Il lance les dés comme une fille

présente

Jouer transgenre

Nombre de choses viennent à l’esprit de tout joueur lors d’une création de personnage :

  • “Quelle classe sera la plus adaptée vu les caracs pourries que je viens de tirer ?”
  • “Je joue toujours un Toréador. Est-ce que je ne devrais pas essayer de jouer un Lasombra [clans dans Vampire, la Mascarade (grog) (NdT)] pour une fois ?”
  • “Mon dernier personnage était plus qu’extraverti. Me la jouer plus calme pour cette partie, c’est peut-être mieux ?”
  • “Hum, OK, je pense que je vais faire un sorcier semi-elfe de lignée féérique (grog). Maintenant : garçon ou fille ?”

Cette dernière question vous semble-t-elle étrange ? Ça peut être le cas si vous jouez toujours des personnages du même sexe que vous, mais pour nombre de joueurs (dont moi), le choix du sexe d’un personnage ne va jamais de soi. Plus de la moitié de mes personnages, présents comme antérieurs, sont des femmes, mais j’ai aussi joué beaucoup de personnages masculins. En fait, un de mes personnages favoris était un homme, et je l’aimais tant qu’il en est devenu une figure emblématique des manuels de jeu de rôle de notre maison d’édition.

Peut-être n’avez-vous jamais entendu parler, voire envisagé, le jeu transgenre. Ou bien vous savez parfaitement de quoi il retourne et ça vous dérange. Dans tous les cas, ça peut être une question épineuse qui mérite qu’on s’y intéresse.

C’est quoi, le problème ?

Il y a de fortes chances que vous ayez déjà été confronté à une inversion des sexes en jeu, ne serait-ce qu’à travers des PNJ interprétés par votre MJ. À moins que votre groupe d’aventuriers n’évolue dans une étrange contrée peuplée uniquement d’hommes ou de femmes, votre MJ-homme a sûrement déjà introduit des PNJ féminins (ou votre MJ-femme a déjà joué des PNJ masculins). Dans le milieu du JdR qui a longtemps été dominé par le genre masculin (la tendance évolue bien évidemment, mais il y a toujours plus de joueurs que de joueuses), il n’est pas si incongru de voir un homme jouer un personnage féminin ou alors à chaque campagne, c’est la fête de la saucisse !

Voir une femme choisir de jouer un rôle masculin semble plus rare, même si c’est quelque chose que je ne m’explique pas. Étant donné que le magicien Fizban était joué par Margaret Weis dans la première campagne (wiki en) de Dragonlance (grog), la chose n’a rien d’inédit et je ne vois pas pourquoi plus de filles n’essayent pas de jouer un personnage masculin au moins une fois.

La première fois que j’ai joué un personnage masculin, c’était bien involontaire. Lors d’une campagne au long cours, la gamme de PNJ du MJ (mon mari) avait pris une telle ampleur qu’elle en était devenue difficile à gérer, suite à quoi il m’a demandé de prendre en charge le PNJ masculin auquel mon personnage féminin était marié. J’ai pris le personnage en main sans même considérer le fait qu’il s’agissait d’un homme. Je ne me suis jamais sentie gênée de jouer un homme, et les joueurs à la table n’ont pas semblé gênés [que je joue un homme].

Plus tard, dans le cadre d’un jeu en ligne où j’étais joueuse et MJ, j’ai joué un certain nombre de personnages des deux sexes, tout comme la plupart des autres joueurs. Certains mecs incarnaient des femmes incroyablement réalistes et une autre fille et moi-même avons joué des personnages masculins et nous nous en sommes très bien tirées. C’est de ce jeu que provient Dissin, mon cher conjurateur drow.

Lorsque nous avons rejoint le club de jeu de rôle près de chez nous, nous avons rencontré beaucoup de mecs prêts à jouer des personnages féminins. Ça a un peu surpris la première fois que je me suis créé un personnage masculin (ce Togorien génialissime pour une partie de Star Wars D6 (grog)), mais c’est tout. On peut donc dire que je n’ai jamais été confrontée à ces situations qui peuvent faire douter un(e) rôliste au moment de jouer un personnage du sexe opposé.

Des excuses et encore des excuses

Quelles sont ces inquiétudes ? Voici celles dont j’ai le plus souvent entendu parler. Dans la plupart des cas, ce sont d’ailleurs de faux problèmes sauf si quelqu’un en fait toute une histoire.

On va penser que je suis homosexuel ou que je doute de mon identité sexuelle. Non, personne ne va penser ça. Ou du moins, personne ne devrait le penser. Si c’est le cas, il est peut-être temps de changer de groupe de jeu (et si c’est vous qui arriveriez à ces conclusions hâtives si un homme à votre table décidait de jouer un personnage féminin… Sérieux, mec ?!). Bien sûr, certains joueurs homosexuels aiment jouer des personnages du sexe opposé, et je ne serais pas étonnée d’apprendre qu’un joueur doutant de son identité sexuelle a choisi d’explorer l’autre possibilité en jouant un personnage du sexe opposé. Mais la plupart d’entre nous nous n’y voient qu’un pur amusement, sans la moindre signification cachée.

Je suis une fille, pas un garçon ! Comment pourrais-je savoir comment en jouer un avec justesse ? Vous êtes une rôdeuse dans la vie ? Une naine, peut-être ? Un vampire ou un loup-garou, alors ? Non ? Comment savez-vous les jouer avec justesse dans ce cas ? Le roleplay, c’est du jeu d’acteur. Si vous parvenez à incarner correctement une classe ou une race fictive, vous pouvez bien vous débrouiller pour jouer un personnage du sexe opposé. Vous connaissez des personnes de l’autre sexe, non ? Apprenez d’elles. Je me suis inspirée d’un de mes professeurs d’université pour un de mes tout premiers personnages masculins et il est devenu un personnage très populaire.

Ça va rendre toutes les interactions entre les personnages bizarres, surtout si ça devient romantique. Oui, peut-être, mais les interactions entre personnages sont parfois vouées à être étranges ou dérangeantes. Un de mes amis joueurs s’est trouvé très gêné lorsque mon personnage féminin a commencé à flirter avec son personnage masculin (et parce que je l’aime bien et le respecte, j’ai cessé de faire flirter mon personnage dès que je m’en suis aperçu (1)). Si vous jouez avec de bons joueurs qui ont un comportement adulte, ils devraient parvenir à voir dans ces paroles Hector le Bien Doté et non une innocente jeune fille [Community, saison 2 épisode 14 (NdT)], et continuer à jouer juste (c’est un exemple très drôle et il est bien évident que Hector réussit tous ses tests de diplomatie parce que le joueur fait du bon roleplay !).

Si un homme joue une fille, il va juste jouer un “mec avec une paire de seins” et si une femme joue un homme, elle va en faire un bishonen (wiki). Ah, les stéréotypes ont la vie dure. Les joueurs qui se conforment à ces stéréotypes (un homme jouant soit des femmes très séduisantes, bi- ou lesbiennes, soit l’équivalent de mecs affublés d’un prénom féminin ; et une femme jouant soit de jolis garçons à l’âme sensible, soit des princes charmants) manquent tout bonnement de créativité.

Lorsqu’ils jouent des personnages du même sexe qu’eux, ce sont probablement des combattants brutaux (pour les hommes) ou de jeunes donzelles facilement impressionnables qui craignent de se casser un ongle (pour les femmes). Radney, un de mes personnages, était un vieux marin qui avait une jambe de bois et qui parlait comme un charretier. On est loin du bishonen, comme pour Babista, mon pilote togorien, ou Devin, mon boy-scout de prêtre/rôdeur. Il est vrai que Dissin était un beau mec bisexuel, mais il était aussi un drow chaotique neutre que vous ne vouliez pas contrarier et qui disposait de certains sorts que vous n’auriez même pas voulu lancer à votre pire ennemi.

C’est immoral/Ça va contre mes croyances. J’ai déjà rencontré cette objection sur la toile auparavant et, en toute franchise, je ne la saisis pas.du.tout. À l’encontre de quelle croyance ou de quel code moral peut bien aller le fait de jouer un personnage du sexe opposé ? Je n’en ai pas la moindre idée. Eh, ce n’est qu’un jeu.

Et si ça ne le fait tout simplement pas ?

Si vous n’aimez pas jouer un personnage du sexe opposé, les mecs, pas de panique. Personne ne vous y force et certainement pas moi. Mais si un joueur de votre groupe de jeu veut s’y essayer, pourquoi ne pas accueillir favorablement l’initiative et le laisser s’y frotter ? Croyez-moi, ça ne fera de mal à personne et ça ne deviendra bizarre ou inquiétant que si vous vous mettez cette idée en tête (si la façon dont un joueur incarne ce personnage de sexe opposé est dérangeante, il y a de fortes chances que la situation aurait été la même avec un personnage de même sexe).

Parfois, on se trouve dans un groupe ultra-conservateur où les autres membres flipperaient à mort si vous tentiez quelque chose “d’audacieux”, comme jouer un personnage du sexe opposé par exemple. Si, une fois que vous avez parlé avec eux et expliqué votre point de vue, ils s’opposent toujours à votre entreprise, il est temps de se demander si le jeu en vaut la chandelle. Le plus souvent, ce n’est pas le cas. S’ils sont persuadés que ça va être étrange/dérangeant/immoral, vous ne les ferez probablement pas changer d’avis. Vous pouvez toujours tenter votre chance avec un autre groupe potentiellement plus ouvert à de nouvelles expériences en jeu de rôle.

En ce qui me concerne, jouer un personnage masculin me force à penser autrement, à adopter une façon de penser différente, et ça améliore vraiment mes talents de roleplay. Si vous n’avez jamais essayé, je vous y encourage. Vous pourriez y prendre goût !

Article original : Dude rolls like a lady

(1) NdT : Connie, dans sa remarquable série d’articles sur comment jouer avec l’amour dans les parties JdR, explique aussi quand ne pas le faire (ptgptb). [Retour]

Note: 
Moyenne : 9.3 (4 votes)
Tags: 
Nom du site d'Origine: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.