Je n’arrive pas à trouver des joueurs !

 

Si vous êtes un MJ et que vous voulez trouver des joueurs, c’est facile. Je sais comment réunir des gens autour de ma vision créative.

J’aimerais dire que je déteste les pleurnicheurs, à ceci près que j’aime pleurnicher.

Cependant, il est surprenant de voir combien de gens se plaignent sur Internet qu’ils joueraient bien au jeu de rôle si seulement ils trouvaient des personnes avec qui jouer.

Qu’est-ce qu’ils font pour y remédier ?

Que dalle, apparemment.

Si vous êtes un MJ et que vous voulez commencer à mener, c’est facile. Si vous êtes un joueur, c’est plus difficile. Je ne peux pas aider les rôlistes isolés à trouver un groupe. Je sais seulement comment réunir des gens autour de ma vision créative.

Les étapes simples pour monter un groupe de joueurs :

1. Décidez à quel jeu vous voulez jouer, et quand vous jouerez.

Ne soyez pas un mollasson. Vous n’irez nulle part si vous pensez d’abord réunir un groupe, et ensuite décider à quel JdR vous allez jouer et quand. Ça ne marchera pas. Si vous voulez mener, vous devez prendre ces décisions en amont, avant de chercher des rôlistes. Le meneur est la personne la plus importante du groupe. Si un joueur est absent, la partie peut continuer. Si le meneur ne se montre pas, les joueurs sont complètement dans la mouise.

C’est le meneur qui doit décider à quel jeu vous allez jouer. Après tout, c’est le gars qui doit trouver toutes les idées et qui crée le scénario ! Il sait ce qui lui plaît, ce qu’il maîtrise à l’aise, ce qu’il peut produire de créatif sur du long terme.

Lorsque vous déciderez quand jouer, souvenez- vous que mener un jeu est un important investissement en temps. Si vous le prenez à la légère ou que vous savez que vous planterez une partie à la première opportunité de faire autre chose, ça vaut pas le coup. Ne faites pas perdre leur temps aux autres. La régularité est la meilleure manière de faire revenir les gens, d’une partie sur l’autre. Si les joueurs savent que la partie aura lieu tous les dimanches, ils savent qu’ils ne doivent rien prévoir d’autre le dimanche. Si la partie n’a pas lieu tous les dimanches (si par exemple, vous partez à Helsinki un week-end sur deux…), les gens vont arrêter de voir le dimanche comme le « jour du jeu de rôle », et alors bonne chance pour maintenir un groupe stable avec un planning aléatoire. Choisissez une heure et soyez prêt à jouer à cette heure-là à chaque fois.  Il y aura des impondérables, mais s’ils ont lieu tout le temps, alors je soupçonne qu’ils ne sont pas du tout de vrais impondérables.

Décidez de combien de joueurs vous voulez avant de les chercher.

2. Contactez les rôlistes que vous connaissez, et demandez à vos amis non-joueurs s’ils aimeraient jouer.

Cela devrait être assez facile. Beaucoup de joueurs connaissent déjà d’autres joueurs. Beaucoup de joueurs ont même des amis. Proposez-leur le JdR et le créneau horaire que vous avez choisi.

Certains d’entre eux diront : « Heu, j’adorerais jouer, mais je suis libre ce jour là, pas celui-ci. » Eh bien, si plusieurs personnes vous disent la même chose et que cet autre jour vous convient, envisagez de le changer votre premier choix.

Certains d’entre eux peuvent dire : « Heu, moi je jouerais bien si tu maîtrisais plutôt ce JdR-ci. » Dites-leur que vous êtes désolé, et qu’ils seront les bienvenus s’ils changent d’avis. Ne cédez pas sur ce point là. Point barre.  Si vous voulez mener  à la version originale de D&D, ne vous laissez pas dissuader par des gens qui ne savent sans doute pas vraiment ce que c’est. Si vous voulez mener à FATAL, eh bien, vous êtes bizarre , mais vous n’y arriverez jamais si vous écoutez les joueurs pleurnicher sur les JdR qu’ils aiment. Bien sûr, lorsque vous maintenez fermement votre décision de mener le jeu que vous voulez, ces personnes seront les mêmes qui continuerons à se plaindre sur Internet qu’elles ne comprennent pas pourquoi elles ne parviennent pas à trouver une table de jeu.

OK. À propos de demander à vos amis. Demandez-leur. A tous. Même aux gens que vous ne connaissez pas si bien que ça, comme vos collègues de travail ou vos camarades de classe. Une des excuses les plus crétines que j’ai vu sur Internet, c’est qu’ils ne jouent qu’avec leurs amis, mais qu’aucun de leurs amis actuels ne jouent, alors ils ne jouent pas non plus. FAITES-VOUS DE NOUVEAUX AMIS. C’est une curieuse façon de voir l’amitié, quand cela vous empêche de faire ce que vous aimez parce que cela ne plait pas à vos amis.

Mais quand vous demandez à vos connaissances, ne faites pas comme si vous aviez honte de faire du jeu de rôle en faisant des trucs comme prendre « certaines » personnes à part. Ne vous sentez pas obligé de poser trop de questions préliminaires (« À propos, comment as-tu trouvé les films du Seigneur des Anneaux, hein ? »). Les rôlistes deviennent timides au sujet de leur passion en présence de non-joueurs. Pourquoi ? Les personnes qui invitent à leur partie de poker du vendredi soir ont-elles l’air de faire quelque chose de ridicule ? Et celles qui invitent à venir voir le match ? Non, elles n’en ont pas l’air ! Alors, posez la question simplement.

Il est possible que ça ne morde pas trop. Mais vous n’aurez pas de réactions bizarres si vous demandez comme si c’était naturel. Et si quelqu’un est grossier, et par exemple vous demande si vous n’êtes pas trop vieux pour jouer à des jeux comme ça, eh bien ça vous en dit suffisamment sur cette personne. Vous ne faites rien de mal. C’est juste un gros connard.

Et si quelqu’un vous dit qu’il « pourrait venir de temps en temps », ne comptez pas du tout sur lui.

Alors peut-être que vous quelques personnes pour jouer. Peut-être pas. Peut-être avez-vous emménagé dans une nouvelle région et que vous n’y connaissez personne, encore moins des rôlistes. Ce n’est pas un problème. En fait, c’est peut-être même préférable. Il est toujours bon de faire de nouvelles connaissances avec qui vous avez des choses en commun.

3. Faites un tract (flyer)

Il est temps de faire de la publicité pour attirer des joueurs. Un tract doit contenir quelques informations vitales : le jeu, quand et où, des coordonnées pour vous contacter, et le plus important, une image qui déchire ! Voici le tract que j’ai utilisé pour trouver des joueurs pour AD&D 1ère édition à Vaasa (Finlande) , en 2006.

AD&D 1ère edition

Un MD avec + de 20 ans d’expérience cherche des joueur à Vasaa!

Aucune expérience antérieure de D&D exigée !

Pas besoin [d'acheter] les livres !

Le JdR sur table comme au bon vieux temps !

(La partie se déroulera en anglais – de préférence en environnement non fumeur)

détachez un onglet en bas de cette page et contactez-moi si vous êtes intéressés !

lotfp@lotfp.comwww.lotfp.com/rpg

A l’époque, je n’avais pas réalisé l’importance de donner l’heure de la partie sur le tract. Cela m’a fait perdre beaucoup de temps avec des gens qui ne voulaient jouer qu’à des heures où j’avais cours. Et j’ai perdu un temps encore plus agaçant à coordonner l’ensemble des gens qui voulaient effectivement jouer, avant que nous trouvions une heure appropriée.

J’ai tout mis en forme sous Photoshop, mais cela ne requiert pas un grand savoir-faire technique. Copiez-collez simplement des choses ensembles. Utilisez une image trouvée sur Internet qui rende compte de l’atmosphère que vous voulez avoir dans vos parties. Cette image doit ressortir. Faites des petit onglets à arracher avec vos coordonnées ; ce sont les petites écritures en bas du tract sur l’image (n’oubliez pas non plus de les découper avant de placarder votre affiche!) Ensuite allez à votre magasin de photocopies et tirez-en plus ou moins une vingtaine d’exemplaires.

4. Disposez vos tract là-dehors

Maintenant vous avez vos tracts. Où les mettre ?

Partout !

Il y a un magasin de jeu dans le coin ? Bien sûr, mettez-y un tract.

Les magasins de BD et comics peuvent également être un bon endroit pour les fans de Fantasy.

Les magasins de jeux généralistes, tout spécialement ceux qui ont des figurines Warhammer, sont excellents pour trouver des gens.

D’après mon expérience, les librairies ont souvent des panneaux de petites annonces,  et ce sont toujours de bons plans.

Les bibliothèques bien sûr!

Ici à Vaasa toutes les épiceries ont des panneaux, alors j’ai quadrillé la ville et me suis assuré que mon tract était dans le plus grand nombre de magasins possible. S’il y a un panneau d’affichage où vous vivez, mettez un flyer dessus.

Notez que si certains endroits sont meilleurs pour choper des rôlistes (les librairies et les magasins de BD), vous ne cherchez pas spécifiquement des rôlistes. Vous cherchez des personnes qui pourraient être intéressées par vos parties. Ce sera plus difficile si vous voulez  mener à un JdR compliqué, mais vous ne pouvez rien y faire (la moitié des gens que j’avais recruté grâce aux flyers pour une partie de HERO ne sont pas revenus après la première séance…. Pourquoi se donner autant de mal à créer un personnage si ce n’est pas pour le jouer !!! :-D)?

A moins que vous n’habitiez un petit village inhabité, vous allez avoir des réponses. Je vis actuellement dans trou perdu de 55 000 habitants, et je ne parlais pas les langues locales DU TOUT (par opposition avec les parler UN PEU aujourd’hui) quand j’ai fait mes premiers tracts, et j’ai eu plein de réponses.

Ça marche.

5. Filtrer les joueurs potentiels.

Une fois que les gens commencent à vous contacter, vous pourrez commencer à organiser des rencontres face à face. Sortez pour boire un verre, ou quelque chose du genre. Une sorte de rencard ! En fait, le but est le même que pour un rencard, mais peut-être avec moins d’enjeu : vous essayez de savoir si cette personne est compatible avec votre façon de passer un bon moment. Rassembler un groupe de parfaits étrangers et s’attendre à ce que tout se passe sans encombre est plutôt optimiste.

Soyez sûr de faire  cela ailleurs que chez vous. Un terrain neutre est toujours un bon endroit pour faire de nouvelles rencontres, surtout si le but est précisément de savoir si vous voulez les fréquenter ou non.

Non, ce n’est pas parfait, et non, vous ne filtrerez pas tous les barjots. Et même, votre maison sera pleine de gens bizarres si tout se passe bien. Les rôlistes tendent à être une espèce créative, aux manies un peu spéciales. Il est recommandé de mettre de côté vos préjugés personnels. Vous ne cherchez pas des gens avec qui être « ami ». C’est bien si ça arrive, mais ce que vous voulez c’est trouver des gens avec qui vous pouvez jouer, et cette évaluation est juste une manière de faire un minimum d’effort pour découvrir si ces gens sont des crétins absolus.

En gros, ce que vous cherchez c’est quelqu’un qui puisse se comporter de façon respectueuse avec des inconnus. Qui se soucie de leur religion, pour autant qu’ils ne soient pas bigots (ou blasphémateurs) à la table de jeu ? Si quelqu’un ne se lave pas (oui, vous voyez bien de QUOI je parle), c’est mieux de le découvrir avant de réunir vos joueurs. Commencez par quelques sujets de conversation qui amèneront quelques points sensibles. Si quelqu’un est homophobe, raciste ou sexiste, vous devez le découvrir avant de le présenter à un groupe d’inconnus, (qui peut inclure des femmes, des gays ou des minorités ethniques). C’est la meilleure manière de détruire un groupe avant de commencer.

Parlez également de vos objectifs de jeu. Une personne parfaitement raisonnable, agréable, respectueuse, peut tout de même être un désastre complet et ruiner votre partie s’il arrive avec une idée en tête et que vous avez prévu quelque chose de tout à fait différent. Parlez des jeux auxquels vous avez joués, de quels problèmes vous avez eus à vos tables de jeu dans le passé et comment vous les avez résolus. Demandez quelles expériences similaires cette personne a eu. Découvrez  à quel point elles sont prêtes à s’impliquer dans vos parties et quelles responsabilités elles ont, qui pourraient survenir et les empêcher de venir les jours de parties.

Cette étape est laborieuse et chiante, mais vous verrez ces personnes souvent et si vous êtes timide à l’idée de les rencontrer et de leur parler, je me demande quel meneur de jeu vous ferez. C’est un boulot qui n’est pas fait pour les timides et ceux qui n’ont aucune aisance sociale. Bordel ! Je suis à peu près aussi asocial et bizarre qu’ils peuvent l’être, alors je peux le faire. Ce n’est pas un problème.

(Ouais, je sais que je parle des stéréotypes des rôlistes de manière assez condescendante, mais ces gens existent. Cela ne signifie pas que vous devez en être un, ou les admettre à votre table. C’est pourquoi vous commencez par une évaluation.)

N’ayez pas d’idée préconçue sur les personnes qui répondront à votre annonce. Vous pourriez rencontrer des chômeurs, des mineurs, des handicapés. Vous pourriez recevoir des gens qui n’ont jamais joué au JdR avant, et qui ne savent pas vraiment ce que c’est. Soyez patient avec tous, et ne rejetez pas les gens avant de leur avoir réellement parlé.

Quelques précisions. J’ai la trentaine, et mon groupe ici a toujours compté des adolescents. Je me souviens quand j’étais adolescent. Un ami et moi avions trouvé ce groupe de types bien plus âgés qui nous avaient laissés jouer avec eux. Nous avons fait du D&D,  mais nous avons aussi été initiés à Justifiers et Bureau 13. Bordel, ils nous on fait chier dans nos frocs avec Bureau 13 ! :-D.

Et maintenant c’est mon tour de former la prochaine génération de rôlistes (Effrayant, n’est-ce pas !). Je ne dis pas que votre boulot est de faire du baby-sitting, mais beaucoup de ces jeunes sont du genre rats de bibliothèque, qui sont tout à fait capables de contribuer dans le cadre d’une partie.  Leurs accès d’émotions pourront sembler immatures (laissez-moi vous parler d’un de mes joueurs qui disait « LOL » lorsque quelque chose était drôle, au lieu de, vous savez, rire vraiment), mais mon expérience est que les adultes ont les mêmes réactions, en utilisant des expressions plus vieillies. Mais c’est exactement pareil. Ça veut pas dire que vous devez prendre touts les types bizarres qui veulent venir, (et, si vous êtes le genre à apprécier une bière (ou trois packs) à la table, des enfants ne devraient évidemment pas y être. Inutile de s’attirer des ennuis avec la loi pour un jeu), mais ne les rejetez pas au premier abord.

Je vous garantis qu’avec suffisamment de réponses, vous aurez un ou deux barjots complètement inadaptés, mais vous aurez également un bon groupe de rôlistes prometteurs avec qui jouer. Et comme votre tract a été clair sur le jour de la partie, c’est même un groupe qui pourra y venir.

Si le nombre de joueurs est égal ou plus petit que le maximum que vous avez fixé pour votre groupe, alors parfait ! Vous pouvez passer à l’étape suivante !

Si vous avez attiré plus de personnes que vous ne voulez avoir, vous aller devoir décider qui inviter ou ne pas inviter. Contactez les personnes que vous n’avez pas sélectionnées et ne les ignorez pas ou ne les laissez pas sans réponse, c’est très important. Si c’est quelqu’un avec qui vous aimeriez jouer si vous aviez de la place à la table, faites-lui savoir et soyez prêt à le recontacter si une chaise se libère. Les personnes raisonnables comprendront, les autres, vous n’en voulez pas de toutes façons. Et si vous vous connectez à une communauté de rôlistes plus large, vous pouvez tirer un peu de bonne réputation d’avoir une « liste d’attente » de personnes voulant jouer avec vous.

6. Commencez à jouer

C’est une sacrée dose de travail, mais pas plus que pour mener une campagne de jeu de rôle. Si vous voulez jouer et qu’il n’y a pas de réserve visible de rôlistes, vous allez devoir faire un effort.

Tout en ce monde requiert un effort, mais il y a peu de chose qui payent autant que de faire ces efforts pour quelque chose que vous aimez. La chose importante est de ne jamais annuler une partie si vous pouvez l’éviter. Il y aura des semaines où les gens ne viendront pas, ou bien où il y aura trop peu de monde pour continuer la campagne régulière. Ayez à portée quelques jeux de cartes ou de plateau (plutôt orientés rôlistes que des jeux classiques, si vous pouvez en trouver), juste pour vous aider à instituer que ce jour est le « Jour du Jeu », et pour habituer ceux qui sont disponibles toutes les semaines à revenir. Ces gens sont le cœur de votre groupe. Alors ne leur donnez pas de raison de penser qu’il vaut toujours mieux avoir un autre plan prévu au cas où la partie serait à nouveau annulée.

Rendez l’espace de jeu aussi agréable que possible. Soyez un hôte attentif. Faites le ménage. Faites vous-même du pain ou des brioches - c’est simple, pas cher, mais si votre groupe est composé de jeunes ou de célibataires, n’importe quoi qui soit cuisiné maison les impressionnera par dessus tout ! Lorsque j’avais neuf personnes qui venaient à la maison toutes les semaines,  je faisais le pain pendant que nous jouions. Cela perturbait un peu la partie, mais c’était amusant et soudait le groupe, surtout lorsque je demandai à des  joueurs de faire les jets du MJ parce que mes mains étaient couvertes de farine ou de pâte.

Oui je considère que la partie se jouera à votre maison parce que c’est comme ça que ça a toujours marché ; la partie est jouée dans la maison de la personne qui organise et mène. Même si vous jouez ailleurs, le meneur reste le leader du groupe et doit agir comme hôte où que soit jouée la partie.

Maintenant… Allez jouer !

Article original : I can't find any players


Parmi les réponses à ce post :

  • Restless a écrit :

Autre chose à prendre en compte avant d’accepter des joueurs d’un âge impressionnable à vos parties : pensez au contenu « adulte » de votre JdR. Je suis prêt à parier que la plupart des parents ne souhaitent pas que leurs enfants soient mêlés à des parties qui contiennent certaines conventions de genre ; par exemple, ils pourraient avoir un problème avec les standards de la fantasy sword & sorcery, comme l’esclavage répandu, des dieux indifférents, des prostituées sacrées, des drogues illicites qui donnent des bonus à leur consommateurs, ou même des descriptions gore de combats sanglants. Eh, certains parents voudraient que leur enfant ne joue pas du tout au JdR ! D’un autre côté, que devriez vous faire, à part obtenir des parents une sorte de ridicule autorisation écrite ?

Moi aussi j’avais l’habitude de jouer avec des adultes quand j’étais préado, mais je pense que vu la paranoïa au sujet des pédophiles de nos jours, je préférerais éviter tout drame, et ne pas avoir de mineurs dans mes parties, même si j’ai un banal cadre médiéval-fantastique plutôt qu’une promenade dans un bon vieil univers Sword & Sorcery. C’est vraiment dommage, parce que j’aimerais que plus d’enfants découvrent  des parties plus « gygaxiennes » plutôt que ce à quoi les gosses jouent de nos jours.

  • James E. Raggi a écrit :

J’ai mené un scénar qui était une sorte d’aventure urbaine, « division du groupe en 8 sur 8 missions différentes » (j’avais 9 joueurs à l’époque)…

… j’avais 8 missions, et aucune idée préconçue sur qui allait faire quoi, jusqu’à ce qu’arrive le moment où ils décidèrent qui allait partir sur quelle mission.

Il y avait deux ados de 15 et 16 ans dans le groupe…

Le personnage de l’unique fille du groupe se retrouve avec la mission « se mettre en relation avec le maître de la guilde des voleurs et retardez l’exécution du casse de haut voltige »… et j’avais auparavant décidé que ce maître de guilde était un pervers total etc… Je ne pensais pas que ce serait un problème, la fille semblait vraiment timide, alors je pensais juste dire quelque chose de choquant et enchaîner sur la scène suivante… Eh bien il s’est trouvé que la fille n’était pas timide du tout, juste pas très bonne en anglais ; et c’est moi qui me suis mis à rougir quand les choses ont commencé à chauffer, de crainte, si je ne m’arrêtais pas, de devoir jouer en roleplay une « partie à trois » et la décrire dans les détails, devant huit personnes….

En fait cela ne serait pas arrivé. Je ne l’ai jamais dit aux joueurs, et ce type est devenu un Méchant récurrent car il voulait venger son humiliation ; mais lorsque j’avais écrit cette aventure, j’avais précisé qu’il était impuissant, donc il n’y avait absolument aucun moyen qu’une scène pornographique soit détaillée devant tout le monde :P

L’ado de 15 ans se retrouve avec la mission où le duc - ou peu importe - veut que quelqu’un verse une potion dans le verre de son fils… son fils, capitaine de la Garde et héritier de l’intendance de la ville, est homo, voyez-vous… Comme le duc s’inquiète de ne jamais avoir d’héritier, il a demandé à ses alchimistes de créer une Potion d’Inversion de la Sexualité. Le truc, c’est que le fils sait ce que son père prépare, et je m’arrange pour que ce PNJ drague le PJ Elfe mage (avec un bon Charisme) de cet ado, qui traîne autour de lui. Le visage de mon joueur était siiiiiiiiiii rouge pendant cette aventure, hé hé hé !

Quoi qu’il en soit, on en vient au moment où le capitaine de la Garde et le PJ sont dans la même « taverne branchée » ; le capitaine va pisser et le PJ verse la potion dans le verre du capitaine. Le capitaine revient et oups, se renverse du gigot d’agneau sur les genoux… « Pourriez-vous me chercher une serviette, Beaux-Yeux ? » Ce que fait le PJ… Tous les joueurs sauf celui de l’Elfe devinaient ce qui aller se passer. Au retour de l’Elfe, le capitaine porte un toast, ils boivent… tous les joueurs éclatent de rire ! Bien entendu, le capitaine avait échangé les verres.

Ce qui est amusant, c’est que c’était davantage une campagne d’aventure/quête plutôt que de l’exploration de donjons, donc les persos partaient souvent en mission, et n’avaient vraiment pas le temps pour des intrigues secondaires romantiques. Donc dans la partie, cela n’avait aucune importance, et le sujet ne reviendrait pas dans la partie. Mais, oh ! Que le joueur était fâché que son perso était devenu homosexuel...

Donc je ne fais rien de différent parce qu’il y a des ados à table (mais je ne pense pas que l’ado de 15 ans aurait été dans mon groupe pour commencer, si un autre joueur ne le connaissait pas avant et ne s’était pas porté garant).

Ce qui est drôle, c’est qu’à ma dernière partie, il y avait un jeune de 19 ans qui devait cacher le fait qu’il faisait du JdR à ses parents. C’est idiot…

  • Simon a écrit:

J’ai un jeune joueur qui écrit « nom d’utilisateur » plutôt que « nom du joueur » sur sa fiche de perso…

Au fait, je reconnais que plein de joueurs quitteraient la partie si on leur disait « ton perso est gay », ou si on lui faisait tirer au hasard son orientation sexuelle. Je pense que j’accepterais. Cela dépendrait du MJ et si je l’apprécie et lui fais confiance. La même chose pour ce qui est de se retrouver projeté dans une situation de perversion sexuelle.


(1) NdT : FATAL, dont le titre original était « a Fantasy Adventure to Adult Lechery »  (“Aventures Fantastiques pour Adultes Lubriques”), est renommé pour ses orientations malsaines sur le viol et les perversions. Pire, il est injouable ! ;) La Critique de FATALptgptb elle, est culte. [Retour]

Note: 
Aucun vote pour le moment
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin…

lire aussi sur PTGPTB les articles au sujet du recrutement de joueurs. Si après cela vous ne trouvez pas de partenaires, … posez-vous des questions!

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.