10 raisons qui font que les jeux de rôles ont une influence positive sur les enfants et sur les adultes

Les jeux de rôle ont toujours été l’un de mes passe-temps. J’ai commencé quand j’avais 10 ans, et je suis toujours un joueur régulier plus de 20 ans plus tard. Sans exagérer, beaucoup des aspects les plus positifs de ma vie découlent de ma pratique jeu de rôle (Si vous voulez plus de détails sur mon parcours, jetez un œil à mon site web).

Cet article traite de tous les effets positifs que le jeu de rôle a eus sur ma vie. Je l’écris comme une introduction au jeu de rôle (JdR) à destination des parents, conjoints et amis, qui n’ont qu’une idée confuse de ce que sont Donjons & Dragons et les autres jeux de rôles, et qui peuvent se révéler quelque peu méfiants à l’égard de ce passe-temps qui peut sembler singulier au premier abord.

Si vous êtes un habitué des articles tirés de Gnome Stew [Gnome Stew contient surtout des conseils les meneurs de jeu (MJ), NdT], celui-ci est un peu différent. En tant que MJ, vous pourrez toutefois lui trouver une application pratique : vous êtes le membre de votre groupe de jeu le plus susceptible d’avoir à gérer les retombées d’un joueur ne pouvant pas jouer à cause de tels préjugés sur notre hobby. J’espère que vous l’apprécierez, et j’espère que vous le partagerez si jamais vous connaissez quelqu’un qui pourrait en tirer profit.

Qu’est-ce qu’un jeu de rôle ?

Un jeu de rôle (comme Donjons & Dragons) est un jeu de société coopératif combinant des aspects des éléments de jeux de plateau, de théâtre, de narration et de scénarisation. Habituellement, un joueur endosse le rôle de “meneur du jeu”, et décrit des situations et événements qui se déroulent dans un monde fictif, où les autres joueurs font évoluer leur personnage en interprétant leurs réactions et en décrivant leurs actions.

C’est de là que vient l’expression “jeu de rôle” : les joueurs jouent un rôle pendant la partie, comme le font des acteurs sur scène — sauf que dans leur cas, ils sont assis autour d’une table et décrivent leurs actions au lieu d’en faire une représentation (comme un acteur le ferait).

Chaque jeu dispose de son propre système de règles, tout comme un jeu de plateau. Ces règles décident d’une grande part de ce qui se produit pendant une partie et servent de canevas à ce qui constitue le cœur du jeu de rôle : la créativité et la capacité des participants à trouver des solutions.

Si vous êtes intéressé par des explications plus complètes ou plus précises à ce sujet, je vous conseille d’ouvrir un livre de jeu de rôle (pour Donjons & Dragons, ce serait le Manuel du joueur) à la toute première section. La plupart des livres de règles incluent une description du jeu et comment on y joue, en partant du principe que vous ne savez pas déjà comment marchent les jeux de rôle.

Tout le monde devrait tenter le coup au moins une fois

Si vous êtes parent et vous demandez si vous pouvez autoriser vos enfants à jouer à D&D, la réponse est oui : c’est même une expérience que vous devriez les encourager à vivre. Si vous êtes en couple et que vous vous inquiétez de ce à quoi votre moitié occupe tous ses samedis soirs avec ses potes rôlistes, rassurez-vous : ils s’amusent, font travailler leurs sens logique et créatif, et relâchent la pression.

Je pense que le jeu de rôle est un loisir que tout le monde devrait essayer, tout comme le sport, la peinture, le théâtre, la musique, la poésie et des centaines d’autres passe-temps. Ce n’est absolument pas dangereux, au contraire même !

Quand ma fille en aura l’âge, j’ai l’intention de lui faire découvrir le jeu de rôle. Avec ma femme, nous comptons également l’initier à de nombreux autres loisirs, du sport en équipe à l’art, en passant par tout ce qui est entre les deux. Nous lui offrirons des tas d’options et la soutiendrons, quoi qu’elle choisisse.

Je connais un paquet de rôlistes. Cet article s’appuie tant sur ma propre expérience que sur ce que j’ai pu observer chez d’autres rôlistes et dans la communauté elle-même. Le jeu de rôle est l’une des pierres angulaires de ma vie, et je compte maintenant vous expliquer en quoi il a été si bénéfique pour moi au fil des années.

Au fil de cet article, je vais faire des généralisations. J’essayerai d’éviter les stéréotypes, mais il est difficile de tenir un propos général sans simplifier un tant soit peu les choses.

Rien à voir avec le satanisme

La plupart des préjugés infondés sur le jeu de rôle se sont éteints vers le début des années 90, notamment l’idée que Donjons & Dragons est d’une quelconque manière lié au culte de Satan (1), mais ces stéréotypes n’ont pas complètement disparu. Autant comme rôliste aguerri que comme mari et père, je suis catégorique : il n’y a aucun lien entre le jeu de rôle et la “vraie” magie, l’adoration du Malin ou quoi que ce soit ne serait-ce que vaguement ressemblant.

Le jeu de rôle est un loisir qui s’inscrit dans un groupe plus large qui inclut le théâtre, les contes, l’écriture romanesque, les jeux de cartes et de plateau, les bandes dessinées et les jeux vidéo. Il n’est pas plus dangereux ou inquiétant qu’un autre de ces loisirs, juste moins répandu (2).

Cela ayant été dit, voici 10 raisons qui font que le jeu de rôle a été une expérience positive dans ma vie.

Le baron de Muchaüsen, un personnage fort créatif

1. Les jeux de rôles développent la créativité

Il est très rare de tomber sur un rôliste qui ne soit pas créatif. D’une manière générale, la créativité a tendance à faire partie de nos points forts. La raison en est que le JdR requiert une imagination foisonnante et la capacité à improviser, et également parce que les créatifs, tout comme les gens intelligents, sont souvent attirés par le jeu de rôle.

Les avantages de cette créativités dépassent le JdR. Traîner avec des gens créatifs et m’investir dans un hobby qui cultive ce trait de caractère a, en retour, développé mon côté créatif.

2. Le jeu de rôle apprend à résoudre des problèmes…

Ce que font les rôlistes quand ils se retrouvent pour jouer, consiste en grande partie à coopérer pour résoudre des problèmes, et ce talent peut s’avérer utile dans à peu près n’importe quelle situation du quotidien. Pendant une partie, vous êtes régulièrement confronté à des situations auxquelles vous ne vous attendiez pas et, tout comme un acteur sans son texte, vous devez improviser et utiliser ce qui vous tombe sous la main pour faire face à ce qui est tombé sur votre personnage.

Créer son personnage implique également de comparer de nombreuses options, jauger le potentiel de différentes possibilités et – dans de nombreux JdR – faire des calculs pour voir ce qui fonctionne le mieux pour vous. Un autre type de problèmes à résoudre, en quelque sorte.

3. …et à travailler en équipe

Donjons & Dragons, comme quasiment n’importe quel jeu de rôle, fait la part belle au travail d’équipe : les joueurs incarnent un groupe d’amis dans le monde fictif du jeu, qui s’entraident, quoi qu’il arrive. Quand j’étais gamin, le jeu de rôle m’a appris comment travailler en équipe ; et en convention, jouer avec des gens que je ne connaissais pas m’a permis de découvrir le travail d’équipe dans un environnement assez proche de l’environnement professionnel.

La combinaison de ces capacités que le jeu de rôle nous enseigne et nous encourage à développer – à savoir la créativité, la capacité à trouver des solutions et à travailler en équipe – est redoutable : ces trois compétences sont utiles tout au long d’une vie et le jeu de rôle rend leur apprentissage amusant.

4. Le jeu de rôle est livré avec son réseau social

Quand vous devenez rôliste, vous vous faites de nouveaux amis. J’ai débuté dans le jeu de rôle à une époque de ma vie où j’éprouvais des difficultés à me lier avec les autres, et le réseau social que j’ai rejoint en m’y initiant a été extrêmement favorable à mon développement en tant qu’adolescent, et continue à l’être en tant qu’adulte.

Un tel atout peut être précieux pour n’importe quel enfant, même ceux qui se font facilement des amis. Même en tant qu’adulte, je me rends compte qu’avec le jeu de rôle en commun, se lier d’amitié avec d’autres rôlistes est bien plus facile – on peut dire la même chose de n’importe quel autre loisir.

5. Les rôlistes sont des gens intelligents

La grande majorité des rôlistes que j’ai rencontrés sont plus intelligents que la moyenne. Je ne prétends pas que c’est le jeu de rôle qui les rend intelligents, mais que, toutes choses égales par ailleurs, une plus grande intelligence rend une personne plus susceptible d’être attirée par le jeu de rôle.

Traîner avec des gens intelligents tout au long de ma vie m’a permis de développer mon esprit critique et de devenir plus tolérant, et de réfléchir davantage sur la vie en général.

6. Les rôlistes viennent de tous les horizons

Je me rends tous les ans à la GenCon, une convention de jeu de rôle à laquelle participent des milliers de rôlistes venus des quatre coins du monde (je suis aussi allé à d’autres conventions par le passé). Et un aspect de ce hobby que j’ai toujours adoré est qu’il me permet de rencontrer et de discuter avec toutes sortes de gens, sans craindre d’être jugé par eux, contrairement à ce qui peut se passer dans la vie quotidienne.

J’ai joué avec des sexagénaires, et avec des enfants de 10 ou 12 ans ; avec des handicapés et avec des personnes valides ; avec des gens très à l’aise en société, et d’autres beaucoup moins ; avec des gros et avec des maigres ; avec des avocats, des docteurs, des écrivains, des professeurs et des gens de toutes les professions imaginables. Et, en général, le courant s’établit sans souci, et on s’éclate à jouer ensemble, sans que nos différences n’entrent en compte.

7. Mener des parties de JdR vous enseigne un paquet de compétences

Mener une partie de jeu de rôle pour vos amis (le principal sujet du site Gnome Stew) vous apprend à planifier, à commander un groupe, à organiser des rencontres, à gérer des projets, à prendre des décisions, à analyser des situations, à raconter des histoires, à écrire, et tout un éventail d’autres compétences utiles.

Assumer le rôle de meneur de jeu (ou de donjon, pour D&D) est exigeant mentalement, stimulant intellectuellement et très amusant. Et, comme pour beaucoup d’autres aspects de ce loisir, une grande part de ce que vous apprenez pour ou par le jeu de rôle peut s’appliquer à la vie de tous les jours.

8. Le jeu de rôle est un excellent moyen d’apprendre à se comporter en société

Lorsque des rôlistes se retrouvent, ils respectent des contrats sociaux qui ne dépareraient pas dans un autre contexte : on écoute lorsqu’une autre personne prend la parole, on attend son tour pendant la partie, on aide les nouveaux joueurs à saisir les ficelles du jeu, et de manière générale on essaie de s’assurer que tout le monde s’amuse autour de la table.

Nombre de ces choses sont aussi apprises via les sports collectifs, elles sont juste abordées par un autre angle. Avoir touché aux deux – au sport collectif (principalement du football dans mon cas) et au jeu de rôle – a fait de moi quelqu’un de plus agréable.

9. Le jeu de rôle peut vous ouvrir des portes

Si je suis aujourd’hui rédacteur d’offres pour une des 100 premières entreprises des États-Unis, c’est en partie grâce au jeu de rôle. Le jeu de rôle est ce qui m’a poussé à devenir blogueur, puis écrivain freelance pour les éditeurs de jeux de rôle, deux facteurs qui ont grandement participé à me faire arriver à mon poste actuel.

Si je n’avais pas été rôliste, je ne me serais sans doute jamais lancé dans l’écriture en tant qu’indépendant ; et sans mes publications et mon expérience professionnelle d’écrivain, je n’aurais jamais eu ce job. Toutes ces compétences que vous enseigne le jeu de rôle, de la rédaction à l’aisance sociale en passant par la capacité à trouver des solutions, peuvent se révéler aussi un atout lors de la recherche d’emploi.

10. Le jeu de rôle crée des amitiés durables

Quasiment tous mes amis sont des rôlistes. Je suis toujours proche de gens que j’ai rencontrés grâce au jeu de rôle au lycée ou à l’université, et aujourd’hui encore je me fais de nouveaux amis grâce à ce dénominateur commun : le jeu de rôle.

Sans le jeu de rôle, je n’aurais jamais formé nombre de mes amitiés les plus solides et les plus gratifiantes. Si je devais choisir ce qui m’est le plus cher dans le jeu de rôle, ce serait ces amitiés : je ne les remplacerais pour rien au monde.

Conclusion

Le jeu de rôle a toujours eu une énorme influence positive sur ma vie, tant dans mon enfance que dans ma vie adulte. Cela peut sembler niais, mais j’en retire des bénéfices non seulement à chaque fois que je joue (le jeu de rôle est l’un des loisirs les plus amusants et les plus stimulants intellectuellement que je connaisse) mais aussi à chaque fois que je me lie d’amitié avec un rôliste, décroche un nouveau contrat en tant qu’écrivain, résous un problème compliqué, ou fais tout un tas d’autres choses.

Je n’essaie pas ici de vous dire quoi penser de Donjons & Dragons et des autres jeux de rôles, ou même du jeu de rôle en tant que loisir. Je veux simplement vous raconter l’impact que le jeu de rôle a eu sur ma vie, et sur celle de tant d’autres personnes que j’ai rencontrées et avec qui j’ai joué au fil des années. Merci d’avoir lu cet article, et j’espère que vous l’avez trouvé utile.

The Escapist

Je serais négligent si j’oubliais de mentionner The Escapist, le site web [en anglais] que Bill Walton entretient depuis des années, et qui s’attache à défendre le jeu de rôle. Bill est un mec sympa, intelligent et dévoué et qui n’a de cesse d’expliquer l’influence positive que le jeu de rôle peut avoir sur les enfants et les adultes.

Si vous n’êtes pas un rôliste, mais voulez en apprendre plus à ce sujet et sur ce que cela implique de jouer à un jeu de rôle comme Donjons & Dragons, The Escapist est fait pour vous.

Remerciements

Cet article est le fruit d’un échange par mail avec un lecteur de Gnome Stew, qui a été victime de préjugés de la part d’un de ses proches parce qu’il faisait du jeu de rôle. Cela se ressentait sur son groupe de JdR et les amitiés qu’il y avait liées, et il m’a demandé de l’aide. Et plus je réfléchissais à ce sujet, plus je réalisais combien j’avais à dire là-dessus. Cher lecteur, vous vous reconnaîtrez — merci de l’inspiration, et j’espère que cet article vous sera utile.

Commentaire de Xtiangames

Je pense qu’un autre des apports bénéfiques du jeu de rôle, au moins pour les plus jeunes, est qu’il fait lire davantage que d’autres. Quand j’étais à l’école, j’adorais lire pour d’autres raisons, mais je n’ai eu aucun problème à m’asseoir pour lire un bestiaire ou un scénario. C’était aussi le cas pour certains de mes amis, même si leur envie de lire ne s’étendait pas au-delà du jeu de rôle.

C’est en partie couvert par ce qui est dit dans “Le jeu de rôle vous enseigne un paquet de compétences” et “Les rôlistes sont des gens intelligents”, mais si on porte aux nues Harry Potter parce qu’il améliore la compréhension écrite, alors les fiches du golem de fer et du flagelleur mental sont certainement l’étape suivante.

Pour aller plus loin avec PTGPTB

La Gloire du Jeu de Rôle (ptgptb) : 5 raisons d’aimer le JdR

Article original : 10 Reasons why Roleplaying Games are a positive force for kids and adults alike

Cet article est tiré du blog de Gnome Stew, le Blog des MJ, et est reproduit et traduit avec la permission. Vous pouvez trouver les livres de Gnome Stew sur le site de Engine Publishing.

(1) NdT : Voir La Bataille autour de jeu de rôle (ptgptb) pour plus détails. [Retour]

(2) NdT : Même si aujourd’hui les jeux vidéo ont remplacé le jeu de rôle lorsque la rumeur cherche une cause à la violence chez les jeunes. [Retour]

Note: 
Average: 9.5 (2 votes)
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin… Hydre couchée

Cet article fait partie de l'ebook PTGPTB n°15 intitulé Le JdR, c'est le maaal !, que vous pouvez consulter pour de plus amples développements.

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.