JdR et Tatouages

un article original de la Team PTGPTB.fr

introduction

Le tatouage représente une part importante de ma vie. Je suis tatoué, je fréquente beaucoup de tatoueurs, et j’ai travaillé dans ce milieu pendant presque deux ans. J’ai réalisé un documentaire sur Mikael de Poissy, l’un des artistes les plus marquants de l’histoire du tatouage en France, et j’ai également tenu une émission appelée Color My Skin, sur Youtube, pendant ces deux années. Une des raisons pour lesquelles j’ai passé autant de temps à m’intéresser au tatouage, c’est parce que c’est un art à part entière, et que comme tout art, il est influencé par l’Histoire, et a une importance culturelle.

Le motif de cette longue introduction est que je crois fermement que cette approche culturelle du tatouage me permet d’en parler, et que c’est un moyen sous-estimé de transmettre du sens dans nos parties de jeu de rôles.

Si l’on remonte dans le temps, le plus ancien tatouage identifié a été trouvé sur le corps d’Ötzy, un chasseur pris il y a plus de 7000 ans dans les glaces des Alpes entre l’Autriche et l’Italie. Jusqu’à cette découverte, l’on datait le premier tatouage d’après une momie égyptienne datant de -2000.

Dos d'Ötzy reconstitué et tatoué

Difficile de croire qu’à l’époque le but du tatouage était d’inscrire le nom de son enfant dans la chair. L’hypothèse la plus probable étant :

- l’appartenance tribale,

- l’importance dans la société,

- ou bien la propriété d’une personne.

Les tatouages tribaux les plus connus sont ceux de Polynésie ou de Nouvelle-Zélande. Chez eux, le tatouage sur le visage (le tā moko) est une manière de montrer son courage, sa force, et son appartenance (anciennement) à la caste élevée des guerriers. Les tatouages suivent un code et ont connu une période de déclin lors de la colonisation, lorsque les missionnaires chrétiens les ont interdits. En effet, les Européens faisaient des trophées à partir des têtes tatouées. Pendant très longtemps avoir un moko (tatouage au visage) était prendre le risque de finir décapité.

 tatouages de visage, maori

Aujourd’hui les tatouages n’ont plus la même signification ; on ne les utilise plus pour garder la trace de notre lignage, rang, ou nos réussites dans la vie. Ils sont devenus grand-public, et une partie de leur signification a été perdue.

Si je prends mon exemple, le tatouage a un rôle purement esthétique, et très peu significatif. Je n’appartiens à aucun groupe exigeant un tatouage comme signe d’appartenance, je n’ai pas envie que mes tatouages racontent ma “carrière criminelle” comme ça peut être le cas pour les gangsters. Par contre, mes choix esthétiques en disent long sur qui je suis, sur mes goûts, ma personnalité, et par conséquent, sur ce qui m’anime. De manière plus globale, le fait que je sois beaucoup tatoué peut suffire à certaines personnes pour me ranger dans une case.

Lien avec le Jeu de Rôles

Cet amour pour le tatouage, aussi loin que je m’en rappelle, je l’ai toujours plus ou moins démontré lors de mes parties de jeu de rôle. Certains font toujours le même type de personnage ; les miens sont presque tous tatoués, et j’essaie de donner un sens à cela.

Parce que le tatouage peut servir à un paquet de choses dans le JdR. Il n’est pas qu’un élément de la construction du personnage, et bien qu’il soit important de creuser les raisons ayant amené un de vos personnages à être tatoué, il est aussi intéressant de voir ce que vous pouvez faire avec le tatouage. En tant que partie intégrante d’un personnage, son rôle peut être déterminant et faire de lui un outil de narration très puissant, voire même un élément de règle pouvant servir l’action.

Vous trouverez ici des idées d’accroches de scénarios, d’historique d’une personne ou d’un groupe de personnes tatouées, des suggestions des différentes manières dont le tatouage peut être intégré dans vos parties, sans que ce soit un cliché ou un trope mal utilisé.

Avant-propos

J’insiste sur le fait qu’un “tatouage” n’est pas censé pouvoir s’effacer, ou alors très difficilement ; la personne tatouée est marquée à vie. C’est l’intérêt de la chose.

S’il y a de la magie dans votre univers, alors les tatouages sont magiquement (ou divinement) indélébiles. S’il y a de la technologie, alors les tatouages sont plus durables, plus ancrés encore dans la peau, peut-être créés par nanotechnologies, et les enlever est encore plus difficile, voire impossible.

Le tatouage d’appartenance

Dans la continuation de l’exemple dont j’ai parlé plus tôt, il est possible de considérer un instant où un groupe de gens décide de marquer tous ses membres, afin de dire d’où ils viennent, dans quel « clan » ils ont grandi. Ce peut être aussi le cas d’un groupe d’amis qui décident de partager un symbole commun pour s’attacher les uns aux autres, comme dans le cas d’une unité militaire ou d’un groupe d’aventuriers qui utilisent leur tatouage magique pour communiquer entre eux.

Clans et Tribus

Quel que soit l’univers où vous jouez, il vous est possible de représenter des clans. Un clan, – ou une tribu, en fonction de l’époque et du contexte –, peut avoir une définition assez vague : un groupe de personnes partageant une culture, des idées et une manière de vivre commune. Cela peut aller de la tribu de Vikings, jusqu’aux Hells Angels – gang armé à moto – en passant par les corps armés intergalactiques

Pourquoi le tatouage s’imbrique-t-il bien dans ces groupes sociaux ? Principalement parce que là où il y a une culture commune, il y a des codes communs, et la majorité d’entre eux sont picturaux, visuels, et doivent pouvoir être compris sans prononcer un mot. De par son aspect indélébile, c’est aussi un symbole d’un choix à vie, d’un point de non-retour.

Les Mangemorts dans l’univers de Harry Potter ont tous la même marque afin qu’il leur soit facile de prouver leur allégeance (maléfique). Ils prouvent leur dévotion à leur maître en acceptant d’être marqués à jamais. C’est à la fois un acte de foi et une preuve irréfutable de leur déchéance s’ils sont pris.

Toute la distribution des films du Seigneur des Anneaux s’est fait le même tatouage. Il n’a pas de rôle particulier, sauf pour marquer un souvenir partagé et un évènement marquant de leur vie. D’une certaine façon la signification est aussi forte, parce que même si ce sont des personnalités publiques, le tatouage est un rappel personnel de leur histoire individuelle.

Inspi JdR

Soient des membres d’une tribu barbare ; leur tradition veut que lors du passage des jeunes à l’âge adulte, leurs mains soient recouvertes de symboles indiquant leur rôle, nom ou lignée.

Le clan se fait exterminer, sauf quelques individus séparés par leurs ravisseurs.

Des dizaines d’années plus tard, ils se retrouvent et se reconnaissent grâce à ces tatouages aux mains qui sont uniques à leur culture – le tatouage sert ainsi de justification narrative ; il permet de recoller les morceaux de la tribu dispersée ; cela peut mener à une quête pour retrouver d’autres survivants ou une campagne vengeresse contre les meurtriers de la tribu.

Bien entendu, on peut remplacer “clan” par “famille liée par le sang”

L’intérêt d’un marquage clanique indélébile est de s’assurer la fidélité du membre car il lui devient impossible de nier son appartenance à un réseau. Cela peut aussi donner naissance à une revendication fière ; se faire tatouer est un acte puissant, démontrant jusqu’où vous êtes prêt à aller pour prouver votre dévouement à une cause. Il n’est pas rare de voir des activistes se faire tatouer l’acronyme ou le logo de leur mouvement, parfois même au fer rouge, pour soutenir un message en lien avec cette pratique..

Combien de fois avez-vous vu des méchants de films se faire identifier parce qu’ils portaient tous le même tatouage reconnaissable ? J’ai mentionné les Mangemorts, mais vous trouvez ce cliché dans de nombreuses œuvres où le tatouage est sur l’avant-bras. Toutefois, veillez à ne pas abuser de cette technique, et que ce ne soit pas que les Méchants qui l’appliquent.

Les tatouages claniques communiquent d’autres informations que la seule appartenance : ainsi les criminels russes et les yakuzas se tatouent suivant une codification très précise, racontant leurs « hauts faits » : tel ou tel crime, passage en prison, nombre de personnes tuées... Prenez en exemple le film Les Promesses de l’Ombre de David Cronenberg, où Viggo Mortensen joue un homme de main de la mafia russe. Ces tatouages ont une signification qui varie selon leur symbole et leur emplacement. Le livre Russian Criminal Tattoo Encyclopaedia (en) fournit une grande liste de tatouages et est une grande source de compréhension des variations de messages qu’une personne peut émettre silencieusement. On peut lire l’explication de 12 tatouages de prisonniers russes sur cette page (en) et de 15 taulards américains sur celle-ci (en). Elles vous recommandent de connaître leurs significations si vous deviez vous retrouver enfermés avec des tatoués… ou si vos persos enquêtent sur des cadavres de membres de gangs.

Les prisonniers russes peuvent porter les tatouage suivants :

  • “Étoile du voleur” : annonçant son statut selon le lieu où elle est tatouée
  • Portrait de Staline ou Lénine : les prisonniers pensaient que les autorités ne tireraient pas sur une image de leur dirigeant
  • Épaulette d’uniforme militaire : indique un grade (capitaine, lieutenant, colonel) au sein du clan
  • “Big Grin” : félin ou loup avec la gueule ouverte (Grin signifiant “sourire de toutes ses dents”)
  • araignée : se désigne comme voleur
  • Le Kremlin ou une cathédrale : annonce combien de peines de prison ont été faites, selon le nombre de dômes
  • Menottes : la peine de prison infligée était de plus de 5 ans
  • Chien ou crâne : montre la rancune et l’opposition contre les autorités
  • Anneaux aux doigts : indique quels crimes ont été commis
  • Femme sur le torse : fait partie de l’élite de la mafia russe wiki
  • Fleur avec un poignard : il a fait de la prison avant ses 18 ans

 

Côté JdR

Un ou plusieurs PJ pourraient intégrer un groupe où gravir les échelons nécessite une trace indélébile. Faites comprendre aux joueurs.euses que l’intégration dans certaines guildes, sectes, organisations, implique des marques irréversibles, et que ces dernières pourraient leur être préjudiciables si les persos en venaient à envisager de quitter cette “tribu”, puisqu’ils ne pourraient nier leur appartenance passée.

Dans le même ordre d’idées – celui de la transmission d’information via les tatouages, comme un CV – imaginez que les PJ doivent s’infiltrer dans une organisation criminelle en se présentant comme sortant de prison. L’importance du degré de réussite du test de compétence Tatouage (ou Criminologie) pour reproduire le tatouage exact en vogue à la prison à l’époque donnée, voire simuler le style du tatoueur !

Dans le jeu de rôle français One Percent grog (2017), le tatouage a un rôle à la fois dans l’historique du personnage, mais également en jeu avec des règles qui lui sont spécifiques. Dans ce jeu, des cartes « Tatoo » permettent de diminuer le résultat des dés et de réussir des actions. Ces cartes représentent les tatouages portés par le personnage, chacun témoignant de la vie du personnage. On définit les premiers tatouages lors de la création du personnage, et au fur et à mesure des parties, les tatouages représenteront ses gains d’expérience. Le maximum étant un total de 22 “points d’encre” sur le PJ.

Couverture du JdR One%

Dans le JdR allemand post-apocalyptique Degenesis grog (2004, en français en 2016 chez Edge), plusieurs cultes intègrent le tatouage dans les fondements de leur dogme.

Les Anabaptistes, - sorte de néognostiques wiki du 26e siècle - portent sur leur front trois symboles désignant le groupe dont ils sont issus, et donc les personnes auxquelles ils ont prêté allégeance.

L’antithèse des Anabaptistes sont les Jehamettans, des bergers-guerriers dont l’histoire est narrée sous forme de motifs sur la peau. Ces motifs sont choisis chaque année par les anciens de la tribu, qui décident quels faits remarquables doivent être attribués à un des leurs. Évidemment, plus un Jehammetan est tatoué, plus sa vie a été prestigieuse et digne de mérite.

Les tatouages font aussi partie du code d’une des organisations dirigeantes dans Degenesis : les Chroniqueurs ; ceux qui rentrent dans ce réseau de technos-crates se font tatouer le front avec un code-barres pour la vie. Quand on scanne ce code, on a accès à leurs informations, toutes leurs actions passées, leurs accréditations pour le reste de leur vie. Un Chroniqueur sans code-barres n’a pas accès à leur technologie, ni à leur quartier général.

Dans le supplément The Killing Game grog, Degenesis présente aussi un PNJ avec un mécanisme de jeu lié aux tatouages ; sans trop en révéler, le personnage a un tatouage de labyrinthe de la tête aux pieds ; combiné avec son comportement, le dessin mène ceux qui le voient à être intimidés et déstabilisés, car la victime est à la fois hypnotisée et effrayée. Ce tatouage labyrinthique a un effet sur les règles de combat.

Torse tatoué d'un labyrinthe

Je trouve que c’est un usage astucieux de la capacité d’un tatouage, sans avoir aucun aspect magique ; juste l’idée d’une personne couverte d’encre. Imaginez ce que cela aurait été de discuter avec Zombie Boy wiki, sans être fasciné ou gêné par son apparence.

Les Tatouages militaires

L’unité à laquelle on appartient est une autre sorte de tribu… Plus l’unité est prestigieuse, plus elle représente l’élite, plus le guerrier ou la soldate aura envie d’exposer qu’il ou elle en a/en fait partie.

Donc, dans une armée sans uniforme, le grade et l’appartenance à l’unité sont écrits sur le corps ; si les plaques d’identifications sont perdues, on pourrait toujours rattacher les cadavres à une unité.

Dans la bande dessinée XIII wiki, le héros est amnésique suite à sa blessure, et ne sait pas ce qu’il est arrivé aux numéros I à XII… Faites donc ça aux PJ : tous leurs persos sont amnésiques et ils ont juste leur appartenance à une unité. Avantage : les joueurs et les joueuses ne prennent pas de temps pour créer l’historique de leurs personnages ! Mais quels secrets ont-iels pu éventer pour que l’on veuille les effacer ? – on tombe dans un autre trope, mais les PJ savent qu’ils combattent mieux ensemble.

Inspi JdR

Le FBI s’est enfin doté d’une IA qui fait de l’analyse de données volumineuses (big data mining) sur les rapports des médecins légistes sur tout le territoire des États-Unis… et rapporte une prévalence statistiquement inhabituelle de tatouages Semper Fi et “32th Airborne” sur des victimes d’assassinats, de suicide ou “d’accidents” bizarres ces 6 dernières années. Qui veut faire disparaître discrètement les vétérans d’une compagnie précise de Marines parachutés en Irak ? Peut-être un fournisseur de l’armée dont les munitions à l’uranium appauvri donnent des cancers ?

Les tatouages militaires permettent aussi de se vanter de ses victoires, et d’impressionner ennemis et alliés...

À Star Wars, je jouais une pilote de la Nouvelle République, une spécialiste du X-Wing téméraire surnommée Wildy. Depuis qu’elle avait commencé à piloter, Wildy se faisait tatouer un nouveau cercle autour du bras pour chaque pilote impérial abattu. Au fur et à mesure des aventures, une grande partie de son bras était couverte de ces sortes de bracelets, et tous les autres personnages respectaient ses capacités de pilote.

En soi, rien ne forçait le personnage à marquer chaque victoire de cette manière, pourtant ce choix donnait à cette pilote l’air d’une vraie leader capable d’effectuer son travail, et d’y survivre (...et des bonus aux jets de charisme pour diriger son groupe !).

Le Marquage

Une conséquence du tatouage comme marque indélébile d’appartenance à un groupe, est qu’il peut être non désiré par le porteur, mais imposé/apposé par le “propriétaire du groupe”. Le marquage est alors une indication d’infériorité ou d'infamie.

Pensez aux esclaves, aux prostituées, au bétail et aux condamnés marqués au fer ; aux déportés ayant leur n° tatoué sur le bras, à d’autres marques d’ostracisme sur un endroit visible (sur le front p.ex.). L’article Flétrissure de Wikipedia donne des informations sur les mutilations et marquage au fer, et même ce témoignage de l'Épuration de 1944 :

Un témoin de Sarlat note que “Nues jusqu'à la ceinture, une croix gammée douloureusement tatouée sur la poitrine, [les femmes tondues accusées de coucher avec l’occupant] sont promenées à travers la ville.

Dans les futurs dystopiques, les condamnés - ou même les citoyens - auront un code-barres tatoué sur le front ou le cou. Plusieurs films présentant ce cliché sont référencés sur cette page, dont Aliens, Fortress, L’Année des 12 singes et Hitman.

Un moyen de conserver l’information.

Le tatouage est un message indélébile, une manière de garder toujours avec soi des informations sous forme codées. Par exemple dans la série TV Prison Break wiki le héros, qui veut faire évader son frère de prison, s’y fait enfermer avec les plans de la prison tatoués sur son corps.

Dans le manga/animé Cobra wiki, le pirate Nelson a tatoué trois morceaux d’une carte de son trésor sur la peau de ses trois filles (pour leur malheur, quand des méchants veulent leur faire… la peau)

Inspis JdR

  • Un des personnages est tatoué contre son gré. L’important est de voir les conséquences que cette identification aura sur lui, sur ses interactions, et sur ce qu’il sera prêt à faire pour les cacher/s’en débarrasser.
  • À Degenesis, une des punitions infligées par les juges de la cité de Justituan est de tatouer un délinquant pris en flagrant délit. En conséquence, les vendeurs et les marchands demandent toujours à voir le visage et les mains de leur interlocuteur avant de conclure un marché ou d’engager quelqu’un. L’idée ici est que si les tatouages indiquent l’infamie, un.e MJ pourra construire une facette d’une culture autour de ça.
  • Si vous prévoyez que vos PJ vont renverser l’ordre social (libérer une planète p.ex.), infligez-leur des tatouages non désirés, qui se révèleront une marque dont ils pourront se vanter par la suite. Par exemple, les PJ prisonniers sont marqués au fer et envoyés aux mines de Kessel ; ils y mènent la révolte. Après la victoire de leur camp, ils peuvent arborer leurs tatouages comme des décorations : “J’y étais, et j’ai survécu !”

Le tatouage esthétique

À notre époque, le tatouage est au croisement entre une mode esthétique et un moyen de marquer son appartenance à une mouvance ou à une sous-culture. Rendez-vous à un concert/festival de metal, vous remarquerez qu’un grand nombre des spectateurs sont tatoués, et pour eux, rien de plus normal.

Le tatouage peut donc être très individualisé, n’avoir de signification que pour son porteur. Qu’il s’agisse d’un corps recouvert de tatouages traditionnels japonais, d’un body-suit en vitraux ou d’une variante électro-anarchique n’existant que dans les bas-fonds de Coruscant, tout est envisageable. L’important est de justifier l’importance de ce tatouage pour le personnage.

Le tatouage esthétique peut aussi avoir des conséquences négatives. Si vous avez quelque chose à vous reprocher, les tatouages vous rendent plus facile à identifier, car ces signes particuliers sont inventoriés dans les fichiers des polices. Et plus une culture progresse en technologie, plus les fichiers sont remplis, mis à jour, accessibles de partout, et les recherches sont rapides...

Surtout, l’altération du corps n’est pas vue d’un bon œil par tous. Selon les sociétés, les groupes, et les individus, le point de vue sur le tatouage, son implication varie... il peut entraîner :

  • Le refus d’accès à un club privé,
  • Considération de « corps trop impur » pour accéder à un lieu sacré,
  • Tests médicaux à passer ou questionnaire pour vérifier qu’aucune maladie n’a été transmise pendant le tatouage (p.ex. lors du don de sang en France)...

À vous de réfléchir à la construction de votre monde de jeu, et comment le tatouage – et le rapport aux modifications corporelles – est perçu dans l’ensemble des règles, croyances et dogmes des sociétés. Peut-être que les tatouages sont perçus comme une offense parce qu’ils corrompent le corps, peut-être qu’ils représentent le summum de l’individualité. Cela peut être les deux. Voyez comment, dans les univers cyberpunk, les tatouages servent à la fois de signe d’appartenance et de moyen d’expression personnelle extrême. Observez comment, dans le monde réel, les tatouages servent plusieurs objectifs, parfois sur le même individu.

Inspis JdR : tatouages esthétiques et sociétés

  • Pourquoi un PNJ se recouvre-t-il de références geeks ? Est-ce parce qu’il est fan depuis son enfance, et qu’il achète toutes les éditions collector de ses univers favoris ?
  • Si un père s’est fait tatouer le nom de son enfant, est-ce parce que celui-ci est mort, ou au contraire qu’il vient de naître ?
  • L’Intimidation par le tatouage : un personnage complètement tatoué a un bonus pour faire peur à ses interlocuteurs – enfin, cela dépend si les tatouages sont des démons, des svastikas, ou des petites fleurs. S’il y a peu de personnes tatouées dans l’univers de jeu, il peut y avoir rejet ou au contraire sympathie si l’interlocuteur est lui-même tatoué.
  • Dans une société où tout le monde est tatoué, un personnage “nu” sera perçu comme un nouveau-né n’ayant rien accompli, ou cherchant à dissimuler quelque chose; un antisocial qui ne dit rien sur lui-même.
  • Le tatouage est mal vu par les musulmans de manière unanime, quels que soient les courants. Il est considéré comme une modification de la Création divine, et donc un acte impie qui empêche les ablutions. Des paroles rapportées du prophète Mohammed disent « Dieu maudit celles qui se tatouent et celles qui tatouent ». Les tatouages temporaires au henné et autres maquillages sont autorisés pour que les femmes se fassent belles pour leur mari !

Les Tatouages magiques

Pour que le tatouage soit en accord avec votre univers, et pour qu’il conserve l’aspect indélébile qui lui est lié, il peut être important de le rendre magique. Le premier exemple qui me vient en tête est celui de l’Avatar wiki dans l’anime du même nom. Aang se retrouve marqué par des tatouages en achevant sa formation de maître de l’air, et ceux-ci s’illuminent lors de sa maîtrise des éléments.

À Star Wars, l’on pourrait imaginer une forme de tatouage marquant l’enseignement Jedi. Le tatouage pourrait marquer la « première communion » avec la Force, et d’autres tatouages marqueraient des étapes atteintes. Toutefois, dans le canon starwarsien, les Jedi n’ont pas de tatouages ; alors que dans les comics, les Siths - les pratiquants du Côté Obscur de la Force - en sont couverts.

Sentez-vous donc libre de tatouer votre “Étudiant extraterrestre de la Force”

Un autre exemple de ce qu’il est possible de faire avec un tatouage est d’en faire un des moyens d’accéder à la magie, comme à Unknown Armies grog. À Mage : l’Ascension, donnez à un de vos personnages le tatouage comme foci – le réceptacle des pouvoirs magiques. Si la place est limitée, au moins les focis sont toujours sur le mage, et - selon la Tradition du mage -, les tatouages pourraient parfaitement s’ancrer dans le paradigme.

À Runequest/Heroquest les PJ se tatouent les runes magiques et touchent le tatouage pour invoquer la magie correspondante. Un peu comme ce qui a été fait dans le roman L’Homme-Rune wiki de Peter V. Brett. Le personnage est recouvert de runes qui sont le seul moyen de défenses contre des démons envahissant le monde. Les PJ deviennent alors à la fois l’arme et le porteur de l’arme.

Dans le JdR Legends of the 5 Rings grog, la "famille" principale du Clan du Dragon est un ordre de moines tatoués qui obtiennent des pouvoirs surhumains grâce à ces symboles sur leurs corps.

Les Criamon sont un des groupes de magiciens d’Ars Magica grog. Leur corps se recouvre progressivement de tatouages, au fur et à mesure de leur progression dans les mystères de leur Maisonn en correspondance avec leurs actes et leurs pensées.

Les loups-garous de Loup-garous : les Déchus grog ont des tatouages qui retracent leur vie et leur faits d’armes… mais ils ne sont visibles que dans le monde des esprits. L’idée d’un tatouage visible dans certaines circonstances est assez chouette je trouve.

Dans la série télé Blindspot wiki (2015-2020), l’héroïne est amnésique mais recouverte de tatouages qui lui permettent de trouver des informations sur son passé (et de prévenir des crimes futurs). Dans une série d’inspiration réaliste, on espère que les scénaristes ont prévu une raison pas trop “ta gueule c’est magique” pour expliquer comment les “tatoueurs” ont vu le futur alors que l’héroïne peut le changer !

Si un joueur ou une joueuse décide de donner des tatouages à son personnage, par exemple lors de la création, creusez cette voie avec lui. Est-ce que ce sont des tatouages claniques, esthétiques ou magiques? S’ils sont claniques, travaillez ensemble sur des éléments historiques et sociaux qui vont le justifier, et leur signification. Pour des tatouages de gang, prenez en compte que ce sont des signes de validation du caractère impitoyable de leur porteur, lui permettant d’atteindre tel ou tel rang. Malheur à celui qui porte des tatouages qu’il n’a pas mérité !

La Technique du tatouage

Elle en dit long sur la société :

  • À l’ancienne en handpoke (c’est à dire “à la main”), avec des outils sales, est une technique plutôt roots et underground.

  • L’utilisation moderne du dermographe wiki indique que le tatouage est devenu une industrie, avec des professionnels compétents.

Dans les cérémonies tribales, on utilise un couteau ou un ciseau, accompagné d’une semi-scarification de la peau. Par exemple les Maoris utilisent la technique ancestrale des pointes en os, de la même manière que les japonais privilégient encore le tebori. La différence est dans l'exécution parce que la pointe d’os perce un trou dans la peau – ce qui est beaucoup plus douloureux - et l’encre s’y incruste, alors que les autres moyens sont trop fins pour laisser de vraies séquelles.

Le Tatoueur comme classe de personnage

Les tatoueurs.euses voient passer de nombreux individus et peuvent récupérer beaucoup d'informations.

  • Évidemment, il ou elle connaît la signification des tatouages, donc les messages secrets qu’ils transportent. C’est l’allié des enquêtes.
  • Posez-vous une question sur votre univers : quelle compétence permet de “lire” les tatouages? Est-ce une compétence à part entière (si les tatouages sont rares), un simple jet de ”culture générale” (s’ils sont très courants) ou bien cela dépend-il du type de tatouage (connaissance des Yakuzas, de la maffia, etc.)? 

Le salon de tatouage, comme celui du barbier, est un lieu de discussion et de vie où s’échangent les ragots, potins, etc.

Le tatoueur tribal est presque un chaman ; il ou elle a une place respectée et importante. Iels sont souvent neutres et « intouchables », car sans eux c’est du savoir qui se perd.

  • A contrario, un tatoueur va vers les problèmes tattoome dans un pays où le tatouage est un interdit religieux.

Conclusion

Plus on en apprend sur les tatouages, plus cela donne des éléments narratifs intéressants. Ils ont leur place dans de nombreuses cultures, pour des raisons différentes. Les utiliser uniquement pour des raisons esthétiques et pour suivre la règle du cool est un peu passé de mode, et je pense que les MJ peuvent trouver des idées de scénarios ou d’intrigues secondaires intéressantes grâce aux infos de cet article.

NdA : une ancienne version de cette article a été traduite en anglais sur le site Unpossible Journeys

Note: 
Moyenne : 8 (1 vote)
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin…

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.