Interpréter des PNJ assassins

 présente un extrait de Assassin's Amulet

© 2011 Campaign Mastery

Les assassins devraient être des PNJ excitants à chaque fois qu'ils font une apparition. Cet article, un extrait de la compilation d'aides de jeu Assassin's Amulet, décrit comment transformer vos assassins en personnages excitants à interpréter et en adversaires mortels.

Étape 1 : Choisissez un Archétype

Définir la personnalité d'un PNJ assassin sera plus facile si vous avez déjà un concept de personnage en tête. Cela vous donnera un cadre autour duquel broder. Pour masquer votre inspiration originale aux joueurs afin qu’ils ne le reconnaissent pas, ajoutez une ou deux différences ou particularités. Vous pouvez bien sûr construire un PNJ complexe en partant de rien, mais si vous êtes pressé, partez plutôt d'un personnage de roman ou de film et façonnez le.

Quelques archétypes à imiter rapidement : James Bond, Drizzt [L'elfe noir(wiki) le plus célèbre des Royaumes Oubliés, (NdT)], Dexter (de la série TV), Rorschach (des Watchmen [un anti-super-héros(wiki) menant sa croisade malgré la mise hors-la-loi des « masqués » (NdT)]), Batman...

Même certaines personnes de votre entourage peuvent être d'excellents candidats. Pensez à vos voisins, vos proches, vos collègues ou à d'autres gens que vous voyez souvent.

Étape 2 : Enrichissez sa Personnalité

Qu'est-ce qui rend votre personnage intéressant et différent ? Faites une liste de cinq traits et comportements notables. Comment agit-il, comment s'exprime-t-il ? Qu'est ce qui semble le motiver ? Que possède-t-il ? Qui sont ses amis et pourquoi ?

Il y a deux sortes de traits de personnalité : les classiques, et les extrêmes. Dans les extrêmes, on trouve tout ce qui est étrange, excentrique, ou les troubles inhabituels de la personnalité. Il vaut mieux ne pas donner à tous vos PNJ un trait extrême, sinon votre campagne va devenir bizarre ou comique. Vous avez aussi besoin de PNJ normaux (mais intéressants) pour faire ressortir les plus extrêmes.

S'il n'y a qu'un seul assassin dans votre campagne, n'hésitez pas à lui donner un trait extrême et quelques traits normaux. S'il y en a plusieurs, par exemple la « guilde des Mains de Cyrène » [référence de Assassin’s Amulet, ci-après nommée « la guilde » – Cyrène est la déesse de la mort (NdT)], donnez un trait extrême et des traits normaux à environ un quart d'entre eux, et ne donnez que des traits normaux aux autres.

Étape 3 : Définissez son modus operandi

Le style permet de distinguer davantage votre PNJ des autres assassins présents dans votre campagne. Quelques exemples :

  • Rambo (barbouze)
  • Maître du déguisement
  • Tireur redoutable ou escrimeur émérite
  • Sniper [tireur embusqué, pour nos amis québecois ;)) (NdT)]
  • Combattant au couteau et à mains nues
  • Maître empoisonneur
  • Explosions en pagaille

Étape 4 : Donnez-lui un style personnel

Donnez un style personnel à votre PNJ grâce au mélange unique entre archétype, traits de personnalité et style d'assassinat. Il existe plusieurs méthodes de création de PNJ, mais dans le cas des assassins, il est bon de leur donner un style sur-mesure, et de s'en servir systématiquement pour leur interprétation et leurs apparitions dans l’aventure.

Plutôt que de style, on peut parler de cachet. Quel genre d'impression laisse le personnage - la première comme la dernière ? Si vous parvenez à lui trouver un cachet prononcé, interpréter le PNJ sera facile, amusant, et vos joueurs se souviendront de lui.

  • Où habite-t-il et comment ? Préfère-t-il les auberges sordides, ou vit-il somptueusement sous une autre identité ?
  • Comment s'habille-t-il ? Change-t-il de vêtements quand il travaille ? Si c'est le cas, créez un élément commun qui reflète son style et qu'il porte toujours en plus de ses habits, comme une couleur, une écharpe, des lunettes ou un bout de cigare.
  • Comment marche-t-il ? Donnez-lui une démarche crâneuse ou chaloupée.
  • Quelle est son attitude envers les autres en général ? Est-il méchant, aimable, égotiste, indifférent ?
  • A-t-il une expression-type ou une manie ? Peut-être salue-t-il tout le monde, ou utilise-t-il des expressions comme "la mort dans l'âme", "question de vie ou de mort" ou "trompe-la-mort" dans les conversations, comme si elles avaient un sens particulier.

Étape 5 : Décrivez-le en une phrase

Rassemblez quelques adjectifs qui décrivent bien votre personnage et mentionnez éventuellement le personnage de fiction sur lequel il est basé. Synthétisez ce que vous avez produit lors des quatre premières étapes en un résumé court et saisissant.

Pendant la partie, relisez ce résumé pour rentrer dans le personnage juste avant de l'interpréter. Le résumé est suffisamment court pour être lu rapidement, d'où l'importance de se contenter de quelques mots.

De plus, le résumé devrait être assez descriptif et frappant pour que vous puissiez rentrer dans le personnage en un instant. Voilà pourquoi vous êtes passé par les quatre premières étapes. Il fallait en premier lieu entrer dans les détails pour avoir une idée de qui est précisément le PNJ, avant d'en distiller l'essence en un résumé saisissant(1).

Pendant la partie, faites en sorte que les facettes du PNJ reflètent le style défini par votre résumé : méthodes, équipement, apparence et manies. Souvent, il vous arrivera d'improviser de nouveaux traits à force d'interpréter le personnage. Le résumé-inspiration vous guidera de sorte que le PNJ se développe de manière cohérente.

  • “Vitesse et mouvements gracieux combinés à une indifférence feinte, il porte en fait des jugements hâtifs, se vexe facilement et est rancunier.”
  • “Impeccable, professionnel et poli, il se délecte des souffrances qu'il inflige aux autres.”
  • “Un dément ricanant, qui aime les femmes et a toujours un verre à la main ; il ne sort jamais de chez lui sans 10 couteaux camouflés sur son corps, toujours prêt à dégriser pour passer à l'action.”

Éléments supplémentaires à considérer

Entraînement

Comment l'assassin a-t-il développé ses compétences ? Est-il autodidacte ? A-t-il eu un mentor ? Était-il membre d'une guilde ou d'un cercle d'assassins dans sa jeunesse ? Peut-être avait-il déjà appris la discrétion et l'art du meurtre avant d'être recruté.

Chaque situation peut laisser une empreinte différente sur la personnalité d'un PNJ. Par exemple, une situation peut en faire un individualiste, alors qu'une autre peut lui donner le goût du travail en équipe.

Argent

Comment votre assassin dépense-t-il son argent ? Où vit-il ? Son travail lui rapporte-t-il beaucoup, ou a-t-il besoin d'une autre source de revenus ? Vit-il dans la misère ou dans le faste ? Il pourrait être intéressant, par exemple, qu'il soit vêtu de loques comme un clochard, mais arbore une dague magique de grande valeur à la ceinture.

Motivation

Pourquoi votre PNJ a-t-il fait du meurtre son métier ? Vous pouvez éventuellement commencer par définir sa motivation avant de passer à ses traits de personnalité. Par exemple :

  • Faire carrière : il est doué, il aime ça et veut exceller dans son métier.
  • Pour s’amuser : il aime la traque, la mise à mort, la sensation de pouvoir - ou un peu des trois.
  • C'est un psychopathe : ses motivations sont irrationnelles, ou proviennent d'un trouble mental ou d'un drame qu'il a subi plus tôt dans sa vie.
  • Tombé dedans : son premier boulot était fortuit, il apprécie le salaire et prévoit de faire ça juste encore un petit moment.
  • Pas eu le choix : il a une dette à payer, son employeur le fait chanter, ou peut-être est-il esclave [ou sa famille est détenue en otage, (NdT)].

    Ne sait rien faire d'autre : il est doué pour son métier et ne pense pas avoir d'autre compétences utiles ou à vendre ; il est donc « piégé » dans cette façon de gagner sa vie.

Identité

Une bonne partie du comportement de votre PNJ va être dictée par cette question-clé : garde-t-il secrète son identité d'assassin ? James Bond, par exemple, cache rarement son identité. Comme il ne se comporte toutefois pas comme un tueur, il peut mener une vie sociale sans craindre de représailles, à moins d'être reconnu par un ennemi.

Les tueurs à gages de la mafia ne cachent pas non plus leur identité. Au contraire, ils entretiennent la réputation et les traditions [du clan], afin de se ménager d'autres options que le meurtre pour faire des affaires.

Les assassins qui gardent secrète leur profession ont besoin de se créer au moins une autre identité pour pouvoir faire leurs courses, trouver l'âme sœur, aller au temple ou [même] avoir des amis. Le plus souvent, cette identité est plus qu'un simple déguisement mais leur permet de séparer le travail du reste.

Créez une contradiction

Ceci est valide pour n'importe quel PNJ fascinant, mais il y a déjà gravé dans le profil d’un assassin un aspect sujet à contradiction : il tue. Cherchez un trait de personnalité qui jure avec ce fait. Peut-être qu'il aime peindre, peut-être est-il médecin, peut-être qu’il a une jeune fille, et qu'il doit parfois l’amener « au boulot » avec lui.

Entourez-le de gens normaux

Ajoutez des gens normaux dans les scènes où vous devez jouer l'assassin. Ce dernier doit avoir l'air spécial, même si c'est juste dans votre tête. Si tous les personnages de la scène sont spéciaux ou extrêmes, votre interprétation de l’assassin va perdre de sa saveur. La présence de gens normaux crée un contraste qui permet aux joueurs de mieux remarquer les signaux que vous leur envoyer.

Enfin, une technique avancée consiste à planter l'assassin comme une personne banale au milieu des PJ ou d'autres PNJ à forte personnalité, de sorte qu'il ait l'air d'être le seul type normal. Ceci introduit un peu d'ironie, ce qui peut rendre votre scène très amusante à jouer.

Article d'origine : Roleplaying Assassins

(1) NdT : cela permet aussi de ne sélectionner que les meilleures idées. Plus de détails sur ce processus dans Créativité et Esprit JdR[Retour]

Note: 
Moyenne : 9 (2 votes)
Catégorie: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.