Jouer avec Débilus

Signs & Portents, le magazine de Mongoose Publishing
présente :

Alors comme cela, M. Optimisateur pense que l’Intelligence ne sert à rien ?

Merci à mes amis Mark et Bog Boy qui ont inventé la blague qui a inspiré cet article et qui, avec fair-play, m’ont donné la permission de l’utiliser.

Un personnage avec un score d’Intelligence de 3 est un débile. Vraiment, vraiment débile. Ça le place dans le dernier demi-pourcent de l’humanité. Arrêtez de vous demander s’il sait lire, demandez-vous déjà s’il peut nouer ses lacets (ou gagnez du temps, et achetez-lui simplement des chaussures à Velcro).

Reformulons : un chien a une intelligence d’un point en dessous, pas moins.

En fait, j’ai eu beaucoup de plaisir à jouer des personnages intellectuellement déficients, car cela me permettait de jouer de la façon la plus drôle, et la plus débile possible – et en prime, cela cachait le fait qu’en tant que joueur, j’ai l’habitude de n’avoir qu’une idée assez limitée de ce qui se passe.

Mais cet article ne traite pas de la façon d’interpréter un personnage avec 3 en Int. J’ai déjà lu plusieurs articles de ce genre, et vous aussi. Ces articles sont en grande partie superflus, car il est facile d’interpréter un personnage stupide – si vous vous en donnez la peine. Et c’est là le nœud du problème. La plupart du temps, un personnage se retrouve avec une Intelligence de trois simplement parce que son joueur n’avait pas voulu laisser tomber une bonne série de tirage de caractéristiques [comme à D&D lorsque l’on lance 6 fois 3d6 avant de les répartir ; on garde toute la série ou on relance tout, NdT], par ailleurs excellente (par définition sauf pour le 3), et avait pensé que l’Intelligence était une stat dont son guerrier bête-de-combat – et bardé de Dons – n’avait tout simplement pas besoin.

En bref, cet article ne traite pas de l’interprétation d’un crétin. Mais du plaisir que vous pouvez avoir à imposer la “débilité” à quelqu’un d’autre qui a un personnage avec une intelligence baissée jusqu’au minimum permis. Imaginez qu’un petit maximisateur de votre groupe a créé un personnage avec 3 en Int, mais au lieu de le jouer comme l’imbécile à peine éveillé qu’il devrait être, il est plutôt en train de le jouer comme un Dupont moyen à la conversation spirituelle, qui n’est juste pas très bon dans l’apprentissage de sorts ou des compétences techniques.

Franchement, ça ne va pas. Pourquoi, alors que le reste d’entre vous finit embroché à cause d’une faible Dextérité, crève en raison d’une faible Constitution, ou est transformé en automate décérébré à cause d’une faible Sagesse, devrait-il s’en tirer indemne ? Il ne devrait pas, et tout ce que vous avez à faire pour l’arrêter est de suggérer une règle maison – tout à fait raisonnable – à votre MJ :

Lorsque survient une situation qui exige une certaine forme d’intelligence pour l’appréhender, les personnages devraient avoir à faire un jet d’Intelligence pour éviter de ne rien comprendre à ce qu’il se passe. Les PJ peuvent “faire 10”.

La dernière phrase est très importante. Obliger tous les personnages à faire ces jets serait ridicule. Le MJ devrait plutôt fixer le Seuil de Difficulté pour que seuls les personnages avec une intelligence significativement inférieure à la moyenne doivent jeter les dés [alors que les autres déclarent prendre leur temps pour réussir ; Débilus n'y arriverait jamais].

Maintenant, je pense qu’à ce stade, vous vous demandez où mène ce changement de règle ? Eh bien, je crains de ne pouvoir vous donner un ensemble exhaustif de règles à suivre. En jeu, il vous faudra la garder à l’esprit pour profiter de situations lorsqu’elles se présentent. Mais je peux vous donner quelques exemples du plaisir que vous pourriez avoir une fois la règle entrée en application.

Trouver un “anneau d’invisibilité”

Imaginez un scénario où vous avez trouvé un anneau en or clinquant. (C’est encore mieux s’il y a des signes incompréhensibles gravés à l’intérieur – et soyons réalistes, à peu près toute écriture est considérée par Débilus comme des signes incompréhensibles).

Un Débilus curieux glisse l’anneau à son doigt, sur quoi vos personnages (tous ensemble !) s’écrient aussitôt : “Où es-tu passé ? Nous ne pouvons plus te voir !”

Vous pouvez accentuer davantage l’effet en cherchant tout autour de lui (comme s’il était impossible de le voir).

Puis – quand il ôte la bague de son doigt – vous criez : “Holà ! Tu es de retour ! Où étais-tu passé ?”

Et si Débilus loupe son jet de Sauvegarde contre la Stupidité, il croit maintenant qu’il a un anneau d’invisibilité.

Bien entendu, le joueur furieux de Débilus sait que ce n’en est pas un, car il a entendu la description du MJ sur ce qui s’est réellement passé – c’est-à-dire rien du tout. Mais c’est une information que le joueur a le devoir de ne pas utiliser. Alors lorsque, un peu plus tard, vos personnages tentent de se faufiler dans le château du Duc, vous pouvez lancer : “Hé [Débilus]! Pourquoi ne pas mettre ton anneau d’invisibilité et passer devant les gardes ?”

Et il n’a pas d’autre choix que de le faire, parce que son personnage croit véritablement qu’il sera invisible. (Du moins, il en sera convaincu jusqu’au moment où les gardes l’attaqueront).

Trouver un “anneau de rapidité”

C’est assez proche du scénario ci-dessus, sauf qu’au moment où il met la bague, les autres personnages disent tous : “Quuu’esst-ceee qquuii ssee paassee ? Tuuu vaaaaas ttrrrrroooopppp viiittte !”… Avec une voix extrêmement lente, tout en se déplaçant avec des mouvements très lents, jusqu’à ce qu’il enlève l’anneau.

Un échec sur son jet de Sauvegarde contre la Stupidité plus tard et Débilus croira qu’il a un anneau qui lui permet de se déplacer et d’agir deux fois plus vite que la normale. Imaginez sa surprise quand il se lance dans un combat, enfile son anneau, et – un autre échec sur son jet de Sauvegarde contre la Stupidité plus tard – découvre que chaque personne dans le combat semble porter un anneau semblable, parce qu’ils bougent tous aussi rapidement que lui.

“Potions”

Vous pouvez vous amuser de façon similaire avec des “potions” – (ou “des bouteilles d’eau”, comme le disent les personnes avec une Intelligence supérieure à 3). Imaginez un scénario où vous trouvez un certain nombre de fioles de verre contenant une sorte de liquide. Débilus avale une petite goulée et …

Pendant quelques secondes, vous jouez un mini-scénario pour lui faire penser que quelque chose a changé (à savoir soit “l’invisibilité” ou “la rapidité” des exemples donnés ci-dessus), puis vous agissez simultanément comme si les effets se dissipaient (1).

Maintenant, certains pinailleurs parmi vous vont probablement me faire remarquer que les potions ne fonctionnent pas de cette façon : prendre juste une gorgée de potion d’invisibilité ne vous rend pas invisible pendant quelques secondes. Oui, je sais cela, aussi clairement que vous. Mais pas Débilus, parce que c’est un abruti, et c’est bien tout ce qui compte.

Éclaireur

Un Débilus fait un excellent éclaireur – un éclaireur étant défini ici, bien sûr, comme quelqu’un qui avance devant le groupe et débusque les pièges. Si jamais son joueur refuse la proposition d’entrer dans une pièce sombre, demandez-lui simplement ce que Débilus peut bien voir de dangereux dans cette pièce. Le joueur pourrait alors faire remarquer qu’il existe une relation entre l’incapacité de Débilus à percevoir l’existence potentielle de monstres et le fait que la salle est actuellement dans une totale obscurité, mais dès qu’il commence à utiliser des mots comme “relation”, “potentielle” et, même, “fait”, il est déjà en train de concourir au plaidoyer de l’accusation.

Répartition du butin

Débilus serait donc à peine doué de pensée, mais je parie que lorsqu’il s’agit de la répartition du butin final, son joueur travaillera d’arrache-pied avec une calculatrice : trouvant les taux de change entre l’or, l’argent et les pièces de cuivre ; calculant les valeurs des armes magiques trouvées (appliquant une déduction pour prendre en compte la revente au prix de l’occasion), puis en les soustrayant de la part des personnages qui les ont déjà mis dans leur équipement, et enfin, aboutissant à une série de chiffres précis à la deuxième décimale.

Mais attendez une minute : on parle bien de Débilus, là ! Il aurait peut-être saisi le concept que tel type de morceau de métal est de la monnaie, et que ces sous servent à acheter des bonbons, mais ça ne va certainement pas plus loin que ça.

Maintenant, je ne vais pas dire que quelqu’un d’aussi stupide ne mérite pas une part équitable du butin final (même si, pour être honnête, je suis tenté de le penser), mais je suis sacrément sûr qu’il n’aurait pas la moindre idée de la part qui lui revient vraiment de droit.

Donc donnez-lui quelques sous, et si son joueur se plaint, demandez- lui simplement quel est le niveau de Débilus en arithmétique. Sauf si vous vous sentez l’âme généreuse bien sûr, et dans ce cas vous pouvez donner à Débilus une épée et lui dire qu’elle est magique. (N’importe quelle épée blingbling fera l’affaire. C’est pas comme si Débilus pouvait faire la différence).

Pourquoi dire au revoir ?

Je pense qu’il est assez évident qu’après une courte séance de ce traitement – en supposant que vous n’avez pas été un cœur tendre, ou foutu en l’air la gestion de la partie par votre MJ –, le plaisir de jeu du joueur de Débilus sera tombé bien en deçà du niveau d’amusement qu’il avait anticipé. Il est, après tout, simplement un grosbill pas-si-brillant qui s’est trouvé coincé dans un univers de jeux logiques cruels, mis en place non pas par le MJ, mais par ses pairs.

En bref, il est probable qu’il veuille abandonner. C’est ce que j’appelle le “Point d’Abandon Fatal” (ou PAF) et il est assez facile de détecter quand le joueur de Débilus l’a atteint – c’est quand il accepte d’être éclaireur sans tenter de faire son jet de Sauvegarde contre la Stupidité. Il se jettera de lui-même dans toutes sortes de situations dangereuses, en rêvant du soulagement béni de la mort, et de la chance de repartir à zéro avec une feuille de personnage vierge et un nouveau tirage de dés (2).

Mais pourquoi s’arrêter maintenant alors que vous vous amusez autant ? Je sais que quand les gens discutent des différents sorts pour ressusciter les morts (Réincarnation, Résurrection, et l’autre), cela se traduit en termes de coûts comparés aux bénéfices, ou de pièces d’or comparées à l’utilité au combat (3) – mais je pense que c’est une mauvaise manière de procéder. C’est un jeu, pas un concours. Il ne s’agit ni de gagner ni de maximiser son efficacité – mais de s’amuser.

Et n’y a-t-il rien de plus marrant que de se donner une deuxième tournée de possibilités de tourmenter ce pauvre Débilus ?

Quelques conseils pour finir

Maintenant, certains d’entre vous pourraient penser que vous allez avoir du mal à convaincre votre MJ d’autoriser tous ces jets de Sauvegarde contre la Stupidité que j’ai décrits ci-dessus. Vous pourriez penser que j’ai exagéré les difficultés que Débilus (ou l’un de ses confrères abrutis) devra affronter dans ses tentatives pour faire face à la vie. Après tout, on peut dire qu’une Intelligence de trois est faible, mais les chiens ont 2 en Int, ce qui est encore plus faible, et ils semblent s’en sortir plutôt bien.

C’est vrai. Mais les chiens ont évolué pour fonctionner avec des cerveaux extrêmement limités. Ils sont conçus pour être des crétins. Nous ne le sommes pas. Les chiens n’ont pas besoin de cerveaux, car ils sont équipés une bonne dose d’instincts inscrits dans leurs gènes. Et pas nous.

Donc, en conclusion : Débilus est le dindon et vous êtes seulement les types pour préparer la farce.

Article original : Dealing with Dumbo

(1) Vous auriez peut-être besoin de vous entraîner à quelques signaux “discrets” de la main pour ça. [Retour]

(2) Selon les termes de la licence D20, je ne suis pas autorisé à vous dire le nombre exact de dés que cela implique, ni leur nombre de faces. [Retour]

(3) Tout comme la question de savoir s’il faut dépenser quelques centaines d’euros en factures de vétérinaire pour un chien bâtard d’une valeur marchande inférieure à un billet de 10 – car quand on envisage le futur de Rex, la décision n’est généralement pas influencée par le fait de savoir si quelqu’un veut hériter de son panier. [Retour]

Note: 
Moyenne : 6 (3 votes)
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Traducteur: 

Pour aller plus loin… panneau-4C

Cet article fait partie d'un e-book téléchargeable, organisant des traductions séléctionnées sur le thème des Grosbills. Elles prennent alors une autre perspective!

Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.