Blessures

Alors que j'égouttais les macaronis pour le diner, la vapeur brûlante qui s’en dégagea attaqua ma main gauche ; et je me souvins qu’il n’y avait pas si longtemps, j’aurais lâché le plat : la douleur m'aurait empêché de le tenir, conséquence d'une brûlure à la main. C’est alors que je commençai à réfléchir aux vieilles blessures – les blessures de guerre, blessures de football américain (deux choses qui me sont totalement étrangères, mais grâce à la brûlure à la main je peux comprendre quelque chose de leur nature).

Je sais que les jeux de rôles incluent parfois des faiblesses, soit sous la forme de mutations défectueuses ou les toujours appréciés désavantages dans les systèmes de création à points [appréciés, parce qu’ils donnent des points de création qui servent à acheter de chouettes avantages (NdT)]. Combien de jeux incluent la possibilité qu’un personnage puisse devenir partiellement infirme, ne fut-ce que légèrement, au cours de ses activités et aventures ?

Si je suis gravement blessé et que vous sauvez ma jambe, est-ce que je marcherais désormais en boitant légèrement ? Est-ce que je peux souffrir d’une paralysie légère dans mon bras gauche qui m’empêche d’utiliser un petit bouclier ou une targe de manière efficace, et ne parlons même pas de tenir deux armes à la fois ? Est-ce que, dans le repaire du dragon blanc, le froid me distraira par la douleur dans mes orteils presque perdus à cause d’une gelure il y a trois ans ? Ou bien, est-ce que le coup que je me prends au visage abîme mes nerfs ou casse ma mâchoire, rendant mon sourire à jamais tordu sur un côté ?

Michael di Vars, le nom donné dans Multiverser’s Referee’s Rules [livre de règles pour le JdR Multiverser, écrit par l’auteur (NdT)] à un des PJ originaux, a perdu un bras et l'a fait remplacer par une prothèse robotique. J’ai tellement aimé cette idée que dans la nouvelle [de l’univers de Multiverser] Verse Three, Chapter One j’ai fait en sorte qu’un des personnages principaux perde un œil et le remplace par quelque chose de cybernétique. Ces pièces de rechange, comme le viseur de Geordi La Forge, sont meilleures que les originales par certains côtés, et moins bonnes par d’autres.

Geordi LaForge, personnage de Star Trek The Next Generation

Ils peuvent être peu fiables et vous faire faux-bond aux moments cruciaux ; ils peuvent avoir des défauts et ne pas pouvoir effectuer tout ce que l’original pouvait, comme sentir la chaleur sur les avant-bras, ou voir les couleurs de manière précise. En ce sens ce sont des désavantages. Mais même nos parties du corps naturelles peuvent nous faire défaut, perdre une part de leurs sensations ou fonctions, devenant ainsi peu fiables – particulièrement si elles sont maltraitées ou sous pression.

J’ai lu un livre merveilleux écrit par George Verwer, fondateur du ministère évangélique [chrétien] Operation Mobilization nommé Come, Live, Die [Viens, Vis, Meurs]. C’est un des rares livres que j’ai lu dans les années 70 et que j’ai relu dans les années 90. Il suggère que les jeunes gens ne devraient pas juger trop vite les attitudes, les tempéraments ou les croyances des personnes plus âgées, parce que ces choses pourraient bien être des blessures de guerre – ce sont ses mots – qu’ils ont subis durant leur vie. Et cela me rappelle maintenant que ce même concept, qui s’applique si évidemment à nos combattants, pourrait également toucher nos prêtres, nos techniciens, nos pilotes, nos sorciers, nos voleurs, ou d'autres, mais de façon différente.

Au début des années 70, j’ai joué avec un batteur qui refusait catégoriquement de toucher les amplificateurs ; il avait aussi peur que les microphones ne soient placés trop près de sa batterie et ne créent un larsen (comme s’il avait besoin d’amplificateurs de toutes façons). Il finit par nous raconter que lors d’un concert en extérieur, un des guitaristes lui avait demandé de se glisser derrière un ampli pour l’allumer. Alors qu’il s'exécutait et qu’il saisissait l’interrupteur métallique, il bouscula la boisson qui se trouvait sur l’enceinte, la renversant sur le circuit électrique et il prit une méchante décharge. L'expérience l'avait marqué si profondément qu’il ne nous aidait même pas à charger et décharger les amplis des voitures, même s’il avait accepté notre garantie (au moins verbale) qu’il n’était pas possible qu’il y ait la moindre électricité dedans à ce moment-là.

E. R. Jones a raconté qu’il avait joué un personnage de Traveller grog qui était passé par tant d’épreuves qu’il en était devenu complètement paranoïaque, au point d'avoir peur de tout le monde. C’était le pilote de son équipe, et il y avait deux choses particulières le concernant.

Tout d’abord il ne quittait jamais son vaisseau ; il ne quittait même que rarement son cockpit, ses repas lui étaient apportés par la seule personne en qui il avait confiance.

Ensuite, il ne portait pas d’arme. Il pensait qu’il avait déjà l’arme dont il avait besoin, montée sur la structure de son vaisseau, et qu'il l’utiliserait contre quiconque se montrerait menaçant à ses yeux.

Il peut aussi y avoir des relations brisées et des réputations ternies. Peut-être y a-t-il un type quelque part qui refusera de retravailler avec vous à cause de ce qui s'est passé il y a cinq ans au cours de cette expédition désastreuse, dont il vous tient responsable ? Est-ce qu’il prévient d’autres personnes, peut-être en en rajoutant sur votre incompétence ou votre irresponsabilité ? Ou au contraire – Existe-t-il quelqu’un avec - ou pour qui - vous ne travaillerez jamais ?

Y a-t-il une fille, peut-être, qui en a eu assez d’entendre les excuses que vous utilisiez pour annuler vos rendez-vous ? Bien sûr, c’était amusant d’être la copine d’un espion, mais ça ne l’est plus lorsqu’il est prisonnier par un ennemi pendant trois jours et n’appelle même pas pour me prévenir qu’il va bien.

Avez-vous déjà été induit en erreur par un employeur, qui présentait un boulot comme beaucoup plus facile qu’il ne l’était – eh bien, il aurait dû mieux s’y connaître ? Ou ne vous a-t-il pas payé entièrement quand ce fut terminé, parce que vous ne lui avez pas rapporté son bateau qui avait été torpillé par le sous-marin qu’il avait oublié de mentionner ? Lorsqu’il vous recontacte avec un nouveau job, est-ce que vous prenez même la peine d’écouter ? Ou êtes-vous l’ancien employeur dont la réputation rend difficile de recruter des ouvriers ?

Assurément, si les PJ sont trompés, ils seront plus prudents à l’avenir ; s’ils ont été pris en embuscade ils prendront certainement plus de précautions. Mais est-ce que vos Personnages Joueurs – soit ceux que vous jouez, soit ceux qui jouent dans vos parties – développent jamais ces excentricités, ces particularités, ces balafres ?

Il y a de nombreuses manières dont un personnage peut être blessé – physiquement, mentalement, émotionnellement, spirituellement – et une myriade de façons dont cela peut s’exprimer. À travers son attitude, ses réactions et ses capacités. C’est un niveau supplémentaire de développement de personnage, un niveau qui peut ajouter davantage de profondeur à son identité.

Article original : Games Ideas Unlimited - Wounds

Note: 
Aucun vote pour le moment
Catégorie: 
Auteur: 
Nom du site d'Origine: 
Share

Ajouter un commentaire

Mention légale importante

Nous vous encourageons à faire un lien vers cette page plutôt que de la copier ailleurs, car toute reproduction de texte qui dépasse la longueur raisonnable d’une citation (c’est-à-dire, en règle générale, un ou deux paragraphes) est strictement interdite. Si vous reproduisez une grande partie ou la totalité du texte de cette page sans l’autorisation écrite de PTGPTB (version française), et que vous diffusez ladite copie publiquement (sites Web, blogs, forums, imprimés, etc.), vous reconnaissez que vous commettez délibérément une violation des lois sur le droit d’auteur, c’est-à-dire un acte illégal passible de poursuites judiciaires.