Je voudrais remercier mes parents...

Comme je l’ai dit dans le post d’hier, j’ai gagné une sorte de récompense à la Gaelcon 2006 [convention nationale d’Irlande (NdT)], ce qui m’a plutôt fait très plaisir.

Je ne suis pas certain de l’avoir mérité côté roleplay, et je voudrais aussi le partager avec mes camarades joueurs – mais je pense quand même que j’ai eu une assez bonne idée.

Le scénario s’appelait Star Wars : Ceci est l’Histoire d’Un Vaisseau, et était joué simultanément sur six tables de cinq joueurs chaque (ce qui implique que j’ai battu 29 autres personnes – vive moi !).

Voilà la partie que, je crois, les cinq autres tables ont joué :

Vous êtes le Capitaine (moi), le Premier Officier, l’Ingénieur en Chef, le Responsable Détecteurs/Boucliers et le Commandant de l’escadron de combat de chasseurs X-Wings… d’un vaisseau de la marine de l’ancienne République, ayant pour mission d’escorter un convoi à travers un secteur dangereux. Soudain, de nombreux cargos surgissent dans l’espace autour de vous, poursuivis par une flotte pirate. Après avoir repoussé avec succès la flotte pirate, vous trouvez l’emplacement de leur base, les y suivez, et les anéantissez.

Et voilà ce qu’on a joué :

Vous êtes le Capitaine (moi), le Premier Officier, l’Ingénieur en Chef, le Responsable Détecteurs/Boucliers et le Commandant de l’escadron de combat de chasseurs X-Wings… d’un vaisseau de la marine de l’ancienne République, ayant pour mission d’escorter un convoi à travers un secteur dangereux. Soudain, de nombreux cargos surgissent dans l’espace autour de vous, poursuivis par une flotte pirate. Après avoir repoussé avec succès la flotte pirate, action marquée par l’insubordination répétée du Commandant de l’escadron de combat, vous le traduisez en cour martiale, où le Capitaine est juge, le Premier Officier est conseiller pour la défense, et l’Ingénieur en Chef et le Responsable des Détecteurs/Boucliers agissent pour l’accusation.

Même si, je ne le cache pas, c’était un peu une idée inspirée. On avait parmi nous ce qu’on pourrait appeler, et c’est un euphémisme, un “joueur à problèmes”. Aucun d’entre nous n’aimait la manière dont les choses se déroulaient (pas même le joueur concerné), et cela aurait complètement détruit le réalisme de la partie si on avait ignoré ce qui s’était passé pendant la bataille. Tel que c’était parti, je crois que tout le monde (avec comme possible exception l’accusé à certains moments – mais je doute qu’il aurait pu apprécier quoi que ce soit) s’est vraiment impliqué.

Après avoir discrètement proposé mon idée au MJ, Eamon (“C’est une idée en or !” fut sa réponse), nous nous sommes retirés dans un vestibule où nous avons pu discuter assis, dans un environnement ressemblant plus à un tribunal. Puis, nous avons donné à l’accusation quelques minutes pour préparer son dossier (ils ont passé à peu près 20 à 30 minutes dans un corridor adjacent, à la fin desquelles ils ont présenté une page A4 entièrement remplie de chefs d’accusation), puis quelques minutes à la défense pour étudier les accusations.

Nous sommes ensuite passés au procès, avec des témoins (joués par le MJ), des preuves (où le MJ décrivait le contenu des enregistrements des conversations, dont certains étaient corrompus – belle idée de sa part), des contre-interrogatoires, et des plaidoiries. Tout le monde a vraiment joué son rôle correctement, ce qui était important, compte tenu du fait que nous n’étions pas censés engueuler le joueur en méta-jeu : c’était pour jouer les problèmes en roleplay d’une manière qui, je l’espère, a donné de subtils conseils au joueur pour corriger certaines de ses erreurs (1).

Je rendis mon verdict :

  • Désobéissance aux ordres : coupable (à deux reprises, même si on aurait pu en trouver d’autres)
  • Poursuite imprudente d’une attaque, menant à la mort deux des membres de son escadron : non coupable (le motif étant que j’étais à ce moment si énervé par son impertinence que je lui avais crié “Mais force les lignes nom de Dieu !”)
  • Mutinerie : non coupable (le motif étant que l’accusation n’avait pas réussi à prouver que le refus d’obéir aux ordres était continu)

Alors plutôt que d’être exécuté pour mutinerie, il a fini par être simplement relevé de ses fonctions, avec perte de tous ses privilèges. Ce fut plutôt un bon résultat pour le Premier Officier (Jonathan), son défenseur – qui s’est montré remarquablement professionnel, dans la mesure où c’est avec son personnage que le Commandant d’escadron avait été le plus insultant.

Commentaires de taavi

Formidable. Attention, anecdote !

Cela me rappelle une partie de convention vaguement basée sur un univers white-wolfien. Quatre joueurs, un ami et moi et deux rôlistes de rencontre – qui se sont révélés être des idiots complets – jouions des flics enquêtant sur une série de meurtres occultes. Mon ami et moi avons mené l’aventure à une conclusion inattendue lorsque nous avons décidé qu’en fait nous étions des agents doubles, avons livré nos “équipiers” au culte, et présidé à leur sacrifice rituel.

Article original : I’d Like To Thank My Parents

(1) NdT : Un tel objectif (donner une bonne leçon) mène généralement à une très mauvaise ambiance et démontre surtout la condescendance de joueurs plus anciens. Cf. Pleure comme Boabdil (bastion).[Retour]

Note: 
Moyenne : 3.5 (2 votes)
Tags: 
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin… panneau-4C

Vous désirez découvrir les autres articles de Jonny Nexus traduits sur PTGPTB(vf) ? Cliquez ici pour accéder directement aux annexes concernés.

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.