Mon personnage de “Spirit of the Century” prend forme

Avec mon groupe du lundi soir, nous commençons tout juste à jouer à Spirit of the Century (1), un jeu de rôles pulp débridé motorisé par le système Fate (2). Nous avons pris le parti de passer du temps sur la création des personnages (à ce jour, trois séances et ce n’est pas fini). Mais, comme nous y prenons vraiment plaisir, que le système paraît bien fichu, et que je suis vraiment impressionné par les personnages que nous construisons, j’ai pensé écrire un état des lieux, en parlant à la fois des personnages et de ce que j’ai appris du système, jusqu’ici.

D’abord les bases. C’est un JdR pulp dont l’action se situe en 1925. Vous créez des personnages en cinq phases qui, mises bout à bout, couvrent la période de votre vie qui va de la naissance (pour des raisons liées à l’univers de jeu, tous les personnages de SotC sont nés le 1er janvier 1901) jusqu’au début de la partie.

Voilà à quoi j’ai abouti lors de la première phase de création de “Lord Edward Silver”:

Première phase (Origine)

  • Événements : Lord Edward a grandi parmi les privilègiés en tant que fils cadet du Duc du Buckinghamshire. Suite au décès de son frère aîné durant la Grande Guerre, il est devenu l’héritier en titre, à la déception évidente de son père.
  • Premier Aspect : Vieille fortune
  • Deuxième Aspect : Lien avec une école de tradition ancienne

Il s’agit donc d’un aristocrate anglais, qui, dans son enfance a acquis les Aspects “Vieille fortune” et “Lien avec une école de tradition ancienne” (c’est-à-dire que sa famille est riche, que cette richesse s’est construite sur plusieurs générations, et que son éducation dans une école prestigieuse et fermée lui garantit l’accès à un réseau social mutuellement bénéfique).

Je devrais peut-être expliquer comment les Aspects fonctionnent, car ils sont pratiquement au cœur du système Fate. Les Aspects peuvent être n’importe quoi : une personne que vous connaissez, ce que vous possédez, d’où vous venez, ce que vous êtes, ce que vous faites. Bien que les règles suggèrent des Aspects, il n’existe pas de liste définie. Il vous suffit de les créer.

Maintenant, je suis déjà tombé sur des systèmes dans lesquels il faut “inventer vos propres compétences/attributs/ou autres”, mais je m’en suis toujours méfié. Tout semblait trop confus. Après tout, qu’est-ce qui empêche quelqu’un de définir un attribut nommé “Brillant en tout” ?

Mais Fate traite les choses différemment parce que, via un coup de pur génie, les Aspects sont intimement liés à ce que l’on pourrait appeler dans d’autres jeux des points d’héroïsme (mais que l’on nomme ici points Fate (3)].

C’est probablement plus clair avec un exemple. Tout d’abord, imaginons que je joue à un jeu générique, dont le système utilise des points d’héroïsme, lesquels, une fois dépensés, permettent soit de relancer les dés, soit d’ajouter +2 au jet qui vient d’être fait.

MJ : “D’accord, le douanier ne semble pas gober ton explication sur le fait que tes 200 paquets de cigarettes soient pour ton usage personnel.

Moi : Je vais essayer de l’amadouer.

MJ : D’accord, fais un jet sur ta compétence Relations.

Moi : [Lance les dés] Trois ?

MJ : Il n’est toujours pas convaincu.

Moi : Je vais dépenser un point d’héroïsme pour obtenir un cinq. C’est suffisant ?

MJ : Oui. Il sourit, hausse les épaules, et te fait signe de passer.”

Maintenant, voyons comment cela se jouerait avec Fate. Vous pouvez aussi dépenser un point Fate pour relancer les dés, ou ajouter +2 au jet que vous venez de faire, mais uniquement si vous pouvez le justifier en utilisant l’un de vos Aspects

MJ : “D’accord, le douanier ne semble pas gober ton explication sur le fait que tes 200 paquets de cigarettes soient pour ton usage personnel.

Moi : Je vais essayer de l’amadouer.

MJ : D’accord, fais un jet sur ta compétence Relations.

Moi : [Lance les dés] Trois ?

MJ : Il n’est toujours pas convaincu.

Moi [poussant un jeton représentant un point Fate sur la table] : Il n’aurait pas fréquenté la même école que moi, par hasard ? Tu sais, le lien dans une école de tradition ancienne, et tout ça ?

MJ : Eh bien, maintenant que tu en parles, il t’observe les yeux plissés: “N’étiez-vous pas à la résidence universitaire de Rochester, quelques classes au-dessus de moi ?” te demande-t-il.

Moi : Je vais papoter un peu avec lui, et monter le résultat du jet à cinq. C’est suffisant ?

MJ : Oui. Il sourit, hausse les épaules, et te fait signe de passer.”

Donc, les Aspects, loin de rendre le jeu confus, prennent des choses nébuleuses (les points d’héroïsme), leur donnent de la substance, et leur ajoutent des possibilités de roleplay (4).

Un autre élément-clé des Aspects est que, en plus d’être utilisés pour dépenser des points Fate, ils sont le moyen par lequel vous gagnez et récupérez ces mêmes points Fate. Les meilleurs Aspects offrent à la fois des avantages et des inconvénients, parce que quand ils sont utilisés contre vous, vous obtenez des points Fate en retour. Prenez “lâcheté” par exemple.

Si vous avez besoin de fuir quelque chose, vous pouvez utiliser “lâcheté” en dépensant un point Fate et obtenir un +2 ou un nouveau lancer de dés. Mais si vous devez ou avez besoin de faire preuve de bravoure pour faire quelque chose, le MJ pourra vous rappeler que votre Aspect vous contraint à fuir. Dans ce cas, vous pourrez dépenser un point Fate pour éviter cette contrainte (c’est-à-dire que votre personnage a vaincu sa lâcheté) ou encore l’accepter (et fuir en courant) en gagnant un point Fate comme récompense.

Je suis ensuite passé à la phase suivante, qui couvre le début de l’âge adulte, en particulier la Grande Guerre (Première Guerre mondiale) et la période qui suit, et qui couvre également votre entrée dans une organisation appelée le Club Century, qui est un élément clé de l’univers.

Phase deux (La Grande Guerre et l'entrée au club)

  • Votre Parrain dans le Club Century : Sir Humphrey Peterford (arrière-arrière-grand-oncle : l’oncle du père du père de votre mère).

Lord Edward est devenu un fringant pilote et coureur automobile, rendu célèbre grâce à une série de vols, de courses épiques et d’événements mondains encore plus épiques, jusqu’à ce qu’il pousse un peu trop sa chance et soit précipité au sol par une tempête surnaturelle. Le trouvant alité et mourant dans un hôpital perdu, son savant fou d’arrière-arrière-grand-oncle comprit que seule une transplantation complète du corps, une technique qu’il avait développée au cours des cinquante dernières années, pourrait sauver son jeune protégé.

Aucun donneur n’était disponible, mais il y avait un zoo à proximité. Cette nuit-là, un gorille mâle adulte fut volé. Lord Edward survécut, mais il n’était plus le même Lord Edward. Là où autrefois avait évolué un être humain courtois, charmant et débonnaire, évoluait maintenant un courtois, charmant et débonnaire… gorille.

Sir Humphrey l’intronisa au sein du Club Century. Ils avaient besoin de lui, mais il avait peut-être besoin d’eux plus encore. Après tout, il s’agissait désormais du seul club qu’il pourrait fréquenter quand lui prenait l’envie d’un bon cigare, d’un single malt, et d’une conversation intelligente.

  • Premier Aspect : Jeune homme brillant
  • Deuxième Aspect : Corps de gorille

Oui. Je suis maintenant un gorille, qui aime faire la fête.

“Jeune homme brillant” peut être bénéfique : je suis amusant, divertissant et charmant lors des fêtes et autres événements mondains de la haute société. Et cela peut être un inconvénient : je suis facilement distrait de mes objectifs si je découvre qu’il y a une fête en cours.

Et “Corps de gorille” est probablement assez parlant. Cet Aspect interviendra dans à peu près toutes les interactions que je pourrai avoir avec les humains; mais je pourrai aussi l’utiliser quand il s’agira de frapper des gens, intimider, casser des choses, faire des choses avec les pieds, ou tout simplement éviter d’attirer l’attention parce que personne “ne soupçonnerait jamais que ce puisse être le gorille” (Nous avons même imaginé que, dans de nombreux cas, si je reste simplement immobile contre un mur, les gens peuvent croire que je suis un animal empaillé que quelque chasseur a posé là comme trophée).

Au fait, Edward peut parler. Les gens ne sont simplement parfois pas prêts à écouter un gorille, quelle que soit la distinction de son accent.

Je suis ensuite passé à la troisième phase, qui est celle où on imagine une histoire au cours de laquelle le personnage pulp a déjà été sous les feux de la rampe (5).

Phase trois (Votre roman pulp)

  • Titre du roman : Edward Silverback et le Baron noir des cieux
  • Protagonistes invités dans l’histoire : (à définir) et (à définir)
  • Événements : Edward s’invite au bal masqué du réveillon du Nouvel An qui se tient à bord du dirigeable du milliardaire californien Roger Henderson (en passant pour quelqu’un qui a un costume de gorille formidablement bien fait). Parmi les invités, se trouvent l’ambassadeur britannique aux États-Unis et sa magnifique fille, Georgina.
    Juste avant minuit, alors qu’Edward est très occupé à charmer Georgina, le dirigeable est capturé par un Zeppelin peint en noir, commandé par Lothar Von Richthofen (le frère cadet du Baron Rouge) qui a feint sa mort en 1922, et parcourt maintenant les cieux en cherchant à venger la défaite de l’Allemagne.
    Les troupes du Baron kidnappent tous les invités, sauf Edward et Georgina qui s’échappent. Edward – aidé par Georgina – finit par capturer les hommes de main l’un après l’autre, puis sauve les invités. Le Baron Noir prend la fuite dans un biplan que son Zeppelin transportait, mais revient avec l’intention d’abattre les deux dirigeables (et donc éliminer tous les témoins). Edward saute alors dans un second biplan, se lance, et engage le combat avec le Baron Noir. L’avion d’Edward est endommagé, mais il force le Baron Noir à fuir.
  • Premier Aspect : Ennemi juré du Baron Noir
  • Deuxième Aspect : Georgina

Le Baron Noir doit toujours réussir à s’en sortir. L’avoir comme Aspect donne à Général Tangent (le MJ) une belle accroche pour de futures histoires, et bien entendu s’il attrape cette accroche (ce qu’il a déjà l’intention de faire), je serai récompensé par des points Fate. Nous avons bien réfléchi la nuit dernière and nous avons imaginé que le Baron Noir aurait pu recruter un bon nombre de concepteurs et fabricants de dirigeables démobilisés (on a interdit à l’Allemagne de construire des zeppelins juste après la Première Guerre mondiale) et établir une base secrète dans les montagnes du Groenland, d’où il peut menacer à la fois les États-Unis et l’Europe de l’Ouest.

Un grand nombre d’avions se sont écrasés par là-bas à l’époque. Peut-être n’était-ce pas que des accidents…

Avoir “Georgina” comme Aspect m’offre une amie et alliée qui peut m’aider à me débrouiller dans un monde d’humains. Elle peut expliquer ma présence en se présentant comme mon “propriétaire”, et moi comme son “animal de compagnie”. Et bien entendu, c’est une personne que le MJ peut utiliser comme une accroche, en la plaçant dans une situation dangereuse.

Que reste-t-il à faire ?

Bon, en premier lieu, les gars doivent écrire leur “premier roman pulp” [mettant en scène le passé de leurs persos (NdT)]. Jusqu’à présent, ils en sont à : un moine chinois qui parcourt le monde à la recherche de fragments d’un puissant astéroïde maudit qui est tombé sur Terre il y a plusieurs centaines d’années (John) ; et un détective privé qui, non seulement voit des gens morts, mais travaille fréquemment pour eux (TAFKAC).

Après cela, nous nous occuperons des phases quatre et cinq, qui consistent à prendre part aux “romans” de deux autres personnages (dans notre cas, comme nous ne sommes que trois, nous ferons tous une apparition dans toutes les histoires) et à s’y décrire comme une guest-star (6).

Pour mon roman, nous avons pensé que le moine chinois de John, sur la piste d’un jeu d’échecs fabriqué à partir d’un fragment de l’astéroïde, aurait pu se trouver, lui aussi, à bord du dirigeable de Roger Henderson, en obtenant un boulot en cuisine. Bien sûr, il m’aurait aidé à vaincre les hommes du Baron Noir.

Je pense qu’écrire les “romans” de cette façon est vraiment une chouette idée (Vous n’avez pas à le faire avec autant de détails que moi, elles peuvent tout aussi bien se résumer à une ligne). Cela donne aux personnages des tonnes de background, au MJ des opportunités de développements, et permet de s’assurer que les personnages débuteront la partie en étant déjà amis et alliés.

Enfin, la touche finale consistera à doter nos personnages de compétences. Sans surprise, je prendrai “Pilotage” comme compétence principale, suivie par “Conduite”. Ce sera globalement ma place dans le groupe, ce qui pourrait donner lieu à des situations intéressantes si jamais nous sommes arrêtés par la police qui demandera aux deux humains pourquoi c’est le gorille qui conduit leur voiture (Il est probable que ça soit un gorille avec des gants de conduite en cuir de qualité, une superbe paire de lunettes, un costume sur mesure de Savile Row [de Londres], mais je doute que cela détende beaucoup Pinot simple flic).

Je suis impatient.

P.S. : REMERCIEMENTS

J’ai oublié de dire que l’idée géniale de se rendre à une fête costumée déguisé en gorille est de John, et que TAFKAC m’a suggéré que je devais faire quelque chose avec des dirigeables.

De plus, je pense que l’inspiration pour le gorille parlant vient de la BD de Tony Lee, The Gloom.

Article original : My Spirit Of The Century character takes shape

(1) NdT : Spirit of the Century est le jeu pulp par excellence, reprenant tous les clichés du genre. Une version française va voir le jour chez Narrativiste Éditions. [Retour]

(2) NdT : Fate agite le monde ludique outre-atlantique, surtout depuis qu'il a supplanté les ventes de D&D en 2013. Plutôt que jeu générique, c’est une boîte à outils. [Retour]

(3) NdT : Les points Fate sont des outils narratifs qui offrent des avantages mécaniques. Narrativiste Éditions les a traduits par “Destin”, mais il y a débat. [Retour]

(4) NdT : On peut aussi utiliser les Aspect pour établir un fait, qui devient vérité dans le cadre de la partie. C’est l’Aspect narratif/ responsabilité partagée de l’outil. [Retour]

(5) NdT : Retrouvez des détails et des exemples de cette création d’historique dans Une rapide ovation pour Spirit of the Century (ptgptb). [Retour]

(6) NdT : Dans le système Fate, les phases de création de personnages sont collaboratives ; tout le monde intervient, y compris le MJ. [Retour]

Note: 
Moyenne : 8.5 (4 votes)
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin… panneau-4C

Vous désirez découvrir les autres articles de Jonny Nexus traduits sur PTGPTB(vf) ? Cliquez ici pour accéder directement aux annexes concernés.

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.