La Chaise vide

présente…

Éloge funèbre d’un rôliste

NdLR : un personnage se remplace ; mais parfois c’est le joueur qui disparaît. Jolly Blackburn a donc écrit le poème suivant, auquel tout le monde peut se rattacher, hommage à tous les camarades de jeu qui nous manquent…

Nous avons préféré traduire fidèlement plutôt que de chercher à rimer à tout prix.

There is an empty chair,

at the table this day.

A hallowed place where,

a friend once played.

The roll of his dice,

my ears long to hear.

Or perhaps it would suffice,

if he should suddenly appear.

With character sheet in hand,

and a bag of Cheeze-doodles to share.

All his friends would stand,

as he sat in the empty chair.

I hear his voice a-callin’,

and it ties my heart in a knot.

For he cries, “Though a comrade has fallen,

You must play for those who cannot.”

We conquered worlds on the run,

he and I in the name of fun.

And as others may come and go,

I make both both friend and foe.

But what I long for most,

is our past now long a ghost.

Voilà qu’il y a une chaise vide

À notre table aujourd’hui.

Un endroit béni,

Où un ami joua de nombreuses nuits.

Je rêve d’entendre de nouveau

Le son de ses dés qui roulent.

Où peut-être suffirait-il

Qu’il réapparaisse soudain ;

Il aurait sa fiche de perso à la main

Et un sachet de croustilles à partager.

Ses amis levés pour l’acclamer,

Tandis qu'il s’assiérait sur la chaise vide.

J’entends sa voix m’appeler

Et cela me fend le cœur.

Car il crie “Bien qu’un camarade soit tombé,

Vous devez jouer pour ceux qui ne le peuvent pas.”

Nous conquîmes des mondes au pas de charge

Lui et moi, juste pour s’amuser.

Amis, ennemis : d’autres viendront.

Ils resteront ou s’en iront.

Mais ce qui me manque vraiment,

C’est notre passé à jamais éteint.

Article original : The Empty Chair

Informations de contexte tirée d'une réponse de J. Blackburn dans le courrier des lecteurs de Knights of The Dinner Table n°232, p. 6 :

Le poème de la chaise vide… a été inspiré par le souvenir marquant, au début des années 1990, d’un rôliste de la vieille école fondant en larmes alors qu’il me racontait une histoire sur une de ses parties de D&D, et comment ils laissaient une chaise vide pour un ami qui était décédé.

Brian “le 6e chevalier” Jelke ajouta un autre vers plus tard et nous l’avons publié comme éloge funèbre [du personnage] de Gary Jackson dans la BD. À partir de là, [l’éloge] prit son indépendance quand les lecteurs nous ont demandé de le republier en l’honneur d’amis disparus.

[…] Quelque chose qui a dépassé les limites du magazine et a pris une signification nouvelle pour tant de gens…

Note: 
Moyenne : 8.3 (4 votes)
Catégorie: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.