Le voleur de temps de mon groupe, démasqué !

Une critique de Chronology pour iPad

Chronology pour iPad m’aide à chronométrer les combats

J’étais curieux de savoir combien de temps durait un combat dans ma campagne Riddleport en et combien de temps mon groupe prenait pour réaliser ses actions à chaque tour. J’ai surfé sur Internet durant un certain temps, cherchant le bon logiciel de chronométrage, et je l’ai finalement trouvé, sur iPad.

Mais qui peut bien prendre autant de temps ?

Les combats dans mon groupe sont assez rapides, mais je voulais que ça aille encore plus vite. J’aimerais arriver à caler un combat de plus dans nos séances sans avoir à sacrifier d’autres types de rencontres ou devoir rallonger les sessions. Cela implique d’accélérer les combats.

Dans un premier temps, je voulais comprendre où allait le temps passé dans un combat. Je voulais identifier les coupables. Vous savez, ceux qui mettent du temps à se décider, les inattentifs, et les redoutés avocats ès règles. De combien de temps d’amusement ces sangsues nous privaient-elles ?

J’ai trouvé et téléchargé l’application Chronology pour iPad. Elle coûtait 5 $ lorsque je l’ai achetée. Elle avait toutes les fonctionnalités dont j’avais besoin :

  • Plusieurs minuteurs
  • Au moins 7 minuteurs (un par joueur et moi-même)
  • Chronomètre le temps passé (la plupart des autres font du compte à rebours)
  • Stop et start individuels (un bouton par joueur, à n’importe quel moment)
Tous les minuteurs sont configurés et prêts. Les minuteurs après le combat

En bonus, Chronology a d’autres fonctionnalités, il comporte aussi des comptes à rebours lorsque je fixe des limites de durée pour les tours ou pour des rencontres spéciales. “Vous avez 25 minutes pour interrompre le rituel. C’est parti !”

Vous pouvez aussi sauvegarder les configurations de minuteurs que vous avez réglés et les recharger à n’importe quel moment. C’est génial car j’ai juste à charger la configuration D&D et ses 7 compteurs au moment de jouer et les utiliser immédiatement, j’ai aussi une configuration pour mes affaires sur Internet, ainsi je peux voir exactement comment est réparti mon temps quotidien. Les configurations sauvegardées me permettent de basculer en 2 clics du décompte D&D à celui de mon activité.

La remise à zéro d’un ou de tous les minuteurs se fait en un seul clic.

Vous pouvez désactiver la mise en veille, ce que je trouve pratique durant la partie. Cela aurait été fastidieux de se reloguer de nouveau après la mise en veille, ou de la désactiver à chaque utilisation de l’application.

Pour les comptes à rebours, il y a des alertes et des alertes préalables. Vous pouvez même attribuer une sonnerie différente à chaque minuteur lorsqu’il atteint zéro.

Une autre fonctionnalité intéressante est la possibilité de lancer plusieurs minuteurs en simultané. Lors de la dernière partie, je n’ai eu qu’un seul minuteur qui tournait à la fois quand chaque joueur parlait à son tour. Néanmoins, je me suis souvent immiscé dans le tour du joueur, que ce soit pour prendre une décision ou pour faire des recherches. Lors de la prochaine partie, j’activerai mon minuteur en même temps que celui du joueur en cours lorsque j’interviendrai durant son tour.

Vous pouvez aussi utiliser les minuteurs en cascade, les mettre en boucle et les remettre à zéro automatiquement. Je ne prévois pas d’utiliser ces fonctionnalités pour le JdR mais si vous en avez besoin, elles existent.

Oh, et vous pouvez ajuster le décompte de chacun des minuteurs. J’ai plusieurs fois oublié de lancer un minuteur, ou, au contraire, en ai laissé courir alors que j’aurais dû l’arrêter. Il est facile d’éditer un minuteur et de modifier le temps écoulé.

Options du minuteur Options de l’application Chronology

Est-ce que c’était perturbant ?

Les joueurs se sont immédiatement aperçus que je les chronométrais. Personne ne s’en est plaint. Je leur ai indiqué que je me chronométrais aussi, cela semblait juste.

Mon organisation lorsque je maîtrise est la suivante :

  • iPad à ma gauche
  • Cahier de notes et stylos devant moi
  • PC Portable sur ma droite
  • Un second écran est installé sur une table à côté du PC Portable, pour les joueurs

C’est mon T.O.C. Circulez, il n’y a rien à voir.

Avec l’iPad à ma gauche, la gestion des minuteurs ne prit pas de temps (jeu de mots !). Plus tôt dans l’année, j’avais considéré plusieurs options comme utiliser des minuteurs sur mon ordinateur, un chronomètre ou un sablier. Ils avaient tous des inconvénients trop gênants à mon goût. J’aime maîtriser rapidement sans accessoires ou dispositifs qui se mettent en travers de mon chemin. Heureusement, Chronology ne nécessite que 2 pressions du doigt à chaque fois. Le joueur actuel s’arrête, un nouveau joueur commence. Et ça continue, encore et encore.

À quoi est-ce que je m’attendais ?

J’avais une théorie avant la partie, sur qui étaient les plus gros consommateurs de temps durant les combats. Il est toujours bon de confronter sa perception de la réalité aux faits. C’est ainsi que l’on devient objectif.

J’avais pointé du doigt deux joueurs pour différentes raisons et je m’attendais à ce que à eux deux, le temps qu’ils prennent durant leurs tours soit égal au temps de tous les autres joueurs combinés.

Pour cette expérience, j’ai uniquement compté le temps cumulé de chaque joueur pendant les combats. Comptabiliser le temps round par round est possible mais plus difficile et je voulais que cela reste simple pour mon premier minutage de combat.

De même, je n’ai pas compté le type d’actions. Par exemple, distinguer le temps passé à se décider de celui passé à calculer les résultats, ou de celui passé à vérifier des points de règles ou de celui passé en bavardage et inattention.

Lorsque c’était au tour du joueur, je disais à la table “C’est ton tour [nom du personnage]”. J’essayais de capter le regard du joueur en disant ça et, que j’y parvienne ou non, je démarrais le minuteur une fois l’annonce faite. Si le joueur était distrait, ce temps était ajouté à son compte.

Deux joueurs ont dû quitter la table pour des besoins naturels. J’ai décidé de mettre en pause leur minuteur dans ce cas. Je souhaitais rester humain, c’est quand même censé être un jeu après tout. Mes joueurs se comportent très bien à la table et se respectent tous ; mon but avec les minuteurs était juste de déterminer la durée du tour lorsque le joueur est à table, en train de jouer.

Les chiffres dénoncent le voleur de temps du groupe

Ce que je découvris fut inattendu. Je pouvais jeter ma théorie. Voici les résultats :

  • Nombre d’ennemis : 8 (un démon FP 10 qui a invoqué un ami, donc 2 FP 10, plus six essaims de chauves-souris)
  • Nombre de PJ : 7-5(niveau 7) + 2 acolytes (niveau 5)
  • Lieu : une grande grotte soutenue par des piliers derrière lesquels s’abriter et des plaques de spores de champignons vénéneux à certains endroits.
  • Durée totale du combat : 77 minutes, 17 secondes
  • Nombre de rounds : 6 jusqu’à ce que les ennemis soient morts
  • Crixus est son acolyte : 12 :59
  • Velare et son acolyte : 11 :42
  • Vigor : 9 :19
  • Fane : 6 :25
  • Hrolf : 3 :03
  • Les démons et les essaims : 34 :14

Waouh ! Le MJ est le joueur le plus lent. Je pensais que deux joueurs pouvaient être les coupables ; j’aurais dû regarder dans le miroir tout ce temps.

Je n’ai pas noté comment j’ai utilisé mon temps. J’ai juste noté le temps utilisé lors de mes tours de jeu ou lorsque j’intervenais dans le tour d’autres joueurs durant les combats.

J’ai géré toutes les initiatives mais mon système est tellement minimaliste qu’il ne prend que quelques secondes par tour – ce n’est donc pas la cause du ralentissement.

Les joueurs sont responsables des règles – je ne les consulte quasiment jamais. Donc, je ne peux accuser cette partie.

J’ai inclus dans mon décompte la mise en place des combats. Dessiner le plan, installer les figurines des monstres et lancer l’initiative. À ce que je m’en souviens, cela m’a pris cinq minutes. La prochaine fois, je lui attribuerai un minuteur pour m’en assurer.

Alors, quelle est mon excuse ?

À mesure que le temps passait lors des combats, je remarquai assez vite une tendance. Mes tours de jeu étaient les plus longs. J’ai alors commencé à prêter attention à ce qui prenait tant de temps pendant que je maîtrisais.

Il en est ressorti que c’était la combinaison entre un manque de préparation et une méconnaissance des règles du jeu. Bouuuhhh.

Les démons avaient de nombreux choix de sorts et pouvoirs surnaturels. Je ne m’étais pas renseigné à leur sujet avant la partie. Alors, je me suis surpris moi-même à taper d20pfsrd.com et rechercher les capacités avant de décider de chaque action des démons.

De plus, je n’étais pas familier avec les règles sur les essaims. De nombreuses règles spéciales se rapportent à ces bestioles, je les ai donc consultées plusieurs fois durant le combat.

Une autre raison, mineure celle-ci, était que je ne savais pas quelle figurine représentait quel PJ. Cela m’a fait hésiter plusieurs fois. J’envisageais une action pour le démon avant de réaliser que j’avais pris une figurine pour celle d’un autre PJ et que je devais tout reprendre.

Les chiffres révèlent de nombreuses pépites

Premièrement, les temps des joueurs sont très bons, le joueur le plus lent n’a utilisé que 13 minutes, soit 17 % du temps total de combat.

Avec 5 joueurs, plus le MJ, si tous étaient mis sous les projecteurs de la même manière, chacun devrait recevoir 17 % du temps total.

Ceci est mon objectif pour aller plus loin. Faire en sorte que chacun reçoive l’attention de façon équitable. De cette façon, si le tour de chacun n’est ni inutile ni soumis à une forte pression [d’allez vite], nous aurons des combats justes et amusants.

Ensuite, les joueurs avec des acolytes prennent plus de temps. Pour un joueur, il s’agissait de la deuxième partie assisté par un acolyte combattant. Pour l’autre joueur, c’était son premier combat avec un acolyte. Il est encore un peu tôt pour tirer des conclusions à ce sujet, d’autant plus que leur ratio de temps rentre dans les limites imparties.

Les acolytes pourraient causer des pertes de temps. Toutefois, les deux PJ sont eux-mêmes complexes. L’un est un magicien, donc de nombreuses options à envisager à chaque round. L’autre est un guerrier mini-maxé qui a généralement plusieurs attaques par round et a besoin de manœuvres pour les activer.

Finalement, peut-être que seuls les PJ ont besoin de temps et les acolytes n’ont pas besoin d’autant. Nous verrons.

Un autre point intéressant est le temps de Hrolf et Fane. Ceux-ci sont faibles, je m’inquiète donc du plaisir qu’ils ont pris en jouant. Le rapport de partie de Fane est sur notre wiki, donc, au moins, il s’occupe. Est-ce parce que ses tours sont courts ou aime-t-il simplement rédiger des rapports de partie ? Je me renseignerai.

Hrolf avait un tout nouveau personnage pour cette partie. Le joueur a mis son précédent PJ à la retraite car il souhaitait jouer un type de personnage différent. Peut-être que Hrolf découvrait juste l’étendue de ses options pour son premier combat et qu’il sera plus impliqué lors des prochains.

Il est aussi possible que le personnage soit simple et ait peu de capacités.

Une troisième possibilité est que le joueur maîtrise les règles, soit super efficace ou planifie son tour bien en avance, ce qui fait qu’il n’y a pas de temps mort lorsque le minuteur démarre à son tour.

Je ferai un suivi avec le joueur de Hrolf entre les parties pour recueillir ses pensées et réactions. Si le joueur est vraiment doué, nous déterminerons pourquoi et partagerons les astuces (et attentes) avec le reste du groupe. Si le PJ est simplement rapide à jouer, j’ai quelques idées pour rendre ses combats plus intéressants.

Finalement, le combat en entier a duré environ une heure et vingt minutes. C’était un combat à 7 combattants du côté des joueurs et 8 du côté du MJ. Un combat avec 15 protagonistes et des camps de puissances à peu près égales en 1h20 est un bon temps, pour moi.

Si ce paresseux de MJ avait un peu préparé ses outils, le combat aurait pu être plus rapide !

Bonnes nouvelles

Globalement, c’est la meilleure nouvelle que j’aie pu tirer de cette expérience. Je ne peux pas contrôler les joueurs. Je peux uniquement me contrôler. Si les possibilités pour accélérer les combats ne dépendent que de moi, alors j’ai toutes sortes d’options et d’idées, et je peux toutes les essayer car c’est à moi de le faire, sous mon contrôle.

S’il s’était avéré que la faute incombait aux joueurs que j’avais initialement pointés du doigt, j’aurais eu besoin d’avoir quelques discussions avec eux, de faire certaines analyses ou travailler en continu pour réduire la durée de leur tour. Au lieu de cela, j’ai juste besoin de travailler pour devenir un meilleur MJ. J’ai aussi l’opportunité d’essayer d’impliquer plus certains PJ dans les combats afin de leur restituer du temps, tout en gardant la même durée de combat, ou en la diminuant.

Pour mon groupe, avec au moins ces données, notre défi n’est pas de raccourcir globalement les combats, mais de réduire les tours du MJ et d’allonger les tours des PJ.

Je vous raconterai comment ça se passe.

Sélection de commentaires

Mike Monaco

Les joueurs ou les MJ peuvent ralentir le rythme dans n’importe quelle édition, mais en 25 séances avec les boîtes Basic et Expert de D&D (de 1981), j’ai eu des groupes de 4-8 PJ qui combattaient des groupes de monstres de taille similaire, et la plus longue rencontre jamais jouée fut d’environ 15 minutes. Donc oui, les premières éditions se jouaient bien plus vite, vu qu’il y a moins de suivi des “états de santé” et de modificateurs. Ça aide que mes joueurs lancent souvent simultanément les dés pour toucher et les dés de dommage.

- Johnn

Nous jouons à Pathfinder. Pour les combats où les deux côtés sont de force égale, mon groupe a déclaré qu’une heure était une durée confortable. Nous apprécions toutes les options et la complexité, donc en fait nous ne recherchons pas un système de règles différent avec des règles de combats différentes.

Je pense qu’on peut réduire grandement les choses, avec quelques ajustements.

James Seals

Je dois dire que j’ai lu cet article avec intérêt, car j’ai des problèmes semblables avec les combats – et j’ai éclaté de rire en lisant les résultats ! J’ai alors fait une vérification mentale, et me suis aperçu que les deux joueurs dont j’aurais dit qu’ils étaient les plus lents (parce qu’ils ne sont pas à l’aise avec les règles, et qu’après deux ans ils n’ont toujours pas compris le concept des “bonus du même type ne se cumulent pas”), sont en fait assez rapides, mais votre serviteur a l’habitude de ralentir en fait les choses, pour la même raison que tu signales.

Le MJ doit faire une chose que les joueurs n’ont pas à faire : se concentrer pendant le tour de chacun. Tu es occupé à arbitrer et à faire attention, donc tu ne peux commencer à préparer ton tour avant que tout le monde ait fini. Donc, tu devrais t’autoriser quelques lenteurs, mais ça valait la peine de faire l’expérience pour trouver le coupable, vu que tu n’avais visiblement pas idée de qui c’était (et moi non plus).

Da’Vane

Expérience intéressante, mais je sais que je suis la personne la plus lente à la table de jeu, à cause de ma dyslexie. Le pire, c’est que “grâce à” ma dyslexie, ça prend vraiment du temps de faire les calculs et traiter toutes ces données – même additionner les dés peut prendre du temps. C’est pourquoi j’ai adopté le comportement de maîtriser “comme un expert, pas en suivant l’autorité” – ça veut dire que c’est moi qui crée les règles, pas le manuel. Ça a été une bénédiction car on dirait que les systèmes de règles sont devenus de plus en plus compliqués, avec des rendements décroissants.

Prenons ton exemple de combat contre les démons, Johnn. Tu aurais pu gagner du temps si tu n’avais pas été occupé à consulter les règles ; et la solution, c’est simplement de ne pas consulter les règles. Utilise les règles d’essaim qui marchent selon toi, et ne casse pas le rythme d’avancement de la partie ; utilise les pouvoirs dont tu te souviens – quelque chose que tu as oublié n’est probablement pas si important et tu pourrais facilement préparer plus la gestion des démons la prochaine fois, en récupérant les règles que tu as manquées.

Pour les monstres avec plein d’options, tu n’as pas besoin d’apprendre à les utiliser toutes – sélectionnes-en quelques-unes, et sers-t’en pour caractériser le combat, jusqu’à la prochaine fois que tu les utiliseras. N’aie jamais peur non plus de recycler tes anciennes rencontres, afin d’améliorer tes connaissances…

Johnn

(… ) Mon groupe avait des combats horriblement longs. Ils prenaient des heures. Avec les années, j’ai fait plein de choses pour les raccourcir. Maintenant, ça va de quelques minutes à deux heures, selon la complexité de la situation.

Cet écart de durée me va, mais je suis toujours à la recherche de combats plus courts afin de remplir une séance de plus de rencontres de tous types [y compris des “rencontres hors combat” (NdT)].

Bonne remarque sur les rendements décroissants. Nous aimons le combat de D&D, qu’il prenne son temps nous agrée, et on y insère beaucoup de roleplay, de descriptions et de tactiques.

Cependant, je sais que je peux aller plus vite sans sacrifier la qualité de jeu. Jusqu’à ce que j’atteigne cet objectif désiré, je continuerai à ajouter des astuces et des techniques à ma collection, pour rendre le combat aussi coulant que possible.

Optimiser les choses fait partie de ma personnalité. Heureusement, mon groupe aime aussi savourer le moment, donc on finit par être optimisés et par avoir des combats formidables.

Noumenon

C’est vraiment une appli de minutage sympa, et l’écran tactile semble être bien plus pratique qu’une appli web – si déjà tu en trouvais une. Bel usage de l’iPad.

Je ne voudrais pas incarner un perso qui jouerait six tours en 3 min 3 sec. Même si je ne voulais pas d’un bouquet d’options stratégiques intéressantes, je voudrais un perso assez intéressant pour pouvoir ajouter des descriptions – ou des motivations – à ses actions, et rendre la partie plus cinématique pour tous les autres participants (1).

Je suis vraiment sensible au ralentissement qui vient d’un MJ qui consulte toutes les règles, évalue les stratégies et calcule les bonus. Je suis bien trop impatient avec moi-même pour faire attendre mes joueurs, même s’ils y sont habitués et que ça fait partie du système. Chaque monstre a des lignes et des lignes de texte de règles, caché dans [la mention de] son type de créature et de ses pouvoirs similaires à des sorts ; tu ne peux pas les improviser le moment venu.

Donc, je consulte tous les pouvoirs à l’avance, et les écris sur des fiches.


Voici un méphite du sel PF wiki et un aalip  PF wiki

Je me rends bien compte que c’est en quelque sorte obsessionnel, mais vous autres aimez être maniaques – prenez par exemple toutes les captures d’écran que tu as rassemblées pour cet article. Avoir préparé améliore vraiment la partie : par exemple, quand un des PJ s’est fait couvrir de sel par le souffle d’un méphite de Sel, il a décidé de laver ses yeux irrités avec l’eau de son outre. J’ai pu empirer les choses en utilisant le pouvoir de Déshydratation du méphite pour assécher aussi l’outre. Je n’aurais pas eu le même rythme si j’avais dû chercher la page du monstre et consulter le pouvoir, et je n’aurais même pas remarqué que c’était une bonne tactique – elle n’est même pas listée dans ses “attaques spéciales” sur d20pfsrd.com ; l’info est tout en bas.

Ce qui me rend impatient dans les tours qui traînent en longueur, c’est qu’ils impliquent plus de temps passé sur les règles au lieu de temps pour les descriptions, que j’adore. Mais on ne peut espérer que tous les MJ fassent leurs propres fiches de tous les monstres. Qu’est-ce que je souhaiterais que, pour commencer, elles soient écrites de façon utilisable-par-les-MJ-en-temps-réel !

Osric

Tu as disposé de la technologie pour faire fonctionner cette expérience, et c’est une bonne astuce pour nous autres. En général, je ne veux pas de la technologie à ma table de jeu de rôle pas-vidéo à ma table : je scanne les règles, je les imprime, et je distribue des exemplaires à mes joueurs pour qu’ils se fassent la main dessus la première fois. Mais on dirait que Chronology ne distrait pas beaucoup.

Mais j’ai aussi un joueur futé et des années d’expérience comme un analyste d’entreprise. Lui et moi avons convenu que ce serait bien qu’il amène ses compétences professionnelles (dans sa tête) à mes séances de D&D4, mais c’est lors d’une séance normale qu’il exerça ses compétences – je ne le savais pas, donc je menais la partie tout à fait normalement. La conclusion de son analyse fut la même que la tienne :

En tant que MJ, j’étais celui qui prenait tout le temps.

J’essayais de maintenir le rythme du mieux que je pouvais, et j’étais occupé tout le temps. Je terminai la séance fatigué mais satisfait, alors que les six joueurs étaient déçus, surtout parce que chacun d’eux avait eu relativement peu de temps d’attention, et peut-être un peu parce que j’avais passé trop de temps sur les règles avec chaque joueur, ce qui n’avait pas laissé assez de temps pour raconter leurs exploits d’une façon évocatrice. J’essaye de compenser ça dans les comptes rendus de parties sur Obsidian Portal. Ce n’est évidemment pas la même chose que le voir se passer en plein milieu de séance, mais les joueurs lisent ça sur leurs propres actions et disent “Hé, mon perso a été vachement cool, non ?!”.

D’autres parties peuvent être pires que ça.

Si je n’ai pas lu… à l’avance… deux fois… les détails de la rencontre et n’ai pas une profondément intégré comment il est prévu que les pouvoirs spéciaux de chaque monstre s’appliquent, alors décider de leurs tactiques peut être terriblement long. Même les Sbires prennent de l’importance si un MJ les joue en optimisant leurs tactiques, mais parfois (soupir) les joueurs ne veulent pas qu’un combat soit plus spectaculaire parce que mené avec des tactiques optimisées (2) ; ils veulent massacrer des tas de pauvres types débiles, afin de se sentir surpuissants.

Je fais une pause avec la 4e édition maintenant. Avec le recul, je pense que si j’y reviens, je ferais aussi bien de faire le changement majeur de diminuer de moitié les PV de tous les monstres, et de doubler tous leurs dommages.

TheRandomDM

Johnn, une campagne où je suis joueur est basée sur l’Arena Combat, où presque chaque session est un autre épisode de notre essor à travers les rangs des gladiateurs, et où nous passons plein de temps à jouer des combats. Le MJ joue un groupe d’adversaires de la même taille que le nôtre, et chaque joueur attend toujours 15-30 minutes son tour de jouer. Un jour, j’ai suggéré au MJ de donner la même initiative à tous les PNJ. Ça a beaucoup accéléré le combat, parce qu’il n’avait plus besoin de réévaluer le combat et les tactiques à chaque niveau d’initiative, mais une fois par round.

Da’Vane

Écoute, Johnn ; les adversaires n’ont jamais de sorts, ils ont des pouvoirs similaires à des sorts. C’est juste un raccourci pour un pouvoir qui marche exactement comme le sort. Tout s’applique pareillement – si tu ne peux pas te souvenir que la créature l’a, ou comment il marche, alors ne t’en sers pas, continue avec ce que tu sais, et tu maîtriseras plus vite.

Mais voici une autre astuce : crée une antisèche pour tes futurs combats. Plein de systèmes utilisent des blocs compliqués de caractéristiques pour donner des informations pertinentes dans un format condensé, et nombre de MJ conservent ce format. Mais il n’est pas conçu pour le MJ : l’éditeur l’utilise pour condenser les informations, éviter les problèmes de droits d’auteur et les doublons. Les MJ n’ont pas ce genre de problèmes. Alors vas-y, et décompresse ces données avant la partie, pendant ton travail de préparation. Crée-leur des mini-fiches de personnages, au besoin. Retravailler les informations t’aide à mieux les apprendre, et en les décompressant, tu as l’opportunité de consulter les règles que tu ne connais pas, et de prendre des notes, afin d’améliorer ta maîtrise de la partie avant de te retrouver à la table de jeu.

(… ) C’est plutôt amusant que tu donnes des astuces pour ne pas prendre en charge tous les aspects de la gestion d’une campagne, mais on dirait que tu as négligé l’idée de prendre des notes sur les règles et des informations factuelles, en t’appuyant sur le fait que tu peux toujours les chercher quand tu en as besoin. Un étudiant qui écrit un article pour préparer sa thèse ne délaisse pas cette sorte de recherche sous le prétexte qu’il “peut chercher les informations quand il en aura besoin”.

Donc, pourquoi les MJ devraient-ils le faire ? Est-ce parce que prendre des notes sur les points de règles implique de se concentrer bien plus sur l’aspect “ludique” du jeu de rôle, bien que ce soit encore l’aspect le plus important de beaucoup de JdR de nos jours ?

Brandon

(… ) D’après mon expérience d’accélération des combats, voici ce qui me paraît essentiel :

  1. Connais les règles. Par cœur. Si tu n’es pas en train de perdre du temps à farfouiller les livres de règles, c’est un gain de temps énorme.
  2. Si les règles sont exagérément compliquées (ex. : la lutte à mains nues [à D&D] ?), change-les.
  3. “Surcharge” ta préparation ; prends le temps de te familiariser avec les capacités des monstres, crée-leur des tactiques de base à l’avance.
  4. Simplifie tes PNJ. Ci-dessus, on est partis de l’idée que les PNJ sont aussi complexes que les PJ. Si tu invalides ce postulat, ça peut faire gagner beaucoup de temps.

Le seul inconvénient de ces techniques, c’est que quand tu es joueur, tu finis par les utiliser, et réduis ton temps sous les projecteurs :)

Brian D

J’aime l’honnêteté et la conscience d’un MJ qui reconnaît sa part dans le problème. J’ai soulevé auprès de mes joueurs les inquiétudes semblables, que “Le combat prend trop de temps”. Ma solution a été un chronomètre d’une minute, puis de leur faire déclarer leurs actions avant de tirer l’initiative chaque round. Succès immédiat. Le méta-jeu et la perte de temps ont chuté ! Le combat s’est accéléré. Gagné.

Plein de fois, je n’ai pas assez préparé correctement, donc je dois maintenant m’améliorer comme les joueurs l’ont fait.

Article original : My Group’s Time Thief Revealed – Chronology iPad App Review

 (1) NdT : Pensez à Inigo “Tou as toué mon père. Prépare-toi à mourir” Montoya : “Demandez à n’importe qui ce dont il/elle se souvient le plus dans Princess Bride et on vous répondra que ce qui a ancré le film dans la légende et l’a inscrit dans la durée, c’est l’histoire d’Inigo.” Cf. point “3. Ne lésinez pas sur votre intrigue secondaire” de cet article ptgptb[Retour]

 (2) NdT : Nous proposons plusieurs articles pour rendre les combats plus “dramatiques” : Tactiques diaboliques contre PJ narcoleptiques ; 10 façons de rendre vos ogres plus impressionnants et d’autres pour agir sur la dramaturgie en rendant les combats plus ou moins faciles : Planifier et ajuster ; Contrôler le ressenti de la campagne[Retour]

Note: 
Aucun vote pour le moment
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin…

Allegas a tenté de mieux répartir le temps de parole de ses joueurs et le temps d'attention qu'il leur accorde. Résultat, pour une table aux joueurs ayant des profils variés, cela encourage les timides et restreint les bavards..

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.