Net Games : JdR par courrier postal au Japon

Bannière de DampfkraftDampkraft présente :

ll y a quelques temps, je faisais le tri dans ma petite collection de numéros de RPG Magazine du début des années 1990, et j’ai été intrigué par une publicité pour un Net Game [jeu en réseau (NdT)] sur la 4e de couverture. En vérifiant la date du magazine – 1990 – j’étais vraiment surpris, c’était bien avant qu’Internet soit accessible à tous. Mais alors qu’est-ce que ce « jeu en réseau » pouvait bien être ? La pub parlait d’un jeu nommé 那由他の果てに (At the Edge of Infinity - Au bord de l’Infini) créé par [l’éditeur] Youentai ja (遊演体). C’est comme ça que j’ai découvert le monde fascinant des Jeux de Rôles par courrier postal du Japon des années 1990.

Qu’étaient les Net Games ?

Un “Net Game” était un JdR qui se jouait via courrier [postal] dans un monde partagé par un vaste réseau de joueurs. Une partie durait généralement environ un an, durant laquelle chaque joueur ou joueuse contrôlait un personnage et pouvait effectuer une action – dans l’univers du jeu – chaque mois. Ça nous parait sans doute une allure d’escargot, mais ça ne concerne que les actions conformes aux règles. C’est la communication, les échanges d’informations et la coordination des tactiques entre les joueurs qui constituaient la plus grande partie du jeu.

Pour participer à un Net Game, il fallait d’abord contacter Youentai pour obtenir une brochure gratuite qui expliquait l’univers du jeu, les règles de base et fournissait un formulaire pour créer le personnage. Une fois votre formulaire rempli et renvoyé, vous receviez un magazine mensuel qui contenait :

  • les « nouvelles » du monde de jeu,
  • les créations artistiques envoyées par les joueurs,
  • des articles [« column » : éditoriaux, chroniques. Donc pourraient être écrits par les participants (NdT)],
  • des publicités [pour des marques] de l’univers de jeu,
  • une liste d’actions suggérées [pour donner de l’inspiration],
  • parfois des indices exclusifs,
  • et une carte qui permettait de renvoyer son « action du mois ».

La plupart des jeux proposaient d'autres bonus : par exemple, les parties dans l’univers de Hourai High School [Lycée Houraï] incluaient une carte d’étudiant.

Bien que certaines actions étaient déjà codifiées à l’avance (« aller à la bibliothèque et chercher un passage secret », « enquêter dans le dortoir abandonné »), l’intérêt principal du jeu était de pouvoir décrire librement ce que vous vouliez que votre personnage fasse, un peu comme ce qu’on fait verbalement dans le JdR traditionnel.

Le mois suivant, vous receviez une « réaction » : une description détaillée de ce qui était arrivé à votre personnage, sous la forme d’une histoire courte Si vous aviez de la chance, votre personnage pouvait jouer un rôle majeur [dans l’histoire collective], mais typiquement la réaction était la même pour tous les personnages qui faisaient à peu près la même action au même endroit.

Voici quelques exemples tirés de Understanding Net Games, le livre d’introduction au jeu, qui suit un joueur imaginaire :

  • le premier mois, le joueur écrit que son personnage se rend sur le terrain de baseball pour s’entraîner avec le robot qu’il a réparé.
  • Dans la réaction, son personnage se dispute avec le capitaine de l’équipe de softball pour savoir qui utilisera le terrain. Un duel a lieu entre le capitaine et le robot et quand ce dernier perd, le PJ et lui quittent le terrain.

  • En plus de sa réponse, le Maitre de Jeu ajoute une liste de personnages-joueurs qui se sont rencontrés et leurs adresses dans la vraie vie. En contactant les autres joueurs, on pouvait échanger ses notes et résoudre des mystères sans avoir à attendre un mois pour recevoir une réponse. Donner ses vraies coordonnées était assez commun, mais pas un pré-requis pour pouvoir participer : Youentai pouvait s’occuper de faire suivre les lettres ; mais beaucoup préféraient les échanges directs parce qu’ils étaient plus rapides.
  • Le mois d’après, le joueur écrit qu’il va aller sur le terrain de sport entrainer son robot pour le rendre plus fort, et défier le capitaine de l’équipe de softball à un match revanche.
  • Toutefois, son plan n’est pas du tout pris en compte dans la réponse qu’il reçoit – il assiste plutôt à une dispute entre l’équipe de foot et l’équipe de softball sur l’utilisation du terrain. Bien que, tout au long du livre, le personnage principal ait beaucoup plus de chance dans les réponses qu’il reçoit que n’importe quel vrai joueur ou joueuse pourrait l’espérer, ce chapitre sert à rappeler aux potentiels participants que les choses n’iront pas toujours dans leur sens.

Chaque mois, vous envoyiez [votre déclaration d’actions] et attendiez ensuite la réaction et le magazine mensuel. À la fin de la partie, une grande rencontre entre tous les participants et participantes était souvent organisé en présentiel, et presque chaque année, les organisateurs compilaient un livre commémoratif (annual collected volume) qui relatait les grands événements du jeu. Bien que certains éléments de l’intrigue étaient fixés avant le lancement de la partie, beaucoup de blagues récurrentes et de retournements de situation étaient tirés des courriers postaux envoyés par les joueurs.

L’âge d’or du JdR par Courrier postal

Bien que le terme de Net Game ne fût utilisé que par Youentai, après leurs débuts réussis en 1988, d’autres compagnies apparurent sur le marché et suivirent le même modèle. Il en existe une liste conséquente consultable ici ja.

Au sommet de sa popularité, le plus grand Net Game rassemblait environ 10.000 joueurs et joueuses, ce qui en fait sans doute l’un des plus grands jeux par courrier de tous les temps. Il est de nos jours difficile de retrouver le nombre de joueurs, car la plupart des sociétés qui les organisaient ont cessé leur activité à la fin des années 1990. Par comparaison, Saturnalia wiki en est le second JdR par courrier le plus populaire dont j’ai pu retrouver le nombre de participants : environ 3000 joueurs et joueuses (1).

L’éditeur Youentai explora plusieurs types d’univers, mais celui qui connut le plus de succès fut Hourai High School. Il enfanta deux jeux de rôles sur table, plusieurs romans [ou plusieurs mangas ? (NdT)] et un jeu vidéo Super Famicom ja. Vous pouvez trouver le plus important des JdR Hourai High School (épuisés en format papier), mis à disposition gratuitement et avec l’accord des auteurs, ici ja.

Voici une liste de plusieurs autres univers de jeu :

  • Le Net Game de 1988 [NG88] se jouait dans un univers qui combinait les légendes japonaises et le Mythe de Cthulhu : les joueurs pouvaient choisir de jouer des monstres ou des humains.
  • NG91 那由他の果てにAt the Edge of Infinity, se déroulait dans un centre de recherches qui explore la ville de Kanagawa - au sud-ouest de Tokyo - dans des réalités parallèles.
  • NG93 夜桜忍法帖 Yozakura Ninja Scrolls - un mélange de comédie/gore (2) qui tourne autour des affrontements entre écoles de ninjas.
  • NG95 鋼鉄の虹The Iron Rainbow [L’Arc-en-ciel de fer] ; un minuscule royaume imaginaire et magique, en pleine révolution, dans l’Europe de 1937.
  • NG96 こうもり城へようこそWelcome to Bat Castle [Bienvenue au château Chauve-Souris], aussi appelé Sister Joan : un monde de fantasy mélange-de-genres, où chaque Maître de Jeu gérait son propre village.

Après leur premier jeu en 1988, Youentai organisa des parties – généralement de 12 « tours » - de 1990 à 1998. Ensuite, ils migrèrent vers les jeux en ligne uniquement, pendant quelques années avant de disparaitre. Il n’est pas clair si la société a vraiment été liquidée, mais leur site a fermé en 2001 et ils n’ont plus rien fait de public depuis.

L’Après Youentai

Youentai ayant disparu, les anciens employés créèrent leurs propres sociétés qui sont toujours très actives et populaires dans le monde du jeu vidéo japonais.

Ayant débuté comme établissement de Youentai à Kanda [sud de Tokyo (NdT)], Arclight ja prit son autonomie en 1998. Ils publient des jeux de plateaux et des jeux de cartes. Ils organisent aussi Game Market ja, le plus grand festival de jeux non-numériques du Japon. Si l’on se base sur les copyrights du JdR sur table Hourai mentionné plus haut, il semblerait qu’Arclight ait repris les actifs de Youentai.

Liar Soft ja fut créé par d’ex-auteurs de Youentai. Ils sont surtout connus pour la création de jeux adultes dans des univers uniques ; il s’avère que les éléments les plus incompréhensibles de ces univers sont en fait des blagues pour initiés connaissant les références des Net Games. Un de leurs jeux, 行殺・新選組 (Gyousatsu Shinsengumi) tire son nom de 行殺ja Gyousatsu, une expression du jargon des Net Games qui fait référence à la mention de la mort de votre personnage, en passant, dans une courte phrase de la réaction.

Elseware a été fondé par l’un des MJ les plus célèbres de Youentai : Fusahiko Yanagikawa, alias Kazma Sinjow ja. N’étant pas une entreprise tournée vers les particuliers, ses salariés ont travaillé sur plusieurs scénarios de jeux vidéos très en vue sur smartphones. Sinjow est aussi un écrivain connu. (Mise à jour : peu après la publication de cet article, Sinjow a été longuement interviewé ja au sujet des Net Games.)

Profondeurs cachées et vieux souvenirs

Ce que je raconte ici ne fait qu’effleurer la surface de l’Histoire des JdR par correspondance au Japon. Il y a une montagne de documents qui attendent d’être (re)découverts pour chaque jeu de Youentai. Si vous arrivez à trouver des vieux joueurs, ils auront encore sans doute une pile de créations amateures (doujin) - fanzines, fan-art et fan-fiction - dans un coin. De plus, bien que Youentai ait probablement été l’entreprise la plus florissante à mener des parties à grande échelle, ce n’était certainement pas la seule et chaque jeu a plein d’histoires à raconter.

Même si les JdR par courrier ont été oubliés, il n’est pas difficile de trouver quelqu’un qui s’en souvient avec nostalgie sur Internet, dans des blogs éparpillés ou rassemblés sous un hashtag sur Twitter ja. De nombreux artistes et écrivains ont débuté dans les JPM [JdR Par Mail] et sont toujours actifs. Ces dernières années, lors d’un Comiket wiki [de comic market – grosse foire aux créations de fans depuis 1975 (NdT)], j’ai même réussi à acheter un badge anniversaire des 25 ans de Hourai High, vendu à côté d’un livre rassemblant des informations sur un petit JPM sans but lucratif organisé par des amis après et des connaissances juste après le Net Game de 1988.

Devrait-on s’attendre à jouer à de nouveaux JdR par courrier en 2018 ? Je n’irais pas jusque-là, même si Elseware en a organisé un ja pas plus tard que 2013. Cependant, avec la croissance, récente et régulière, des jeux basés sur des fanfictions en, ainsi que la lutte continuelle pour créer des communautés satisfaisantes en ligne, on a peut-être pas mal de choses à apprendre de Youentai.

Article original: Japanese Play-by-Postcard RPGs: Net Games


(1) NdT : la page wikipedia référencée indique cependant que ce JdR par courrier n’aurait eu au plus que 700 joueurs au Royaume-Uni. Voir aussi la page de It’s A Crime wiki en, wargame diplomatique par correspondance depuis 1985, mentionné dans le rapport Pulling ptgptb, qui ne décompte que 110 joueurs aux États-Unis. [Retour]

(2) NdT : un genre apparemment toujours populaire au Japon, voir cette liste IMDB [Retour]

Note: 
Moyenne : 10 (2 votes)
Tags: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 
Share

Commentaires

Surtout quand on pense à la logistique déployée. On se demande comment les entreprises de Youentai sont apparues, avec combien de joueurs au début, etc.

Auteur : 
Anonyme

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.