Les règles maison, sacré Graal !

Coup de gueule d'Al Bruno n°6

Les gens qui aiment William Shatner (wiki), les personnes atteintes d’énurésie nocturne, les infirmiers psychiatriques, mais aussi les gens qui créent des jeux de rôles “faits maison” et tout individu qui trouve que ces choses ne sont pas drôles et que je m'acharne à frapper un homme à terre avec la canne de la douleur, ne devraient pas lire ce qui suit.

L'hopital psychiatrique de l'État avait libéré Dave le Psycho parce qu'il avait accepté de rester à au moins 500 mètres de William Shatner, et aussi en partie parce qu'ils s’étaient aperçus qu'il s’était débrouillé pour organiser une partie bizarre de Star Trek Grandeur Nature, avec tous les patients de l'établissement.

Nous célébrâmes son retour au monde extérieur en nous réunissant dans le sous-sol d’El Disgusto pour une partie.

Dave le Psycho : “Ce fut la période de ma vie la plus intense, je souhaiterais presque avoir fait quelque chose de plus grave pour pouvoir rester et continuer à jouer.

Wes la Fouine : J’aurais aimé être là.

El Disgusto : Ouais, eh bien, je suis content que tu sois de retour ; on va pouvoir à nouveau jouer de façon normale.

Moi : Le sous-sol est super. Tes parents ont rénové ?

El Disgusto : Si on veut ; ils ont juste fait enlever la moisissure toxique qui s’étend sur les murs et le plafond.

Moi : Quoi ? Je pensais qu'ils avaient repeint !

El Disgusto : Naaann, ce sont les couleurs d’origine. Cette mousse avait juste recouvert l’ensemble.

Moi : Mon Dieu… Nous jouons ici depuis plus d'un an…

El Disgusto : Ouais, je crois qu'ils n’arrivaient pas à croire que cette mousse se soit autant développée. Ils ont même fait venir des scientifiques de l'université pour qu'ils l'analysent.

Wes la Fouine : Ouaw.

El Disgusto : Et j'ai dû en éclater un à coups de Canne de la Douleur : je l’ai surpris à lorgner ma collection de Druuna (wiki).

Dave le Psycho : c'est tout à fait justifié.

El Disgusto : Attends j’ai mieux : en cognant ce vieux con il tombé sur ma table de figurines que je venais de finir de peindre. Je l’aurais buté si ma mère m’avait pas … —

Moi (l’interrompant) : “Vieux con” ?? Tu as frappé un vieux ?

El Disgusto : Il pouvait se défendre, il avait une canne !

Wes la Fouine : Est-ce que on aurait pu planer en mangeant ces moisissures toxiques ?”

La porte de la cave grinça et Bâtard de Tricheur entra, chargé de trois caisses remplies de classeurs. Comme nous avions tous eu de mauvaises expériences avec D&D, Lords of Creation (1) et L'Appel de Cthulhu, il s’était porté volontaire pour nous faire jouer dans son univers “maison” et avec des règles “perso”, auxquelles il travaillait depuis le début des années 1980. Mon inquiétude a subitement décuplé lorsque j'ai remarqué que Pif Paf l’aidait à transporter cinq caisses supplémentaires, ce qui portait le total à huit.

Moi : “Bordel de merde, qu’est-ce qu’il fout ici ?

Dave le Psycho : Je l'ai invité.

Moi : Pourquoi ?

Dave le Psycho : Nous sommes de vieux amis. On a été exclus ensemble de nos classes au service militaire.

Wes la Fouine : C’est lui qui nous plaquait au sol pour nous empêcher de quitter sa partie ! (2)

Moi : Il nous a brutalisés !

Dave le Psycho : Calmez-vous ! Il se tiendra bien. Il a probablement bien compris à quel point vous pouvez être des mauviettes.

Wes la Fouine : Il m'a jete au sol si fort que j’ai eu longtemps mal en faisant pipi.

El Disgusto : De quoi vous parlez les gars ? J'y étais et rien de tout cela n’est arrivé.

Moi : De quoi est-ce qu’on parle ??? Tu étais là justement ! Il nous a fait nous mettre torse nu ! Il nous a plaqués au sol !

El Disgusto : Cela n’est jamais arrivé.

Moi : Mon Dieu, comme j’aimerais pouvoir modifier mon passé.

Bâtard de Tricheur : OK les gars, j'espère que vous êtes prêts pour une expérience de jeu de rôle incroyable !

Moi : Ça a l’air impressionnant.

Bâtard de Tricheur : Ouais, je n'ai pas maîtrisé ce jeu depuis que le groupe de jeu de Juni Cortez a quitté la ville.

Wes la Fouine : Tu veux parler du groupe qui est devenu fou tout d'un coup, qui a mis le feu à son matériel de JdR et qui a rejoint un culte de l'espace bizarre ?

Bâtard de Tricheur : Je crois qu'ils se font appeler la Porte du paradis ou quelque chose comme ça.

Dave le Psycho : Un grand film, très sous-estimé (3).

Pif Paf : Ok, je vais vous aider pour la crEEPation de personnages, avez-vous apporté vos calculatrices scientifAÏK?"

Ainsi commença notre descente dans un cauchemar de caractéristiques générées aléatoirement et de mathématiques supérieures. D'abord, vous lanciez les dés pour votre date et votre pays de naissance, puis vous les lanciez pour déterminer votre race. Le livre des races faisait plus de 200 pages et allait de “Gnome nain” à “divinité robotique mineure (folle)”. Ces trois jets étaient pris en compte pour calculer un nombre qui était ajouté aux dés que vous lanciez pour déterminer vos antécédents familiaux.

On faisait ensuite la moyenne de chacun de ces facteurs sociétaux, familiaux et de localisation qui servaient à calculer un ensemble de modificateurs que l’on utilisait sur le jet qui déterminait les caracs et l’apparence de notre personnage.

Dave le Psycho se retrouva à créer un elfe de l’espace berserker, Wes la Fouine était un ogre des montagnes clerc, Pif Paf était un paladin humain, je me suis retrouvé avec un fermier doté de talents télékinétiques avec des tendances exhibitionnistes. El Disgusto tira… un ninja.

Je trouvai cela profondément troublant.

Ensuite vint l'équipement, et je pris alors toute la mesure de la folie de Bâtard de Tricheur. Il avait tout un classeur rempli de différentes sortes de matériel, et un autre plein d'historiques générés aléatoirement pour l'équipement que vous achetiez. De cette façon, vous saviez si votre épée était en fait un héritage d’un empire éteint depuis longtemps, si la nourriture que vous aviez achetée était sur le point d’être périmée et si votre mule avait mauvais caractère. C’est à partir de ce moment que je commençai à ne plus me sentir bien.

Bâtard de Tricheur : “Bien, maintenant vous avez une connaissance parfaite de vos personnages.

Moi : Ça fait combien de temps qu'on y est ?? Qui est le président maintenant ?

Wes la Fouine : Donc, mon ogre était un soldat, mais après avoir eu une vision de son dieu sur le champ de bataille d’une planète étrangère, il a décidé de devenir clerc ?

Bâtard de Tricheur : N’oublie pas que tu étais sur ce champ de bataille extraterrestre à la recherche de ton frère perdu depuis longtemps. C’est ce qui t’a donné un modificateur de Sagesse Émotionnelle de + x(3/Y).

Wes la Fouine : Ah ouais.

El Disgusto : Quel est le modificateur de vitesse sur un vieux katana de 70 ans dont on a bien pris soin ?

Pif Paf : Tu prends la statistique de l'arme standard et tu multiplies par l'âge, la puRIté du métal et les modificateurs du pommeau.

El Disgusto : Je crois que je besoin d'un autre crayon.

Moi : Ton système est… disons intéressant.

Bâtard de Tricheur : C’est comme Rolemaster (grog), si on n’avait pas baissé le niveau de Rolemaster pour la plèbe.

Pif Paf : C’est du jeu de rôle viril.

Wes la Fouine : Alors les gars, pourquoi avez-vous été virés de vos classes ?

Dave le Psycho : Les trucs habituels, insubordination, mettre le feu et pisser au lit. Je pensais que ce genre de choses me mettrait sur la voie rapide pour les forces spéciales.

Pif Paf : Disons simplement que j’étais un peu trop viril pour l'armée. Ils ont été intimidDIMaté par moi.

Dave le Psycho : Je croyais que c’était à cause de ton poids.

Pif Paf : Non !! C’est une erreur commune, tu vois. Je ne suis pas gros, j’ai juste beaucoup de muscles mous. Je suis physiquement aussi fort qu’un haltérophile olympique… Je suis juste pas très tonique.

Bâtard de Tricheur : Que l’armée aille se faire foutre, on monte notre propre milice.

Pif Paf : J’ai déjà dessiNATé le logo pour nos bérets.

Moi : Cela fait bientôt cinq heures qu’on est là, on peut commencer la partie vite s’il vous plaît ?

El Disgusto : Mauviette.

Moi : Continue et je vais te défoncer le crâne jusqu'à ce que des bonbons en sortent.

El Disgusto : Essaie et je vais t’ouvrir en deux et compter tes côtes.

Moi : Uhhhhh…”

Enfin, le jeu a commencé, Bâtard de Tricheur avait promis un JdR qui serait novateur. Un univers de jeu qui engloberait tout, de la science fantasy à la pure fantasy. Mais au bout du compte nous nous sommes retrouvés dans une taverne au bord d'un marais, attendant un mystérieux inconnu qui nous donnerait une mission à accomplir. Nous avons passé un peu de temps à faire du roleplay et à négocier avec le mystérieux étranger au sujet de notre quête. Apparemment, il avait volé une breloque mystique aux elfes-araignées et il voulait que nous apportions cet objet à un certain endroit, à un certain moment.

Cependant, surprenante tournure d'événements : une escouade d’elfes-araignées à la recherche du mystérieux étranger prit d'assaut la taverne et la bataille éclata. Je ne souhaite à aucun homme de devoir supporter ce genre de combat. On utilisa des règles à calcul miniatures et des compas pour générer les algorithmes indispensables pour calculer les chances de toucher. Deux heures plus tard, le premier round était fini et je commençai à soupçonner que Jack Chick (wiki) (4) avait peut-être raison sur un point, après tout.

Bâtard de Tricheur : “Pas de bol !! Tu aurais pu toucher s’il n’y avait eu le coefficient de résistance du sang qui recouvre ta lame.

El Disgusto : Merde !

Pif Paf : Je déteste quand ça arrive.

Moi : Dites, le soleil serait pas en train de se lever, là ?

Dave le Psycho : Donc tout le monde a fui, sauf le ninja.

Wes la Fouine : On devrait pas revenir en arrière et le sauver ?

Moi : Qu’est-ce qui prendra plus de temps ? Plus de combat ou refaire un autre perso ?

(Beaucoup de jets de dés)

Bâtard de Tricheur : Les elfes-araignées survivants te désarment. Ils te maintiennent en agrippant chacun de tes bras et te tirent de chaque côté.

El Disgusto : Je cherche à me libérer façon ninja.

Bâtard de Tricheur : Ce serait un saut périlleux arrière et une double ruade. Pif-Paf, va me chercher le troisième volume du livre de règles sur les manœuvres de combat.

(Un jet de d20, d30 et d4 plus tard)

El Disgusto : Merde !

Bâtard de Tricheur : Pendant qu’ils te maintiennent, une figure sombre dans un moule-bite en or s’approche. Les autres elfes-araignées se soumettent à lui et l'appellent “Très Saint”.

El Disgusto : Je l’appelle “Très saint trou du cul” !

Bâtard de Tricheur : Le Très Saint des elfes-araignées sourit finement, s’approche, dit qu’il ne te sera pas fait de mal et te fait libérer.

El Disgusto : Je l’attaque !

(On lance davantage de dés en combinaison avec des mathématiques non-euclidiennes)

Bâtard de Tricheur : Ok, les elfes-araignées te saisissent les bras à nouveau, mais cette fois ils te soulèvent.

El Disgusto : Je cherche à leur échapper façon ninja.

Bâtard de Tricheur : Ok, mais n’oublie pas de prendre en compte les blessures et l'épuisement.

(Davantage de mathématiques et de dés)

El Disgusto : Merde !

Bâtard de Tricheur : Le Très Saint des elfes-araignées dit qu'il a juste besoin de te parler et tu pourras partir libre après ; il te dit —

El Disgusto : Je le maudis et le défie en duel !

Bâtard deTricheur : Il explique qu'il ne veut pas se battre avec toi, il a juste besoin de te parler parce qu’il a besoin…

El Disgusto : Je lui donne des coups de pieds !! Je tente de le mordre s’il s’approche trop près !

Moi : Peut-être que ton perso devrait juste écouter ce que ce gars a à te dire.

El Disgusto : Peut-être que tu devrais juste mettre une robe et aller cueillir des marguerites !

Bâtard de Tricheur : Le Très Saint tire l'arme du fourreau à son côté. Vous voyez qu’il brandit une lame stellaire, une épée qui peut trancher l'acier.

El Disgusto : Je lui dis qu'il peut se la bouffer, sa lame ! Qu’il peut se la carrer dans l’…

Bâtard de Tricheur : Il ordonne à ses serviteurs de te tenir fermement, en tirant sur tes bras tendus. Il te dit que si tu ne fermes pas ton clapet et ne l’écoutes pas, il coupera ton bras.

El Disgusto : Je lui crache un molard de ninja au visage.

(Beaucoup de dés sont lancés)

Bâtard de Tricheur : Il abat sa lame et te tranche le bras.

El Disgusto : Parfait ! Puisque je suis libre d'un côté, je vais utiliser l'inertie de ma chute pour me retourner et foutre un coup de boule au “Très Saint” !

Bâtard de Tricheur : Non, tu ne le fais pas, tu es à l'agonie !

El Disgusto : Un ninja ne ressent pas la douleur ! Je l’attaque !

(Quelques échanges houleux et calculs difficiles plus tard)

Bâtard de Tricheur : Ok, maintenant ton personnage a perdu ses deux bras.

Pif Paf : Mon Dieu, nous sommes dans un sketch des MonthLy PLython.

El Disgusto : Je l’attaque à nouveau.

Bâtard de Tricheur : Comment ? Comment comptes-tu attaquer ?

Moi : Tu sais, il a pas tort… Pas de bras, pas de dégâts !”

Nos rires ne firent qu’augmenter la colère de Bâtard de Tricheur et de El Disgusto. Une autre heure passa pendant laquelle le ninja perdit ses deux jambes. Le reste du groupe fut tué quand l’ogre de Weasley fit un échec critique sur sa capacité raciale et invoqua toute une montagne au-dessus du marais.

Apparemment les montagnes tombent assez régulièrement du ciel sur ce monde.

À ce moment bien sûr, j’étais déjà parti. Je devais être au travail ce matin-là.

Article original : Monty Python Mishaps In The Deepest Pit Of Homebrew Hell

(1) NdT : Voir Le jour où j’ai tué tout le groupe de PJ avant le premier combat. [Retour]

(2) NdT : Voir Est-ce que tu le SAN ? [Retour]

(3) NdT : La Porte du Paradis raconte comment des éleveurs anglo-saxons protestants du Wyoming massacrent des immigrants d’Europe de l’Est pour empêcher leur installation. [Retour]

(4) NdT : Jack Chick est le dessinateur de BD protestant fondamentaliste, qui a entre autres imprécations, “expliqué” comment le jeu de rôle menait au satanisme via la sorcellerie dans la BD Dark Dungeons. [Retour]

Note: 
Average: 7.5 (4 votes)
Catégorie: 
Auteur: 
Traducteur: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.