Causette : le JdR

Un jeu de rôle de conversation, de 1 à une infinité de joueurs

Personnages : Les joueurs jouent leur propre rôle, il n’y a donc pas de processus particulier de création de personnage.

Causette est un jeu de conversation en soi. C’est un jeu collaboratif, récompensé par des conversations plus profondes, un renforcement des liens interpersonnels, et qui permet d’éviter les silences.

Il est recommandé d’y jouer avec de nouvelles connaissances.

La partie peut être aussi brève que le temps de salutations classiques, ou aussi longue que prendra votre coupe chez le coiffeur. Ou votre course en taxi, selon les cas.

Quelques règles

  • Saluez les autres joueurs de manière amicale.
  • Essayez de maintenir une conversation rythmée et positive.
  • Des compliments classiques sont bienvenus, mais ne soyez pas trop détaillé (sinon ça va devenir glauque).
  • Regardez régulièrement les autres, mais ne maintenez pas un contact visuel trop longtemps non plus.
  • Souriez.
  • Respectez l’espace vital des autres joueurs.
  • Soyez poli et respectueux.
  • Trouvez-vous des points communs. Enquérez-vous poliment des centres d’intérêt de l’autre joueur et voyez si vous pouvez trouver un sujet de conversation qui vous intéressera tous les deux. Ou que vous pourrez supporter d’écouter.
  • Posez des questions complémentaires ouvertes commençant par des mots comme “comment” et “que”. Ou faites des remarques pertinentes.
  • Partagez des détails personnels, et sur votre journée, mais n’en faites pas trop. N’abordez pas des thèmes comme les névroses, les maladies, des sujets sensibles et évitez un trop grand pessimisme.
  • Vous pouvez râler et vous plaindre tant que ce n’est pas sur des sujets sensibles. Le temps qu’il fait est un excellent sujet de conversation.
  • Soyez attentif à votre environnement. Vous pourrez improviser dessus pour trouver de nouveaux sujets de causerie.
  • Évitez les sujets sensibles tels que la religion, la politique et le sexe. Vous pouvez aussi oublier les thèmes comme la mort, le divorce et la maladie (vous voyez le genre).
  • L’humour, c’est bien. Évitez juste des sujets tabous.

Vous pouvez même jouer à ce jeu sans que quiconque ne sache que vous jouez (1).

Pour conclure, voici une citation de Keith Johnstone (2) dans Impro : L’improvisation et le théâtre, que vous trouverez pertinente (ou pas).

“Bien des gens affirmeront qu’on ne joue pas à des jeux de transactions sociales avec ses amis, et pourtant chaque mouvement, chaque inflexion de la voix implique un statut. Ma réponse à cela est que des connaissances deviennent des amis quand elles acceptent de jouer à des jeux de statut social ensemble.”

Article original : Small Talk the RPG

(1) NdT : Ce qui se rapproche de l’idée développée dans Identités Autonomes, que l’on peut créer nos propres espaces avec nos propres règles dans nos têtes – des Zones d’Autonomie Temporaires – où l'on teste son organisation, sa commune, son phalanstère, sans que la société réelle ne le sache. [Retour]

(2) NdT : Keith Johnstone (né en 1933) est un pionnier de l’improvisation théâtrale. Le livre cité donne des techniques pour l’improvisation (ptgptb), adaptables en jeu de rôle. [Retour]

Note: 
Average: 6.5 (4 votes)
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 
Share

Commentaires

Excellent ! J'ai beaucoup ri.
Il manque "Quand vous ne savez pas comment rebondir, indiquez que vous laissez l'initiative à un autre joueur par un hochement de tête ou un rire encourageant".

Auteur : 
Benjamin K

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.