Jouer avec les personnages emblématiques

Utiliser les légendes d'un univers à votre avantage

Il y a une scène, tirée de l'une de mes campagnes Star Wars, dont j'adore parler. Les personnages-joueurs, accompagnés du mentor des deux Jedis du groupe, revenaient d'une mission réussie. Alors qu'ils pénétraient dans le sanctuaire du maître, un Jedi noir les y attendait. C'était un PNJ qu'ils avaient déjà rencontré et vaincu auparavant, un Jedi manqué et un ancien apprenti de leur maître.

Leur maître, Depa Billaba, hocha tristement la tête.

“Je te l’ai déjà dit, Mirak, soupira-t-elle, je ne peux pas te former. Il y a trop de colère en toi.

– Ce n’est pas grave, maître”, répondit Mirak en dégainant deux sabres laser, “j'ai un nouveau maître désormais.”

Il activa ses sabres dont jaillirent des lames rouges. Alors, dans les ténèbres derrière lui, une troisième lame s’alluma, éclairant une grande silhouette noire. Alors qu'elle faisait un pas en avant, je décrivis l'étrange son de respiration sifflante mécanique, angoissant et inhumain, qui l’accompagnait.

Je lançai alors le bruitage de la respiration de Dark Vador, qui résonna trois fois. Autour de la table, le visage de mes joueurs se décomposa en un mélange d'incrédulité et d'horreur.

Je leur annonçai alors que cela me paraissait une bonne scène haletante pour clore la séance, provoquant jurons, hurlements de frustration, et frénésie d’ouverture d'agendas pour déterminer la date de la prochaine séance.

Bon, il y a deux leçons que tous ceux qui mènent des JdR sur table peuvent tirer de cela. Oui, terminer la partie sur un cliffhanger [littéralement “suspendu à la falaise (par la main)”, un moment de suspense à la fin d'un chapitre ou d'une saison de série qui vous laisse l'envie folle d'en connaître le suite (NdT)] qui laissera vos joueurs se ronger les sangs est une super idée. Mais ce cliffhanger n'en aurait pas été un du tout si l'un de mes joueurs s'était exclamé “J'ai peut-être loupé un truc… c’est qui ?”.

Dark Vador est un personnage emblématique (iconic) de l'univers de Star Wars. À tel point que c'est son image qui orne la première de couverture du livre de règles de Star Wars (grog) (Saga Edition). Pourquoi ai-je décidé de l'inclure dans mon histoire ? Était-ce pour proposer un énorme défi à mes joueurs ? Non, pas du tout. En fait, il a essentiellement ignoré les PJ, qui combattirent Mirak et de nombreux droïdes d'entraînement reprogrammés. Au lieu de cela, Vador tentait de les faire basculer vers le côté obscur par ses paroles, tout en se battant en duel contre Depa Billaba. Alors pourquoi l'ai-je inclus ? Tout simplement parce qu'il est un emblème de l’univers de Star Wars.

N'ayez pas peur des légendes

Je connais beaucoup de MJ qui tiennent un discours du genre “Bon, je mène une campagne dans les Royaumes Oubliés, mais je n'en utilise pas les personnages ou les lieux emblématiques”. Quand j'entends cela, je réponds toujours “Quel est l'intérêt ?”. Si vous dissociez la campagne de ses éléments emblématiques, pourquoi vouloir la situer dans les Royaumes Oubliés, dans l'univers de La Guerre des étoiles, de DC Comics, ou n'importe quel autre ? Menez simplement votre partie dans un univers de votre conception et basta. Si vos joueurs sont enthousiastes à l’idée de jouer dans l'un de ces univers, il y a des chances pour qu'ils soient excités à l'idée que leur sorcier affronte les Magiciens Rouges de Thay, que leur vaurien cherche à se faire une réputation digne de Han Solo, ou que leur super-héros affronte Lex Luthor ou le Joker.

Vous l'avez sans doute deviné, je suis un grande adepte de l'utilisation d’éléments emblématiques dans mes histoires. Mes personnages de Star Wars sont membres de la Rébellion, et ils ont rencontrés Han, Luke, Leia, Chewie, Dark Vador, Jabba le Hutt et d'autres au cours de leurs parties. Nous avons eu des aventures sur Hoth (wiki), Tatooine (wiki), Kashyyyk (wiki) et le bouquet final de la campagne se tiendra sur la lune forestière d'Endor (wiki) et au milieu de l'immense bataille spatiale au-dessus d'elle. J'ai aussi quelques fanatiques de Star Wars à ma table, si bien que lorsque je balance dans l’aventure un personnage mineur comme Ponda Babab, Tyber Zann ou Charal, pas mal de mes joueurs sourient malicieusement. Bon sang, ils ont même affronté ma propre version de Darth Traya (en), un Asajj Ventress (en) âgé et aigri de la période de la Guerre des Clones.

Le tout est de prendre ce que vous aimez dans le cadre, d'en supprimer ce qui vous déplaît et de mener une bonne partie.

Par exemple, pour rester dans le respect de l’univers, Depa Billaba est un véritable personnage de l'époque de la Guerre des Clones, officiellement “disparue, présumée morte” après la Purge Jedi. J'ai repris le personnage complet, avec son passé d’apprentie de Mace Windu (wiki) ayant basculé une fois du côté obscur, et l'ai dans la foulée replacé dans un nouveau lieu “canon”. Pour les joueurs qui ont reconnu le personnage, c'était un moment vraiment sympa. Lorsque plus tard, elle donna au PJ qui était son padawan un sabre laser à lame violette en disant “Il a appartenu à mon maître”, tout le monde à la table a eu un petit frisson d'émerveillement. Si j'avais utilisé un mentor Jedi générique, cela n'aurait pas eu autant de signification.

Si votre partie se déroule dans le monde réel, vous pouvez choisir parmi des tas de célébrités. L'une de mes parties de L'Appel de Cthulhu se déroulait en octobre 1926 et la mort d'Harry Houdini, ami et protecteur des PJ, fut un événement important de l'histoire, tout comme l'était l'histoire secrète de l'amitié entre Houdini et Arthur Conan Doyle… Celle-là même qu'ils ont dû déguiser en inimitié pendant des années pour se protéger l'un l'autre.

Choisissez vos personnages de légendes

Ne nous le cachons pas ; dans l'univers que l'on aime il y a certains trucs que l'on n’apprécie pas. Je n'aime pas la “première” trilogie [de Star Wars]… pas du tout. Mais ils élargissent cet univers, offrant de nouvelles histoires, de nouveaux lieux, de nouveaux aliens, et, oui, de nouvelles icônes à exploiter. J'ai d'ailleurs utilisé le personnage de Jar Jar Binks, non pas en le faisant apparaître dans mon histoire, mais en introduisant un jeune gungan très sérieux nommé Anakin Binks. Ani disait que son père l'avait nommé d'après un ami proche et il agissait comme s'il avait beaucoup à se faire pardonner. Il ne représentait pas une partie importante de ma campagne, mais des discussions sur le personnage hors de la partie montrèrent que les joueurs aimaient beaucoup l'idée.

Je n'ai jamais mené de parties dans l'univers de DC, mais je suis certain que je le ferai un jour, notamment depuis que Green Ronin a publié un JdR DCU (grog) auquel j'ai vraiment envie de jouer. Quand je le ferai, je suis sûr que je ne placerai pas mon histoire à l’époque de la Ligue des Justiciers de Detroit (1). Oh, non. Ma Ligue rassemblera les stars, basés à la Tour de Guet, une équipe dont on pourra être fier. Les joueurs auront à côtoyer les super-héros, les super-vilains et les citoyens des comics.

Peut-être pas les plus gros au début. Peut-être qu'ils prendront leur burger au Bibbo's ou verront un épisode de You are Wrong de Jack Ryder (2) qui leur sera consacré, ou qu'ils se frotteront à une méchante telle que Queen Bee et la Ruche. Mais ils évolueront peu à peu pour gagner l'attention des grands, pour le meilleur comme pour le pire.

C'est une chose que le MMORPG DCU traite bien, mais différemment. À peine débarqué vous combattez les drones de Brainiac, les minions de Gorilla Grodd et les Bestiomorphes de Circé. Vous vous sentez immédiatement héroïque, mais que faire une fois que vous avez combattu au côté de Superman (3) ?

N'en abusez pas

Maintenant, voilà qui est très important. Ne partez pas bille en tête. Si votre partie n'est rien d'autre qu’un défilé de personnages légendaires, leur impact en sera diminué et vos joueurs se lasseront. L’astuce est de les utiliser avec parcimonie ou d'en faire une partie du décor. Luke, Han et Leia n'étaient pas des éléments importants de mon histoire. Ce sont juste des gens qui sont ailleurs, vivant leurs propres aventures, croisant la route des PJ ici et là selon la planète paumée que la Rébellion utilise comme base à ce moment.

De la même manière, quand je joue au MMORPG Le Seigneur des anneaux, je suis content de ne pas tomber sur la Communauté tout le temps. Ils sont là et je sais que je sers leur cause, mais je ne les suis pas à la trace. J'aime aussi que le jeu développe des régions qui n'étaient pas particulièrement importantes pour la quête de la Communauté, comme Angmar, Evendim, Forochel et Enedwaith. Ces régions sont à peines esquissées dans les livres, il y est juste fait une vague allusion. Cela signifie que les légendes forgées dans ces régions sont uniquement miennes. Bon d'accord… aussi uniques que possible lorsque vous savez que des centaines d'autres joueurs ont eux aussi retrouvé Narchuil l'anneau perdu, presque réussi à capturer Gollum près du Bosquet aux Trolls et massacré la terrible tortue Nornuàn.

Des icônes bien à vous

Vous lisez peut-être ceci en vous disant “Bien, mais je joue une campagne de mon cru. J'imagine que cet article ne me concerne pas”.

Eh bien, vous vous mettez le doigt dans l’œil, mon pote.

Je fais jouer une campagne de D&D dans un univers de mon cru. Ma campagne se déroule dans et autour d'une ville nommé La Croisée-de-Seowyn en l'honneur du célèbre général Seowyn Greenfields qui mena ses armées à travers les Chutes d'Argent, non loin de l'endroit où la ville fut fondée, venant ainsi en aide aux elfes de Faerinwold, et… bon, vous avez compris. Les joueurs viennent d'une ville nommée d'après lui, le baron local s’appelle Greenfields et est l'un de ses descendants directs et il y a une statue de lui sur la place de la ville. Donc, vous pensez que ce type est une icône de ma campagne ? Vous avez tout bon. Lorsque les joueurs ont trouvé sa tombe, un authentique sentiment de révérence s'imposa et les joueurs étaient réellement émerveillés de leur découverte. Ils avaient touché une légende, et une qui nous était vraiment propre, à eux et moi.

Partagez vos expériences emblématiques

Avez-vous jamais croisé un PNJ dans une campagne et pensé “Génial ! J'ai toujours voulu rencontrer ce type” ? Ou bien êtes-vous arrivé en un lieu au cours d'une partie en pensant “Wouah, trop cool ! J'adore cet endroit” ? Avez-vous vécu une expérience similaire ? Ou, si vous êtes un MJ, avez-vous déjà utilisé une célébrité de façon particulièrement satisfaisante durant l'une de vos campagnes ? Partagez vos histoires et vous aiderez peut-être quelqu'un d'autre à faire de même.

Article original : Iconic Gameplay – Using the Icons of a Setting to Your Advantage

(1) NdT : Référence à une ligue de seconde zone, la série principale se concentrant sur la Ligue des Justiciers d'Amérique. [Retour]

(2) NdT : Jack Ryder alias le Creeper est un journaliste animant l'émission déjantée You are Wrong dont le but est d'attraper le Creeper, qui révèle alors certains secrets sur les personnages de la série (en plus d'offrir une forte somme d'argent). [Retour]

(3) NdT : Pour un éclairage complémentaire sur ce questionnement, jetez un œil à Une apologie de l'ordinaire (ptgptb). [Retour]

Note: 
Average: 9 (2 votes)
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.