Les Bons joueurs font les Bons MJ

 

Sans bons joueurs, mener une partie peut devenir simplement trop pénible pour que cela en vaille la peine. Bien sûr, sans un bon MJ, les joueurs finiront par trouver quelque chose de mieux à faire de leur temps.

J’imagine qu’on se retrouve un peu dans le paradoxe de l’œuf et la poule : qui vient en premier, les bons joueurs ou le bon MJ ? Est-ce que les bons MJ créent les bons joueurs, ou bien est-ce que les bons MJ n’apparaissent que quand leur table est pleine de bons joueurs ? Je suis sûr que la réponse se trouve quelque part entre les deux.

 

Comme ici chez Gnome Stew on se concentre sur tous les aspects de la maîtrise, on comprendra que nous avons considéré les nombreux moyens qu’ont les MJ pour faire progresser leurs joueurs. (…).

De l’autre côté de la table, lorsqu’un joueur incroyable s’assoit, votre façon de mener la partie peut s’en trouver transformée et améliorée. Les bons joueurs vous rendent la partie à la fois plus aisée et plus compliquée à mener.

C’est plus facile, car vous savez que ce que vous balancerez à vos joueurs deviendra forcément formidable ; mais c’est aussi plus dur car le talent et l’enthousiasme [d’un bon joueur] vous mettront au défi de vous surpasser pour leur donner la meilleure partie possible. Les bons joueurs me motivent à devenir une meilleure MJ.

Alors, quelles sont ces choses que font les joueurs et qui aident leur MJ ?

 

S’investir dans l’aventure

En tant que MJ, il n’y a rien de pire que de venir avec son scénario et de ne voir en retour que les regards vides et inexpressifs de la tablée. Les bons joueurs font l’effort de s’investir : ils font savoir au MJ qu’ils ont envie d’être ici et de jouer l’aventure. Leur enthousiasme vis-à-vis de leur personnage ou de la partie elle-même peut être suffisamment contagieux pour que les autres joueurs s’y engagent à leur tour. Ils limitent les discussions hors-jeu et sont toujours prêts à se lancer dans tout ce qu’on leur propose.

 

Connaître les règles, mais respecter les décisions du MJ

Les joueurs qui connaissent les règles mais qui s’en tiennent aux décisions du MJ sont inestimables. Ils aident à faire progresser l’aventure en sachant quels dés lancer, et à quel moment. Ils sont d’une aide précieuse pour les joueurs moins expérimentés, car ils allègent la besogne du MJ, qui peut alors se concentrer sur la maîtrise de la partie plutôt que sur l’enseignement des règles.

Les avocats es-règles(1) ralentissent le rythme de la partie en pinaillant sur des points de règles, mais [les bons joueurs] la fluidifient tout en s’y connaissant et en s’adaptant.

 

Partager la gloire

Non seulement les bons joueurs s’investissent dans leur personnage, mais ils s’investissent aussi dans celui des autres. Ils passent la main aux autres de leur plein gré et savent comment les faire participer à l’aventure. Tout le monde aime être mis en vedette, et il est facile de tomber dans le piège où [la caméra] est toujours dirigé sur les mêmes. Les bons joueurs savent comment entraîner les autres joueurs sous les spotlights pour que chacun ait son moment de gloire.

 

Méta, mais pas trop 

Les joueurs doivent pouvoir se concentrer sur les motivations et les réactions de leur personnage, mais les bons joueurs savent qu’ils font partie d’un jeu de rôle, et quelles décisions prendre pour faire avancer l’intrigue sans pour autant trahir leur personnage. Certes, personne n’aime voir quelqu’un abuser du méta-jeu, mais c’est une qualité de savoir ce qui fera avancer ou piétiner la partie.

Très franchement, les meilleures parties que j’ai faites ont combiné un bon MJ et de bons joueurs, et l’aventure a toujours dépassé les attentes de tout le monde. C’est ça qui fait que nous en redemandons toujours plus.

Alors, qu’ont accompli certains de vos joueurs, qui ont fait de vous un meilleur MJ ?

 

 

Sélection de commentaires

Roxysteve

Angela, Je dirais que bien que tes remarques soient toutes pertinentes, le fait que le joueur « accroche » est le facteur crucial dans l’amélioration de n’importe quelle partie. Tout le reste peut être enseigné ou résolu au fur et à mesure ; mais sans l’investissement des joueurs, tout le monde est juste assis autour d’une table pendant quelques heures.

Le mérite de la merveilleuse – et parfois bien au-delà – expérience qu’a été ma campagne de Delta Green revient honnêtement aux divers joueurs qui y ont participé – tous ayant fait de la maîtrise un plaisir. À part les moments entre les sessions où je m’inquiétais de savoir si je les félicitais assez.

Les avocats ès-règles peuvent être pénibles, mais ils peuvent aussi être d’une aide précieuse pour le MJ. Le MJ et l’avocat doivent juste se mettre d’accord sur qui aura le tout dernier mot, et cet accord peut être obtenu la plupart du temps. Si ce n’est pas le cas, eh bien il y a des articles dans les archives de Gnome Stew sur comment se débarrasser d’un joueur.

Les nouveaux joueurs s’investiront mieux dans ce qu’ils apprécient. Si tout le monde s’investit à fond, les nouveaux joueurs seront aspirés dans le mouvement – s’ils ne sont pas déjà en première ligne !

Le [non-]investissement d’un joueur n’a été un problème pour moi qu’à une seule occasion, et ce n’était pas vraiment ça. J’avais un fou à la table, qui croyait qu’il y avait un lot de pouvoir ou de contrôle à gagner ; il était résolu à ce que nul autre que lui ne l’obtienne. Malheureusement, je ne m’en suis aperçu que quand les choses se sont calmées. Jusque-là, je pensais que le « rôliste psychopathe » était un mythe d’Internet.

 

John Fredericks

Roxysteve, j’ai joué avec ce type! Il a dû passer de ma campagne à la tienne.

 

HagenBRG

Il y a plusieurs MJ dans mon groupe de jeu – ils ont presque tous été MJ sauf moi – et je trouve que les bons joueurs ne font pas toujours de bons MJ et vice-versa. Au début des deux campagnes principales auxquelles je joue, les MJ-joueurs de ces deux campagnes se disputaient souvent quand la décision du [nouveau] MJ ne leur plaisait pas. Bien que tous deux soient des joueurs et MJ très compétents, ils se sont mal adaptés au changement de position. Leur dispute [suivant la dynamique] décision -> appel de la décision débordait sur le reste du groupe, et nous devenions tous des avocats es-règles. C’était vraiment mouvementé. Ça s’est calmé un peu, pour le meilleur car leurs prises de bec impactait l’investissement des joueurs à cause des éternelles disputes sur les règles. Et je suis d’accord avec Roxysteve, l’investissement des joueurs est vraiment primordial.

En tant que joueur, je pense qu’un MJ qui a vraiment pris le temps de donner de l’épaisseur à son monde, qui sait prendre des décisions dans l’instant sans consulter les règles, et permet aux joueurs de s’en sortir avec des trucs dingues, simplement parce que cela rend les choses plus intéressantes. Tout cela fait de moi un meilleur joueur, car je m’investis à fond, et je veux rendre chaque séance aussi amusante que possible.

Scott Martin

Je suis 100% d’accord avec ton deuxième paragraphe. C’est triste quand un rôliste n’arrive pas à s’adapter à ne plus être MJ ; ça s’améliore souvent avec la pratique et une discussion tranquille sur le respect des résolutions et des créations de règle du MJ en cours.

 

Bhorr Thunderhoof

Il est vrai que les bons joueurs ne font pas toujours de bons MJ, et réciproquement. À mon avis, on a besoin d’abord d’un « bon » MJ – quelle que soit ta définition d’un « bon MJ » dans ce cas. Il ou elle ne peut cependant [obtenir] de bons joueurs rien que par l’exemplarité. Cela prend du temps bien sûr, et il faut aussi entamer un dialogue ouvert et adulte avec ses joueurs. Ça me stupéfie toujours de voir jusqu’où des joueurs adultes peuvent se mettre en colère, quand ils ne reçoivent pas ce qu’ils estiment leur être dû.

Un bon joueur, pour moi, est celui qui connaît la règle du « oui, et… ». Voir plus d’explications sur ce point dans le sublissimme article d’Emily Care Boss, publié dans Unframed, the Art of Improvisation for Gamemasters.

Il faut aussi que le joueur ait toutes les qualités qu’Angela Murray a déjà décrites.

Pour être un aussi bon joueur qu’un bon MJ, il faut non seulement de l’inspiration, le don du conteur et de l’improvisation, mais aussi des compétences sociales, ce qu’on appelle le « savoir-être ».

Article original : Good Players = Good GMs

 

(1) NdT : Tel un avocat américain, l’avocat es-règle va exhumer, décortiquer et utiliser à son avantage un détail d’article de loi ou une jurisprudence oublié… Son utilité dans Il vous faut un Avocat (ès règles), les mecs ! [Retour]

Note: 
Average: 7 (2 votes)
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.