est un cliché, mais il faut avouer qu’on ne peut qu’apprécier l’intention. S’infiltrant dans des laboratoires à la nuit tombée pour mener ses recherches, il a également commencé à chercher un remède à la condition vampirique. Et, si vous pensez que ça puisse mener à une fin heureuse, vous n’avez vraiment pas fait attention.

Le reste du groupe se réunit pour en finir avec le chasseur et gagner la place qui devait être la leur dans la Camarilla. Alors qu’ils étaient en route pour le dernier emplacement où avait été vu le Chasseur, l’un des enfants, dans un accès de conscience, décida de se faire pardonner d’une de ses victimes, une jeune femme enceinte qu’il avait attaquée la nuit précédente, lui causant des blessures mineures. Il alla frapper à sa porte, offrant ses services comme gardien ou guérisseur. Son offre d’aide ne fut reçue que par des cris “À l’aide ! À l’aide ! C’est l’enfant cinglé qui m’a attaquée la nuit dernière ! Appelez la Police !”.

Il s’enfuit, pour tomber nez à nez avec l’épée du Chasseur. Le vieil adage s’avéra à nouveau vrai : la vertu est bien mal récompensée.

S’ensuivit une bataille sanglante, dont le groupe sortit victorieux, non sans perdre beaucoup de sang et de ressources. Même un Chasseur fou et affamé reste une menace qu’il faut prendre en compte.

Je suis désolé de dire que, même si c’était mon intention de terminer mon intrigue avec cette rencontre dramatique, le groupe a insisté pour continuer sa quête. L’orphelin des Foster a confondu de façon tragique Golconde avec un endroit en Inde et a décidé qu’il voulait que sa nouvelle famille l’envoie là-bas. Le reste du groupe veut pour sa part enquêter plus avant sur l’activité du Chasseur, et découvrir d’où ces hommes étranges tiennent leurs pouvoirs.

Article original : Studies in underage vampirism 3

Note: 
Average: 10 (1 vote)
Catégorie: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.