La créativité des enfants

Je m’appelle Uri et je vais d’école en école, et de centre de loisir en centre de loisir pour jouer à Donjons & Dragons avec des enfants [des séances hebdomadaires d'1h30, généralement en campagne]. (…)

Dans le cadre de mes articles, considérez que mes joueurs se répartissent en deux tranches d’âge : les 8-9 ans (débutants) et les 10-11 ans (expérimentés). Parfois, il y aura des enfants plus jeunes ou plus vieux.

Construire un univers : la créativité des enfants #2

Quand on leur donne l’opportunité de concevoir une société ou un groupe, les enfants choisissent presque toujours de créer des théocraties oppressives avec un système de castes rigides et en conflit perpétuel avec tous leurs voisins. C’est curieux, car ces mêmes enfants, lorsqu’ils ne sont responsables que d’eux-mêmes, sont la plus parfaite figure du galant gentilhomme. Dans le même temps, leurs pays imaginaires disposent d’une inquisition, d’escadrons de la mort, d’impôts déraisonnables et d’une complète et absolue indifférence pour la vie intelligente. Ils sont engagés dans d’innombrables “guerres saintes” contre les incroyants, chez qui ils rencontrent ordinairement leur juste punition.

Lorsqu’on les interroge sur leurs agressions externes et oppressions internes, les enfants feignent la surprise. Ils ont offert à ces idiots le privilège de servir un PJ, et ces abrutis ont refusé ; ceci ne démontre-t-il pas leur nature maléfique ? Aussi, si l’on peut attaquer un donjon lorsque nous sommes une douzaine, pourquoi ne pourrions-nous pas dominer le monde lorsque nous sommes plusieurs milliers ?

Je parie que vous ne vous attendiez pas à ça, pas vrai ?

La semaine dernière, j’ai demandé à quelques enfants plus âgés de créer une hiérarchie de classes. Deux exemples furent particulièrement curieux, mais ils réaffirmaient tous cette tendance pour des théocraties semi-fascistes. Ci-dessous les extraits des États que j’aime le plus, tout les deux traduits de l’hébreu par votre serviteur.

Les Fils de la Mort

Les clercs sont les membres les plus respectés de la société. Ils sont les bébés morts-nés. Un bébé mort-né est ressuscité par un sorcier de haut rang. Il grandit et à l’âge de 18 ans se plante un couteau dans le cœur. Pendant un an et un jour, son corps repose en un lieu sacré. Après un an et un jour, son corps est ressuscité. Le clerc n’a pas le droit de parler de ce qu’il a vécu durant ce temps.

Les sorciers sont ceux qui sont nés avec une étincelle de magie si puissante qu’il n’y avait qu’à s’en servir.

Les magiciens sont ceux qui développent cette étincelle de magie jusqu’à ce qu’elle devienne forte. Durant ce temps, la croyance veut qu’ils rencontrent la mort et apprennent d’elle.

Les assassins sont les membres de la société les plus respectés après les sorciers et les clercs car même s’ils n’utilisent presque jamais la magie, ils sont eux aussi des serviteurs de la mort.

Ensuite viennent les paladins, connus en tant que “chevaliers de la mort”. Ils sont choisis avec soin, il leur est interdit d’avoir des sorciers ou des clercs dans leur famille. Durant la cérémonie d’adoubement, ils doivent tuer un membre de leur famille – de préférence en le torturant. Seul un croyant à la foi absolue peut devenir un paladin.

Le Saint Pays du Serpent

Les clercs sont au sommet car ils sont choisis par Zehir et peuvent dire sa volonté à tous. Après eux vient le Roi qui dirige le royaume selon les lois de Zehir. Puis viennent les guerriers qui sont pour la plupart des rôdeurs ou des paladins. Après eux viennent les citoyens riches et respectés (pour devenir respecté, vous devez tuer au nom de Zehir au moins une fois). Ensuite viennent les citoyens de seconde classe qui n’ont jamais tué (marchands, travailleurs, soigneurs, etc.). Puis viennent les paysans et en dessous d’eux il n’y a que les esclaves qui sont parfois sacrifiés à Zehir.

Sélection de commentaires

St Richard

Ouah, quel sadisme, quelle créativité. Je vais devoir demander à mes enfants d’inventer quelques sociétés et cultures, pour m’en servir dans la campagne que je leur mène.

Uri

Oui, ils le sont [sadiques, et créatifs] :) Peut-être une phase de rébellion ténébreuse chez les pré-ados ?

Jan alias TheClone

Je ne sais pas ; je n’ai jamais joué avec des enfants, mais à mon avis les enfants d’ici ne seraient pas aussi radicaux dans leur vision du monde. Ou du moins seulement une faible minorité. As-tu aussi fait du JdR avec des enfants d’autres pays ? Je pense que le résultat pourrait être fort différent.

Uri

C’est possible, bien que je pense que la soif de pouvoir sans limite est universelle chez les enfants, et que la religion est ici la meilleure excuse pour la violence ! :)

Matthew Miller

“Un bébé mort-né est ressuscité par un sorcier de haut rang”

Ouah, voilà un truc génial et malsain. Je ne crois pas que mes gosses pourraient arriver à inventer ça.

Mais ouais, je peux comprendre comment les enfants peuvent en venir à imaginer des sociétés fascistes. Après tout, ils commencent tous comme des membres sans défense de structures familiales autoritaires. :)

Rappar

La créativité de ces enfants ne serait-elle pas due au fait qu’ils subissent les tensions religieuses, et le conflit israëlo-palestinien ? Par exemple sont-ce des enfants de juifs orthodoxes dans des kibboutz, à qui on décrirait le monde extérieur comme menaçant ?

Uri

Je ne joue pas avec les juifs hassidiques ; il leur est interdit de jouer à D&D. À l’exception d’une école religieuse sioniste avec laquelle je travaille, toutes mes autres écoles se trouvent dans des milieux très libéraux et sécularisés, où on décourage fermement toute forme de bigoterie.

Article original : Teaching Hate #2

Note: 
Average: 8 (1 vote)
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin… panneau-4C

Vous désirez découvrir les autres articles d'Uri Kurlianchik traduits sur PTGPTB(vf) ? Cliquez ici pour accéder directement aux annexes concernés.

Share

Commentaires

J'ai commencé le Jeu de Rôle très jeune (CP-CE1), et je me souviens que j'avais créé quelques sociétés, et il me semble me souvenir qu'ils s'agissait effectivement de systèmes assez durs, même s'il s'agissait essentiellement de magiocraties. On retrouve tout de même le côté dirigeant magique.

Je pense, mais cette réflexion ne s'appuie pas sur grand chose, qu'enfant on a du mal à voir pourquoi quelqu'un qui n'est pas exceptionnellement puissant (quasi divin) aurait le pouvoir, et que ce statut peut difficilement être atteint en jeu autrement que par la prêtrise ou la magie.

Pages

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.