Bel univers de jeu… Et que diriez- vous de quelques putains de scénarios ?

Critical Miss, le magazine pour les rôlistes dysfonctionnels, présente

La politique de supplément des éditeurs

Cette diatribe était censée porter sur le manque de scénarios pour certains systèmes et univers de jeu. Mais quand j’y ai regardé de plus près, ça s’est avéré un peu plus compliqué. Alors avant de diatriber correctement, je vais vous proposer un petit quiz. Faites-moi plaisir.

Je vais vous donner le titre d’un supplément pour Aberrant, de White Wolf.

Aberrant: Year One [Aberrant : An Un]

Maintenant que pensez- vous trouver dans ce livre ?

Penseriez-vous que c’est un supplément qui décrit les événements se déroulant lors de la première année de la chronologie du jeu ?

Vous auriez tort. Voici la description de la quatrième de couverture :

Ce supplément décrit le monde d’Aberrant tel qu’il est en 2008. Une série de villes à travers le monde, ainsi que de dangereux objets technologiques, donneront aux personnages tous les points chauds et les allumettes avec lesquels ils pourront jouer.

© 2000 White Wolf Publishing Inc.

C’est en fait un supplément décrivant le monde d’Aberrant en 2008. Y sont décrites des villes comme Moscou, Addis Abeba, Mumbai, Los Angeles et Tokyo, ainsi que quelques objets.

Une autre question ?

Aberrant Worldwide (Phase I: A Worldwide Sourcebook for Aberrant) [Aberrant à travers le monde (Phase I : un supplément mondial pour Aberrant)]

Il semble que ce titre aurait pu être adapté au livre ci-dessus (c’est-à-dire une description du monde d’Aberrant), mais visiblement c’est impossible.

Voici sa description :

Le monde n’est pas statique. Il tourne. Il change. Avec l’intrusion de l’influence des Novas dans les plus hautes sphères du pouvoir, le monde a connu une Révolution quantique. Le projet Utopia nous a amené dans un nouvel âge d’or de glamour, d’héroïsme et de progrès. Mais il y a un problème.

Quelques-uns des nouveaux héros de ce monde sont ses démons. D’autres sont ses politiciens. Les plus vigilants sont nerveux… comme ils devraient l’être. Aberrant Worldwide sonne le début de la fin de l’âge d’or des novas et [porte le] murmure de sombres prédictions pour les temps à venir.

© 2000 White Wolf Publishing Inc

Vous devriez maintenant être plongé dans la plus totale confusion, alors je vais vous mettre dans la confidence. Il contient une mini-campagne de quatre scénarios reliés. Évident, non ?

Alors maintenant j’ai un thème un peu plus vaste pour ma diatribe : “Pourquoi y a-t-il autant d’univers et de systèmes qui aient si peu de scénarios publiés, et pourquoi, même quand des scénarios sont publiés, faut-il les déguiser comme des suppléments ?”

L’explication officielle de l’industrie du jeu

Je peux commencer par vous donner l’explication généralement acceptée par les professionnels eux-mêmes. Je l’ai entendue à la convention KillerCon ’99, alors que j’assistai à une conférence de James Wallis, patron de Hogshead Publishing, qui édite entre autres Warhammer sous licence Games Workshop.

Je dois souligner qu’à ce moment, James se contentait de répondre à une question de l’assistance et expliquait pourquoi beaucoup de boîtes ne publiaient aucun scénario. Mon but n’est pas de le critiquer personnellement. En fait, Warhammer, le Jeu de Rôle Fantastique (WJDRF) a une bonne quantité de scénarios (un de mes groupes a passé récemment quinze bons mois à jouer avec ferveur une campagne de WJDRF en n’utilisant que des scénarios publiés, et nous en avons encore un bon nombre à jouer).

L’explication se résumait à ceci :

Un groupe de jeu type comprend un meneur de jeu et plusieurs joueurs. Si vous publiez un supplément, disons un “Guide des personnages elfes”, tous les joueurs qui jouent un elfe vont l’acheter. Si les joueurs ont plusieurs personnages, il peut même arriver qu’ils en achètent tous une copie.

Mais si vous publiez un scénario, vous n’en vendrez qu’une copie à ce groupe de jeu, au meneur (à moins qu’un des joueurs soit un foutu tricheur). Par conséquent, un scénario se vendra moins et vous rapportera moins qu’un supplément standard.

Cela semble une explication assez rationnelle, et je pense qu’elle décrit pourquoi de nombreux jeux n’ont pas grand-chose en termes de scénarios. Cela explique aussi pourquoi certains scénarios sont commercialisés plus comme des suppléments.

Et, dans une certaine mesure, c’est vrai. Mon autre groupe s’est pleinement impliqué dans Aberrant (qui est un jeu plutôt bon) et à la fin nous avions tous une copie du livre de règles, du guide du joueur et de plusieurs autres suppléments. Mais est-ce sur le long terme une bonne approche pour une maison d’édition ?

Eh bien personnellement je pense que non.

AVERTISSEMENT : Je ne suis pas un professionnel du jeu. Je n’ai jamais publié un jeu de rôle, ni travaillé pour une entreprise de jeu de rôle. En fait, je suis ici probablement complètement à côté de mes pompes.

Je conçois le fait que les entreprises fassent plus d’argent sur un supplément que sur un scénario. Mais je crois qu’elles devraient considérer les scénarios comme des produits d’appel vendus à perte pour le bien de leur gamme de JdR. Prenez mon cas :

Ces cinq derniers mois j’ai maîtrisé une campagne de Donjons &Dragons 3e édition. Est-ce que je considère que D&D est le meilleur JdR sur le marché actuellement ? Non. Je pense qu’il a fait pas mal de progrès par rapport à ses prédécesseurs, mais ce n’est pas selon moi, le meilleur système, loin s’en faut.

L’heroic-fantasy est-elle mon genre favori ? Non. En fait, ça fait partie des genres que j’apprécie le moins. Je préfère en général les super-héros et la science-fiction. Alors pourquoi ai-je choisi D&D3 ?

Parce que notre MJ régulier avait besoin de faire une pause, usé qu’il était après 15 mois de Warhammer, et je me suis porté volontaire pour prendre mon tour. Connaissant mes contraintes de temps, je savais que j’avais besoin de quelque chose que je pourrais maîtriser facilement – sans avoir vraiment à travailler entre les sessions. Si vous choisissez D&D, vous savez que vous aurez à disposition littéralement des douzaines de scénarios (en réalité, avec l’Open Licence, ça frise plutôt les centaines maintenant) dans un format et avec un style qui les rendent faciles à maîtriser.

Alors j’ai commencé ma campagne (Trois hobbits sur des chiens… Ça n’est pas vraiment sérieux).

Ce qui signifie que j’ai fini par acheter le Manuel des joueurs, le Guide du Maître, le Manuel des Monstres, le Manuel des Psioniques, le Guide de Création de Personnage, le Guide des Moines et Guerriers (et les magazines Dragon, Dungeon, et un paquet de scénarios).

C’est en partie parce que je suis un pigeon pour tout ce qui est de collectionner des trucs. Mais c’est aussi parce que je maîtrisais la campagne.

Je n’ai pas choisi D&D parce que je pensais que c’était le meilleur. Je l’ai choisi pour le soutien qu’il apporte au meneur, sans qui il ne se passerait rien.

Qu’en pensez vous, les gars ?

Commentaire de Jae

Hello. Sympa cet article.

Bien que j’aime les suppléments qui en jettent, le manque de scénarios dans certaines gammes de jeux de rôles me met aussi les boules (T’écoutes, White Wolf ?!?). Tout particulièrement parce que mon groupe de joueurs est du genre Conteur TM psychorigides qui se crispent dès que j’essaye de baratiner des trucs. Ils aiment les scénarios détaillés, vous savez de ceux qui prennent un sacré bout de temps à préparer. Alors j’ai beaucoup de sympathie pour les points que vous évoquez.

D’ailleurs, excellente conclusion sur les maisons d’édition qui devraient mieux soutenir les meneurs. “Je crois que les éditeurs devraient considérer les scénarios comme des produits d’appel vendus à perte pour le bien de leur gamme de JdR. […] Je l’ai choisi [D&D] pour le soutien qu’il apporte au meneur, soutien sans lequel il ne se passerait rien.”

Une des solutions que j’ai vues est de publier des PDF téléchargeables (1) qui ont peu de frais d’édition et aucun coût de production. Le site The Babylon 5 Red Sector a quelques scénarios [pour Babylon 5 RPG] que j’essaye de convertir à Trinity.

Article original : Brilliant Setting… How About Some Sodding Scenarios?

(1) NdlR : Les PDF pourraient être une très bonne solution au problème. [Retour]

Note: 
Aucun vote pour le moment
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin… panneau-4C

Vous désirez découvrir les autres articles de Jonny Nexus traduits sur PTGPTB(vf) ? Cliquez ici pour accéder directement aux annexes concernés.

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.