Cop Show de James Wallis… adapté à Star Trek

J’ai reçu un e-mail de John ce matin m’informant de ce qui s’était passé à la séance de la semaine dernière, que j’ai ratée car j’étais à la Convention Disquemonde. Ils parlaient du JdR non publié Cop Show de James Wallis (wiki en) (@jameswallis) ; jeu qu’il avait été assez sympa de me laisser essayer avec des potes il y a trois ans. Voici ce que j’ai écrit sur mon blog à l’époque sur le sujet :

L’un des aspects les plus cools de Cop Show est la méthode de création des personnages, dont le but est de concevoir la traditionnelle paire de flics mal accordés qu’on voit dans les films et les séries télé. Chaque joueur à son tour énonce ce que son personnage sait faire ou ce à quoi il est bon. Le PJ du joueur à gauche doit alors être mauvais dans la compétence en question. On arrive du coup à ce genre de discussion :

Joueur 1 : “Je suis un très bon conducteur.

Joueur 2 : Bon, je ne sais pas conduire, mais je tire très bien.

Joueur 3 : OK, donc je tire comme une merde mais je suis doué pour plaire aux gens.”

On fait trois tours de table à la fin desquels chaque personnage a trois caractéristiques positives, trois négatives. Bien sûr, avec la plupart des rôlistes ça se déroule d’habitude comme ça :

Joueur 1 : “Je suis un orateur incroyablement charismatique et je parle couramment des dizaines de langues.

Joueur 2 : Oh super, qu’est-ce que je suis censé être alors, muet ? Bon, peut-être que j’ai une vue vraiment extraordinaire !

Joueur 3 : Merci. J’ai toujours voulu jouer un aveugle. Oh, bon, j’ai peut-être une ouïe fantastique pour compenser.

Joueur 1 : Donc je suis sourd ?”

Je crois me souvenir que dans les règles, James a inventé quelques blagues géniales sur le fait que [le policier en fauteuil roulant de la série (NdT)] L’Homme de fer a clairement été foiré en ce qui concerne la création de personnage et que [le policier et son partenaire fantôme de la série]Randall and Hopkirk, Deceased (wiki en) sont l’exemple parfait de ce qui se passe quand un joueur choisit comme caractéristique : “Je suis vivant !”.

En tout cas, John et les potes se sont apparemment dit qu’on pouvait expliquer la composition de l’équipage de Star Trek : la série originale (wiki) si cette méthode de création de personnage avait été utilisée. J’ai trouvé ça tellement bon que j’ai demandé à John si je pouvais le poster sur mon blog, et il a très gentiment accepté.

Il semble qu’il ait avalé plusieurs carrés de chocolat au café quand il a conçu ce dialogue.

Le Capitaine (avec un sourire doucereux) : “Je suis le Capitaine. Je suis charmant, amical, et je m’entends bien avec tous ceux que je rencontre, en particulier les dames (gros clin d’œil).

Le Scientifique (ronchonne quand il comprend que l’autre joueur l’a entubé) : Donc, je ne suis pas charmant, pas amical et je ne m’entends pas bien avec les gens, particulièrement pas avec les femmes. Mais je suis un grand scientifique, sobre, précis, et je sais de quoi je parle.

L’Ingénieur : Donc je ne suis jamais sobre, mes estimations sont très loin du compte et je ne sais pas de quoi je parle. Mais ça va, je ne suis pas un scientifique, je suis un ingénieur. Je peux réparer et créer des trucs.

Le Docteur (déjà dans son rôle) : Merde quoi ! Je suis médecin, moi, pas maçon. Mais rappelez-vous que ce que je fais, ça sauve la vie de l’équipage.

Le Capitaine : Euh, est-ce que ça veut dire que je suis responsable de la mort de nombreux membres d’équipage ?”

Le MJ pleure.

Article original : James Wallis’s Cop Show… Doing Star Trek

Note: 
Moyenne : 6.5 (2 votes)
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.