La Virée des dieux

Coup de gueule d'Al Bruno n°4

Avertissement L’histoire qui suit peut heurter les lecteurs sensibles, ceux qui détestent les suites de suites, les fans de Disney, des clubs de strip-tease et de la série télé Manimal.

Je [Al Bruno III, alias Ab3] m’étais juré de ne plus jouer à des jeux de rôles mais me suis malgré tout retrouvé à une table. Mon seul autre groupe d’amis voulait uniquement passer ses nuits dans des clubs de strip-tease. Après quelques soirées de ce genre j’ai réalisé que, quel que soit le groupe avec lequel je serais, je rentrerais chez moi frustré et empli de dégoût de moi-même.

Au moins le JdR était moins cher.

Nous étions dans l’appartement d’un gars du nom de Nolan LeVide, qui était un programmeur/artiste de performance théâtrale. Il était réputé pour créer des campagnes de JdR brillantes, très détaillées et peuplées de personnages captivants. Malheureusement la plupart de ces campagnes ne duraient pas plus de deux séances si vous étiez chanceux. Nolan était un chouïa inconstant.

Ainsi donc, nous étions là, dans l’appartement de Nolan LeVide, il y avait El Disgusto, P’tit Pervers, Wes la Fouine et Johnny la Tangente. Dave le Psycho n’était pas disponible, c’était dû en partie à la phase “traque de William Shatner” [le capitaine Kirk de Star Trek (NdT)] qu’il traversait. Bâtard de Tricheur, quant à lui, jouait dans un tournoi de Warhammer Battle, pas parce qu’il aimait ça, mais parce qu’il vivait pour faire chouiner les wargameurs.

El Disgusto (1) : Je ne vois toujours pas pourquoi nous avons dû venir ici alors que nous aurions pu utiliser ma cave.

Moi : Nous n’utiliserons plus jamais ta cave, du moins pas avant qu’une équipe de décontamination n’y soit passée.

El Disgusto : Tu te prends pour ma maman ?

Moi : As-tu été étouffé dans ton sommeil ?

El Disgusto : Non.

Moi : Alors je ne suis pas ta maman.

Johnny la Tangente : Vous savez, je continue à penser qu’ils n’auraient jamais dû annuler Manimal.

Wes la Fouine : Ce fut une tragédie nationale.

P’tit Pervers : Ursula Andress était dans l’épisode pilote. Quelle bombasse.

El Disgusto : C’était pourri, Manimal. Comme la caisse d’Ab3.

Wes la Fouine : Ouais, cette série a été complètement surestimée.

Nolan LeVide : OK, maintenant que chacun se prépare pour la partie. Je suis sûr que vous la trouverez très…

Moi : Attends une seconde, là. Tu insultes ma voiture ?

El Disgusto : Ta voiture est un tas de ferraille rouillée. T’as un problème avec ça ?

Moi : C’est moi qui t’ai conduit ici dans cette voiture parce que tu n’en as pas.

El Disgusto : Et alors ?

Moi : Et alors comment peux-tu critiquer ma voiture quand tu n’en as même pas une à toi ?

El Disgusto : Parce que quand grand-maman m’achètera une voiture, elle sera bien mieux que ton tas de boue.

Johnny la Tangente : En fait si on convertissait la voiture d’Ab3 en caracs pour [le wargame de combats de véhicules] Car Wars, tu la trouverais peut-être très impressionnante.

Nolan LeVide : OK, allez, on commence la partie. Vous vous jouerez tous vous-mêmes.

P’tit Pervers : Tu peux répéter ça ?

Mon Dieu, il avait du cran. Non seulement nous nous jouions nous-mêmes, mais en plus, le système fonctionnait sans dés. Certains des joueurs de la table paniquaient à cette seule idée, mais Nolan était un gars convaincant. Très vite le niveau d’enthousiasme de tout le monde était remonté et la partie commença…

Nolan LeVide : OK alors, c’est un jour comme les autres pour vous les gars. Qui sont vos personnages et qu’êtes-vous en train de faire ?

Moi : Uhhhh… On est quel jour dans le jeu ?

Nolan LeVide : Un dimanche

Moi : Je suis au travail, je suppose.

P’tit Pervers : Je suis sûrement en train de me réveiller dans le lit d’une superbe femme.

Wes la Fouine : Je suis à l’église.

El Disgusto : Je suis en train d’acheter des BD.

Johnny la Tangente : Je suis peut-être enfin en train d’apprendre à jouer de la clarinette.

Nolan LeVide : Bien. Chacun d’entre vous est abordé exactement au même moment par un sombre personnage portant un imperméable argenté. Il s’adresse à vous par votre nom et vous dit qu’il a un message pour vous.

El Disgusto : C’est quoi ton message – que David Bowie organise un vide-grenier ?

Moi : Je demande quel est le message.

Wes la Fouine : J’appelle Jésus de toutes mes forces. Quel est le pourcentage de chances d’invoquer Dieu dans ce jeu de rôle ?

P’tit Pervers : Je m’habille en vitesse mais je fais en sorte que cet étrange visiteur puisse voir mon énorme gourdin, afin qu’il connaisse le désespoir.

Johnny la Tangente : Je regarde autour de moi en cherchant des Tardis [Vaisseau du Docteur Who, (NdT)]

Nolan LeVide continua en nous indiquant que ce mystérieux personnage expliquait à chacun de nous que nous avions un destin spécial et que nous devions être éveillés. Comme cela se passait presque une décennie avant la sortie du film Matrix, nous étions désorientés et dubitatifs. Néanmoins quand il fouilla dans sa poche et en tira un étrange cube rougeoyant, nous étions tous captivés, à une exception près…

El Disgusto : J’attaque !

Nolan LeVide : OK ben… Tu le rates.

El Disgusto : Hein ? Quoi ?

Nolan LeVide : Le gars est trop rapide pour toi.

El Disgusto : Sûrement pas !

Moi : Pourquoi t’en fais tout un plat ?

El Disgusto : Six mois de Tae Kwon Do ! Tu m’entends ? Six mois de Tae Kwon Do pour arriver à la ceinture noire ! Je suis un ninja blanc, tu m’entends ? Une arme vivante !

Une enquête ultérieure démontra que cette affirmation était techniquement vraie. El Disgusto avait été renvoyé du club d’arts martiaux d’Harvey Whitstien avec une ceinture noire. Bien sûr tout le kimono de karaté d’El Disgusto était aussi noir que sa ceinture. Il le laissait pourrir dans son casier entre les cours. Le sensei Harvey avait viré El Disgusto parce que personne ne pouvait en supporter la puanteur plus longtemps. Si cette décision avait réglé le problème du dojo, sa “montée en grade express” avait retourné encore plus le cerveau d'El Disgusto, et il affirmait maintenant que la raison pour laquelle il avait une ceinture noire, c’était parce qu’il était la réincarnation d’un grand ninja décédé depuis longtemps, nommé “Shinobi” (wiki).

Personne néanmoins, pas même les avocats de Nintendo, ne lui cherchait des noises [sur cette usurpation de nom de jeux vidéo], parce que, sinon, il vous provoquait en duel. Son style de combat était un mélange de gifles et de coups de pieds dans les valseuses, ponctué de cris à la Bruce Lee, et personne ne voulait participer à ce truc.

Nolan LeVide : Bien que tu combattes l’étranger avec bravoure, il parvient quand même à sortir l’étrange cube de sa poche et il…

El Disgusto : Je le brise ! Je le brise !

Nolan LeVide : Le simple fait de le toucher fait exploser ton esprit à un million de kilomètres à l’heure.

El Disgusto : Je ne crie pas ! Peu importe la douleur, je ne crie pas !

Nolan LeVide : La même chose arrive à chacun de vous. L’univers entier semble fondre autour de vous. Vos cris sont engloutis par le chaos hurlant qui vous consume.

Johnny la Tangente : Je me mets en boule et essaye de ne pas me faire repérer par les chiens de Tindalos.

Moi : Je crie.

El Disgusto : Lopette !

P’tit Pervers : Je ferme les yeux et utilise ce qui pourrait être mes derniers instants pour fantasmer sur Mallaury Nataf.

Wes la Fouine : Qui ça ?

P’tit Pervers : Mallaury Nataf du Club Dorothée.

Wes la Fouine : C’est ta minette idéale ?

P’tit Pervers : Et ma première expérience sexuelle.

Moi : C’est bon, arrête.

P’tit Pervers : J’avais 15 ans, et dans l’un des épisodes elle avait perdu ses vêtements et devait cacher sa nudité derrière un panonceau.

Moi : Je t’ai dit de t’arrêter.

P’tit Pervers : C’était extraordinaire. On ne voyait rien de particulier et pourtant, j’ai quand même eu cette formidable éjaculation spontanée…

Moi : Oh pour l’amour de Dieu !

(Je n’aurais probablement pas été aussi agacé s’il n’avait pas eu exactement la même première expérience sexuelle que moi…)

Une fois passé tout ça, Nolan nous décrivit le lieu étrange où nos personnages se retrouvaient.

Nolan LeVide : OK alors chacun de vous se réveille dans une robe blanche et…

Johnny la Tangente : Tous en toge pour la fête étudiante !

Nolan LeVide : au centre de la pièce se trouve un dôme géant…

Johnny la Tangente : Rempli de cerveaux colorés ! 50 crédits galactiques sur les nouveaux venus !

Nolan LeVide : et vous pouvez voir des galaxies entières tourbillonner à l’intérieur. Les…

Johnny la Tangente : “Mon Dieu, c’est plein d’étoiles !” (2)

Nolan LeVide : Ils ont l’air humains et sont vêtus en noir et argenté. Le chef, celui qui avait pris contact avec vous, s’avance pour vous dire…

Johnny la Tangente : “Tu vas te prosterner devant moi, Jor-El ! (3) Tu vas… – iiieee !”

L’attaque sauvage de Nolan surprit tout le monde ; nous ne pensions pas qu’il avait cette rage en lui, mais bon, aucun meneur de jeu n’aime être chahuté. Quand Nolan reprit la parole, Johnny était effondré sur sa chaise, hébété, avec une bourse de dés fourrée dans la bouche.

Nolan LeVide : OK ensuite l’homme vous explique qu’ils sont les derniers Seigneurs de la Réalité, et que l’univers lui-même se meurt.

Moi : Fascinant.

El Disgusto : Allez, droit au but. Qui devons-nous tabasser ?

Nolan LeVide : Le Seigneur de la Réalité vous apprend que le but de votre quête n’est pas de détruire mais de préserver. Il a besoin de vous pour sauver toute la Création, en trouvant un moyen de rétablir les niveaux d’énergie en son cœur.

Wes la Fouine : Nous devons changer les batteries de l’univers ?

P’tit Pervers : Pourquoi devons-nous sauver l’univers ? Qu’avons-nous à y gagner ?

Johnny la Tangente : Mmmh ! Mmmh !

Moi : Il a raison. Je demande aux Seigneurs de la Réalité pourquoi ils ne peuvent le faire eux-mêmes.

Nolan LeVide : Ils vous expliquent que s’ils quittaient leur poste, la réalité se désagrégerait en quelques minutes.

Wes la Fouine : Comment sommes-nous censés changer les batteries de l’univers ? Nous n’avons aucun pouvoir, nous n’avons même pas de vaisseau spatial.

Nolan LeVide : Les Seigneurs de la Réalité vous disent qu’ils vous donneront le pouvoir de faire ce qui doit être fait. Ils feront de vous des dieux.

Il y eut un silence bruyant. C’était un de ces moments que je connaissais en tant que MJ, avant qu’une partie ne devienne vraiment géniale ou qu’elle parte en vrille.

Johnny la Tangente : Mphl ?

Nolan LeVide : Oui. Des dieux.

El Disgusto : Des dieux, divins ?

Nolan LeVide : Ils vous disent “Vous aurez le pouvoir de créer et de contrôler la matière, mais avec ce grand pouvoir vient une terrible responsabilité.”

Wes la Fouine : Ouais mais on sera des dieux, c’est ça ?

Nolan LeVide : “Oui”, vous disent-ils. “Mais en réalité l’usage de ces pouvoirs divins draine la force vitale de l’univers, aussi exercez-les avec prudence.”

P’tit Pervers : Mais nous serons des dieux, hein ?

Nolan LeVide : …

El Disgusto : On accepte.

Et ainsi les Seigneurs de la Réalité firent de nous des dieux en utilisant quelque chose qu’ils appelaient “la machine de l’Apothéose”. Durant le processus, nos corps furent désassemblés molécule par molécule et finalement réassemblés. Nolan avait même fourni des images plastifiées de l’expérience, et passé les Pink Floyd en fond sonore pour l’ambiance.

Nolan LeVide : Bon alors, quand vous émergez du cristal rouge luminescent, vous vous sentez “augmentés”. Votre forme physique scintille. Si vous faites une pause, vous pouvez sentir le passage des atomes. Les secrets de l’univers bouillonnent spontanément à la surface de votre esprit.

Wes la Fouine : Sommes-nous des dieux maintenant ?

Nolan LeVide : Oui.

Moi : Je demande au…

Johnny la Tangente : Je vole plus vite que la vitesse de la lumière.

Wes la Fouine : Je voyage jusqu’à la surface du soleil et je m’y promène !

El Disgusto : Je me téléporte à Stonehenge !

P’tit Pervers : Je transforme Mars en une parfaite réplique [du monde bien macho-fantasy de] Gor et je commence à réduire des top-models en esclavage.

Moi : Les gars je ne pense pas que…

Nolan LeVide : Ce n’est pas…

P’tit Pervers : Je me transforme en une copie parfaite de Rocco Siffredi sculpté dans de l’argent en fusion !

Wes la Fouine : Ah ouais ? Eh bien je me donne l’apparence d’un ange ressemblant à Bertrand Cantat… avec des yeux violets.

Johnny la Tangente : Je me transforme en… Jean-Luc Lahaye !

El Disgusto : J’abats Stonehenge et le réduis en poussière. Ensuite je trouve chaque endroit sacré dans le monde et le réduis en cendres.

Nolan LeVide : Bon d’accord mais vos pouvoirs pourraient…

El Disgusto : Ensuite je fais émerger Ryleh (sic) du fond de la mer et je draine la force vitale de Cthulhu.

P’tit pervers : Je donne la vie à toutes les bombasses des dessins animés de Disney et les prends une par une ! Toutes, Ariel, Belle, Blanche-Neige, Bambi…

Moi : Bambi était un mâle.

P’tit Pervers : Ouais OK. En même temps, qui donne un nom de cerf à une strip-teaseuse ?

Wes la Fouine : Je donne la vie à tous mes personnages de D&D et les emmène chez Flunch pour m’excuser de mes lamentables jets de dés.

Johnny la Tangente : Je leur fais lancer une nouvelle saison de Manimal écrite par Josh Wimbledon (sic). J’en suis la star.

El Disgusto : Maintenant je crée une Canne de la Douleur faite de la Matière Étrange de quarks. Puis j’oblige les elfes à me fabriquer une tenue de ninja en mithril.

Nolan LeVide : Il… Il n’y a pas d’elfes dans ce jeu…

El Disgusto : Alors je crée quelques elfes et leur fais faire ce que j’ai dit !

P’tit Pervers : Maintenant je prends Mallaury Nataf et j’en fais ma reine ! Ensemble nous dirigerons le Nouveau Gor.

El Disgusto : Avec ma nouvelle Canne de la Douleur améliorée et ma tenue de ninja en mithril, je me téléporte là où nous avions commencé et je file à Ab3 un K.-O. ninja de l’espace !

Moi : Quoi ?

El Disgusto : Tu m’as bien entendu ! Il ne peut en rester qu’un – Connard ! Quel jet je dois faire pour attaquer ? Hé Nolan …où il est parti ?

Mais Nolan s’était enfermé dans les toilettes et refusait d’en sortir. Il ne maîtrisa plus jamais de partie de jeu de rôle mais certains des autres gars disent qu’ils ont vu un personnage portant son nom sur Everquest errant en bordure de carte, grommelant à qui voulait l’entendre d’étranges histoires de conspirations impliquant des ninjas et Jean-Luc Lahaye.

Je laissai un El Disgusto furieux à l’arrêt de bus avec P’tit Pervers et Wes la Fouine. Johnny la Tangente et moi nous dirigeâmes vers le Booby Hatch, un club de strip-tease du coin : après tout, la nuit ne faisait que commencer.

Article original : RPG.NET rant #4 The God Trip

(1) NdT : El Disgusto signifie en espagnol Le Chieur, le Casse-Burnes. Mais si vous pensez que ça veut dire le dégoûtant, vous avez probablement raison aussi… [Retour]

(2) NdT : exclamation lors du trip final de 2001, l’Odyssée de l’Espace. [Retour]

(3) NdT : discours mégalo du Général Zod au père biologique de Superman – dans Superman (wiki). [Retour]

Note: 
Average: 7.6 (5 votes)
Tags: 
Catégorie: 
Auteur: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin…

Cet article fait partie d'une compilation sur la malchance rôliste et ses multiples avatars : l'ebook n°13 : Fatal Fumble

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.