Sentience

NdT :

  • Sentience : Pour un être vivant, capacité à ressentir les émotions, la douleur, le bien-être, etc., et à percevoir de façon subjective son environnement et ses expériences de vie. (Larousse en ligne, 2020)
  • Les liens vers Wikipedia ont été rajoutés par nos soins.

L’un des aspects les plus difficile de la création d’univers est toujours ce que Multiverser [le JdR dont MJ Young est coauteur (NdT)] appelle les indigs– les formes de vie indigènes, et plus précisément celles qui possèdent une forme de ce que l’on appelle sentience. Le défi est de créer des créatures intelligentes qui nous semblent cohérentes mais qui restent aliens. Nos Elfes et autres Andromèdiens (1) doivent être de complets étrangers ; ils ne doivent pas être des humains déguisés.

Et c’est effectivement très difficile. Trop souvent, l’on cherche à créer quelque chose d’alien en le remplaçant par étranger – nos Nains sont des Allemands sans l’accent, d'autres aliens sont des Japonais avec des cheveux différents. En fait, créer une sentience alien est intimidant et la plupart du temps, on n’essaye même pas de le faire. Trop souvent, on décide que c’est assez d’emprunter une culture humaine et de l’utiliser pour créer un monde alien monolithique.

Pourtant, les mondes alien ne devraient pas être monolithiques. Ils devraient être aussi diversifiés culturellement et autant emplis de contradictions que l’histoire humaine, mais avec un fil conducteur les traversant, un thème suggérant sans arrêt que ces créatures ne réfléchissent pas de la même manière que nous.

Y a-t-il une alternative ? Je le pense ; je pense avoir créé plus d’une race vraiment alien au fil des années. Certaines de mes idées à ce propos ont aidés d’autres à faire de même. Mais avant d’en arriver là, il faudrait peut-être considérer ce qu’est vraiment la sentience. Il me semble que cela incorpore de nombreuses choses, que par notre expérience d’êtres humains, associons automatiquement ensemble comme faisant partie d’une même idée. Peut-être qu’en les séparant il est possible de mieux saisir ce que signifie être sentient. Au moins pourrions-nous commencer à approcher un concept de sentience un peu moins anthropomorphe – c’est-à-dire, qui n’est pas la projection de notre modèle d’humain, sur des créatures qui ne sont pas comme nous.

Changer les sens

Le sens premier de sentience semble simple : la sensation, la capacité à percevoir grâce à nos sens.

On n'est pas beaucoup plus avancés mais c'est tout de même utile. Une des erreurs les plus anthropomorphes que l’on fait est de penser que les autres espèces voient les choses de la même manière que nous. C‘est juste raisonner de travers. Les animaux ne voient pas de la même manière que nous. La plupart des herbivores ont une vision panoramique, ils peuvent percevoir le mouvement à 360 degrés mais sont considérablement moins capable de se concentrer sur des objets précis. Certaines créatures ont des yeux qui peuvent regarder de manière indépendante, et je ne suis pas certain s’ils intègrent les images ensembles ou ont un traitement de la vision séparée pour chaque œil. Seuls quelques animaux voient la « couleur » et pour dire vrai, on ne sait pas vraiment ce qu’ils voient – mais certains d’entre eux ne voient pas les mêmes fréquences de la lumière que nous, donc ils ne voient pas les objets de la même couleur que nous.

Dans un récent épisode de [la série TV] Farscape, un des aliens a des pupilles de tailles différentes – chose qui chez les humains révélerait des lésions cérébrales, mais s’il s’agit de son état normal, ce serait une preuve visible d’un système de vision très différent du nôtre. Et si vous pouvez altérer la manière dont une race perçoit la réalité, et comprendre comment ces changements modifient leur compréhension du monde, vous avez fait un grand pas vers l’alien.

J’ai pris l’exemple de la vue car elle est centrale à notre perception humaine ; mais il y a également des différences lorsqu'on considère les autres sens. Les éléphants entendent les vibrations subsoniques sur des dizaines de kilomètres et peuvent les « entendre » à travers la plante de leurs pieds car ces vibrations se propagent dans le sol. On ne sait pas vraiment cependant s’ils peuvent entendre les cliquetis aigus, les sifflements et les claquements que comprennent la majorité de nos consonnes.

Les chiens peuvent distinguer tous les ingrédients différents d’une pizza rien qu’avec leur truffe et ne reconnaissent les individus pas tant par la vue que par l‘odorat. Changer le degré avec lequel une créature s’appuie sur chacun de ses sens et ce qu’elle peut et ne peut pas identifier par ceux-ci peut lui donner une nouvelle dimension.

Essayez de réfléchir avec ce système de sensation modifié. Un personnage qui perçoit les infrarouges aura une vision très différente des humains – mais j’en ai déjà parlé ailleurs (en), je n’irai donc pas plus loin ici.

Changer de formes d’intelligence

Mais peut être que lorsque nous utilisons le terme sentience nous voulons plutôt dire conscience, la conscience du monde qui nous entoure. Et cela signifie beaucoup plus.

L’intelligence est le premier concept que nous associons à la sentience. La capacité à penser, à raisonner, à tirer des conclusions rationnelles de nos observations, est l’aspect de notre for intérieur que la plupart d’entre nous considère comme l’élément nous distinguant des animaux. L’intelligence est en fait elle-même un conglomérat, lié à de nombreux concepts allant de nos capacités calculatoires à nos compétences sociales. Nous considérons les gens comme « forts » ou « faibles » intellectuellement, et pourtant ils excellent ou sont à la traîne dans certaines formes d’intelligence.

De même, les races aliens peuvent aussi avoir des capacités mentales plus performantes pour certaines sortes d’intelligences et moins pour d’autres.

On pense que nos capacités à se repérer dans l’espace sont plus fortes chez les hommes que chez les femmes parce qu’elles sont nécessaires pour chasser, alors que de meilleures capacités linguistiques et sociales sont trouvées chez les femmes, qui ont dû élever les jeunes et s’impliquer dans des tâches demandant plus de coopération (2). Créer un esprit alien peut être aussi simple que faire varier les niveaux relatifs de certaines sortes d’intelligence. Mais je pense que je discuterais de cela une prochaine fois.

Même si vous ne vous en rendez pas compte, l’abstraction est distincte de l’intelligence. L’abstraction est la capacité à penser des choses qui ne sont pas présentes, et aller au-delà pour considérer des choses qui sont totalement étrangères à notre expérience. Vous pouvez l’appeler l’imagination si vous le voulez, mais ce n’est qu’une petite partie de l’abstraction.

Cela nous permet de poser des hypothèses, de supposer, de spéculer. Cela va plus loin encore que la simple capacité à raisonner, le fait de prendre ce que l’on sait et en tirer des conclusions logiques, et nous permet de considérer ou de croire à ce que l’on ne peut pas démontrer – allant de Dieu, aux fantômes, à l’évolution [et au Big Bang]. Pouvez-vous créer une sorte d’esprit d’alien en :

  • lui retirant cette capacité à l’abstraction ?
  • Ou à l’inverse, le côté extraterrestre pourrait être créé en augmentant le niveau d’abstraction (difficile à imaginer ?  (3)),
  • ou enlever une partie de la capacité à distinguer le réel de l’imaginaire ? Une créature qui a la capacité d’imaginer des choses qui ne sont pas réelles mais qui ne peut pas les séparer de sa réalité peut-elle seulement fonctionner ? Mon ami athée vous dirait que oui, l’Homme est une telle créature et la religion une telle réalité imaginée (et je disputerais cette affirmation) ; mais aller jusqu’à se méprendre sur la réalité d’éléments qui sont fondamentalement moins abstraits semblerait menaçant pour la survie. Cette idée m’intrigue cependant.

Peut-être que l’abstraction mène à l’invention. C’est la capacité à être créatif intellectuellement, d’imaginer quelque chose d’entièrement nouveau. Bizarrement, cet aspect de l’intelligence a été observé chez les ordinateurs. Il y a au moins deux décennies, un ordinateur à mis au point une nouvelle démonstration d’un théorème géométrique connu. L’on pensait que cette sorte de création conceptuelle était une distinction de l’humanité ; soit ce n’est pas une différence aussi forte qu’on le pense, ou alors nous sommes plus proches de l’intelligence artificielle que ce que l’on imagine. Il nous est difficile d’imaginer une intelligence qui n’est pas inventive. La création est une partie tellement importante de notre façon de réfléchir.

Nous évaluons en comparant ce que nous savons à ce que nous imaginons ; nous testons en créant des hypothèses. À chaque étape de nos réflexions nous sommes créatifs. Certains diraient que la créativité est cette image de Dieu en nous, ce qui nous rend humains – cependant si c’est le cas, nous aurions alors créé un monstre dans notre intelligence artificielle.

Légèrement différente de l’invention, la technologie est un autre aspect de la sentience. C’est la capacité à utiliser des outils, ou peut-être un petit peu plus que ça – c’est la capacité à utiliser des outils pour fabriquer des outils. Les gorilles et les autres primates ont montré leur capacité à utiliser des outils, mais toujours en trouvant l’outil qui fera le boulot. Seuls les humains fabriquent leurs outils, trouvant une pierre aiguisée et l’aiguisant encore plus, ou la modelant vers une forme plus pratique.

Mais cela mène à bien d’autres questions. Les dauphins, les baleines, les poulpes ont tous montré des signes clairs d’intelligence, mais aucun n’utilise d’outils ; les deux premiers manquent de membres pour les manier d’une manière utile, et bien que le poulpe manipule relativement bien de nombreux objets, il est douteux de penser que des outils sont accessibles ou utiles dans son environnement. Est-ce qu’une créature qui a passé nos autres tests de la sentience échoue pour ne pas avoir ce dont il n’a pas besoin ?

La communication est quelque chose que l’on prend comme acquis, et l’on imagine que toutes les créatures sentientes l’auraient dans une certaine forme ou mesure. Même les créatures que nous ne considérons pas comme intelligentes ont souvent des manières surprenantes de communiquer entre elles. Les fourmis laissent des chemins de phéromones qui indiquent beaucoup plus que le chemin qu’elles ont emprunté ; l’odeur elle-même communique une information sur la direction et l’objectif. Les abeilles utilisent le mouvement - ce que l’on désigne de façon anthropomorphique comme une danse - pour communiquer la distance et la direction de la nourriture. Les éléphants [et les cétacés… (NdT)] communiquent à des dizaines de kilomètres en utilisant des infrasons de basse fréquence, qu’aucune autre créature ne peut entendre et l’on n’est pas encore sûr de ce qu’ils se racontent.

Ces créatures communiquent sur ce qu’elles savent ; cela ne les rend pas sentientes. Mais il est difficile d’imaginer une créature qui soit sentiente mais ne communique pas. Je suppose qu’une partie de la question devient alors, « comment savons-nous que c’est sentient ? »

[la série TV des années 1970] Blake’s 7 a créé une créature appelée (je crois) un Saffron ; elle était télépathique et plus encore, mais elle ressemblait à un caillou. Si vous faisiez un effort pour l’examiner, pour la scanner dans tous les sens possibles, elle rejetterait une image distordue de vous : vous, en plus grand. Étais-ce donc sentient ? Sûrement que non ; mais une créature peut-elle être sentiente tout en étant incapable de communiquer ?

Ce caillou est télépathe et plus encore, a-t-il l’air sentient ?

Au fur et à mesure que nos travaux sur les primates progressent, et que nous apprenons [aux primates] Koko, Washoe et Sarah  à communiquer avec les humains en utilisant la langue des signes, et les regarder apprendre à leurs petits le langage que nous leur avons appris, les avons-nous poussés vers l’avant, les avons nous fait devenir plus sentient ?

Assurément, un des avantages qu’apporte la communication à la sentience est la capacité à enseigner et apprendre, à partager les connaissances et à les progresser. Le fait que nous pouvons communiquer signifie que vous n’avez pas besoin de découvrir par vous-même tout ce que j’ai appris ; vous pouvez me poser des questions et j’essayerai d’y répondre. Sir Isaac Newton a dit « Si je peux voir plus loin, c'est en montant sur les épaules des géants. ». – exprimant clairement l’idée que notre savoir est plus grand parce que nous n’avons pas à réfléchir à ce que d’autres ont déjà découvert avant nous, mais seulement à construire sur leurs travaux. La communication n’est peut-être ni nécessaire ni suffisante à la sentience, mais elle est assurément pratique.

Un autre aspect de la sentience qui s’impose à nous - et qui pour certains est le test ultime - est la conscience de soi. On se demande si les créatures autres que nous-mêmes ont la capacité à s’identifier comme individu, de se distinguer soi-même du reste du monde qui les entourent. Mais cela n’est peut-être pas aussi rare qu’il le parait. Il est certainement anthropomorphique de penser que nos animaux domestiques sont conscients de leur propre existence parce que nous le sommes ; mais n’est-ce pas autant humano-centré de penser qu’ils ne peuvent pas l’être ? Lorsque Penny Patterson appelle Koko (la gorille) une « méchante fille », l’animal la corrige : Koko sait qu’elle est un gorille, pas une fille. Il apparaît qu’elle est tout à fait consciente d’elle-même. Mais est-ce là une conséquence d’avoir appris des concepts humains, ou est-ce que tous les gorilles sont conscients d’eux-mêmes de cette manière ? C’est probablement impossible de le savoir, du moins en l’état actuel de nos connaissances. Mais cela vaut la peine d’envisager si une créature peut être véritablement sentiente, et pourtant être moins consciente que sa propre existence est distincte du monde qui l’entoure.

Espérons que notre examen de la sentience humaine peut nous donner un bon point de départ dans notre quête vers l’intelligence alien.

La semaine prochaine, quelque chose de différent.

Article original : Sentience


(1) NdT : les Andromèdiens sont une race extraterrestre à laquelle certains croient vraiment, et aussi une des espèces alien dans l’univers étendu de Star Trek [Retour]

(2) NdT : ces clichés sont loin de faire l’unanimité au sein des scientifiques. Mais pour des races aliens, ces raccourcis ont l’avantage de paraître logiques car issus de la sélection culturelle. [Retour]

(3) NdT : quoique certains cours de philosophie, ou d’épistémologie, ou les théories nordiques du GN ptgptb, peuvent être si abstraits que la plupart des gens sont complètement largués… [Retour]

Note: 
Moyenne : 10 (1 vote)
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.